In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

166 LETTRES CANADIENNES 1997 Mais ce qui importe, en fin de compte, c'est que le livre d'Hebert et celui de Grutman nous donnent beaucoup de matiere areflexion. (BEN-Z. SHEK) Gilles Pellerin, NotlS aurions un petit genre. Publier des nouvelles Quebec, L'instant meme, 224 p., 2.4,95$ Le genre de la nouvelle dans le monde francophone au tournant du xxf siecle. Actes du colloque de L'An11ee nouvelle aLouvain-la-Neuve, 26-28 avril1994, s. la dir. de Vincent Engel Fransne (France), Canevas editeur, Quebec, l'Instant rneme et Echternach (Luxembourg), Les Editions Phi, 1995,270 p. La nouvelle de langue franfaise aux frontieres des autres genres, du Moyen Age anos jours. Actes du colloque de Metz, juin 1996, s.la dir. de Michel Guissard et Vincent Engel Ottignies LLN (Belgique), Editions Quorum, 411 p., 109$ Gilles Pellerin, dont on a pu voir la prose chargee d'humeur a 1'CEuvre dans bien des nouvelles et des articles sur la nouvelle, est aussi connu corrune cofondateur et directeur litteraire d'une maison d'edition, L'instant meme, consacree al'origine exclusivement ace genre. Ilnous livre ici un plaidoyer pour la nouvelle, temte de reflexions sur 1'edition. Pellerin ne veut pas parler en theoricien ou en nouvelliste, mais d'abord en editeur rompu a toutes les pratiques- discursives, commerciales, critiques- qui entourent le livre. Des le titre, Nous aurions un petit genre,le ton est donne: le verbe au conditionnel et l'adjectif «petit» questionnent, par le biais d'une irreductible ironie, le statut de la nouvelle au sein de !'institution litteraire. Dans ce livre divise en courts chapitres, Pellerin parle vivement de la poetique de la nouvelle- de l'ellipse, de l'economie, de la «cruaute »des nouvellistes envers leurs personnages, et de la forme du recueil. La nouvelle quebecoise y est observee en rupture avec le conte du terroir au profit de recherches formelles inspirees de la nouvelle etrangere, notamment latino-americaine. Claude Mathieu, parexemple, seraitun precurseur - influence par Borges et Barres- de la nouvelle quebecoise actuelle. Pellerin corrunente aussi Ia depreciation de la nouvelle en regard du roman, dans la critique et les medias, et tente d'expliquer ce phenomene. D'abord, il note que le recueil, aux yeux des non-inities, semble poser certaines difficultes de lecture, dues aIa discontinuite d'ensemble, et que la critique joumalistique ecrite, qui dans le cas du roman se contente souvent de produire des resumes, ne sait trop comment decrire un recueil de nouvelles . D'autre part, dans le «cirque mediatique >), les romanciers peuvent jouer la carte de la sympathie envers leurs personnages et donner ainsi le spectacle d'une sentirnentalite naive, tandis que les praticiens du «genre SCIENCES HUMAINES 167 cruel)) qu'est la nouvelle, ego1stes massacreurs de personnages, n'auraient pas la cote mediatique. Ala stabilite, la nouvelle prefere le vertige: ]'ouvre un recueil et je vois les certitudes plier le genou, l'equilibre se rompre. Appelons cela le pacte de la brieve~e: je dais preter au texte toute mon attention parce que tout y est indice, le terrain est mine, le reel est un piege. Cette brievete tient de la temerite: un personnage pose sa vie sur une fissure. Le tapis se derobe sous ses pieds au moment ou il est le plus vulnerable des que s'amorce la nouvelle, Ja course. Elle est vache, la nouvelle, en ne cherchant qu'a se consumer; elle est phenix: dans le recueil elle rena'itra dix, vingt fois de son accomplissement. Le personnage? Non. Exit. Les diverses theses sur la poetique ou 1'esthetique de la nouvelle, cependant, n'occupent qu'Wle mince partie du livre. Car l'auteur ne formule pas nn discours autoritaire ou savant, et l'ecriture de l'essai est ici riche de subjectivite, de questions insolubles, d'emotions intelligentes et de contradictions assumees. Nous aurions un petit genre contient d'ailleurs les morceaux d'Wle autobiographie d'editeur, soit l'histoire d'un attachement fervent pour les livres (et la nouvelle) de celui qui a ete- successivement ou simultanement -lecteur assidu, ouvrier d'une papeterie, nouvelliste, critique, editeur et professeur. En vrac, !'auteur aborde d'autres sujets, tels l...

pdf

Additional Information

ISSN
1712-5278
Print ISSN
0042-0247
Pages
pp. 166-172
Launched on MUSE
2014-07-02
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.