Abstract

Étant donné sa situation démographique particulière, et sa volonté de choisir lui-même son avenir, le Québec a adopté, avec le temps, des politiques familiales très différentes de celles du reste du Canada. Le Québec utilisant le droit civil (plutôt que le common law comme ailleurs au pays), le mariage n’y a pas le même caractère que dans les autres provinces, et d’autres formes d’unions y existent depuis assez longtemps. La popularité croissante de l’union libre ou union de fait (« cohabitation » en anglais) ainsi que l’attention plus importante portée aux questions familiales ont amené le Québec à se donner un modèle nordique alors que le reste du Canada a un modèle libéral. Les programmes québécois en matière de garde des enfants (depuis 1977) et de congés parentaux (depuis 2006) sont par exemple très différents de ce que l’on retrouve dans les autres provinces. Le modèle nordique a aussi permis au Québec d’éviter une fécondité particulièrement faible. Ses politiques en matière de garde d’enfants ont été conçues à la fois pour améliorer le bien-être des enfants et pour favoriser l’emploi des femmes. Les comparaisons que nous avons faites entre le Québec et d’autres provinces indiquent que l’emploi rémunéré chez les femmes a profité de ces mesures; en ce qui a trait aux indicateurs de développement des enfants, les conclusions sont moins positives – cela est peut-être dû aux faits que des programmes universels ne permettent pas de se consacrer autant qu’il le faudrait aux enfants de milieux défavorisés, chez lesquels une intervention précoce a beaucoup plus d’impact.

Abstract

Given its unique demographic situation, and its desire to be in control of its own destiny, Quebec has evolved family policies that differ considerably from those of the rest of Canada. Quebec’s tradition of civil law, in contrast to common law in the rest of the country, has meant that there was already a tradition of alternative forms of marriage in Quebec. The extent of cohabitation, along with the greater policy attention to family questions, has brought about a more Nordic model there in contrast to a more liberal model in the rest of the country. Attitudes differ considerably between Quebec and other provinces in terms of child-care (since 1997) and parental leave (since 2006). The Nordic model has helped Quebec to avoid particularly low fertility. Its child-care policy has been designed both to improve child welfare and to enhance women’s opportunities in employment. Comparisons to other provinces indicate that women’s paid work has benefited, but child development indicators are less positive. It may be that universal programs do not permit as much focus on disadvantaged children, where early intervention has a larger impact.

pdf

Additional Information

ISSN
1911-9917
Print ISSN
0317-0861
Pages
pp. 221-239
Launched on MUSE
2013-07-10
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.