In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

136Women in French Studies que de légitimer des formes qui ont déjà existé (en particulier en ancien français) en les utilisant. Tel Goncourt, à l'Exposition Universelle de 1855, disant de Delacroix qu'il était « un coloriste puissant, mais un coloriste à qui [avait] été refusée la qualité suprême des coloristes : l'harmonie... » ; nous dirons que les Immortels sont des grammairiens puissants, mais des grammairiens à qui a été refusée la qualité suprême des grammairiens : la connaissance de l'histoire de la langue qu'ils sont tenus de légiférer. Cela continue de montrer que le débat sur la féminisation est fondé sur l'idéologie et non pas sur la scientificité. 'Institution dont l'une des deux femmes membres, Hélène Carrère d'Encausse, est LE secrétaire perpétuel ! Fabienne BaiderUniversité de Chypre Frédérique ChevillotUniversité de Denver Céline Labrosse. Pour une langue française non sexiste. Montréal, Québec : Les Editions des Intouchables, 2002. Pp 174. ISBN : 2-89549087 -2. $19.95. Travail de linguiste, Pour une langue française non sexiste s'avère être un excellent instrument à utiliser pour des recherches sur l'emploi des genres dans la langue française. En montrant des contradictions et des changements parfois inexplicables dans l'institution des règles grammaticales, Céline Labrosse met en évidence, souvent de manière humoristique, les aspects irraisonnables du sexisme dans le langage. Le texte est organisé en plusieurs courts chapitres, qui, tous, répondent à des interrogations sur les relations qu'entretient le langage avec des domaines tels que l'histoire, la sociologie, l'économie et la politique. Ce sont les nombreux exemples révélateurs de l'usage des genres en français qui constituent le corps de l'ouvrage et qui réussissent à jeter un éclairage critique sur les normes orthographiques et grammaticales. Ces exemples soutiennent parfaitement les arguments de l'auteure en faveur de la désexisation et de l'adaptation du français aux valeurs de la société actuelle. Le langage n'est pas immuable, et les livres de grammaire et les dictionnaires de français devraient subir des changements considérables (renoncer, par exemple, à la neutralité du genre masculin, qui « désigne le mâle, mais fonctionne aussi comme genre commun : c'est la forme dont on se sert dès qu'on ne spécifie pas qu'il s'agit d'un être de sexe féminin » — (35) ; ou, encore, trouver des noms féminins pour les professions qui n'étaient jusqu'à présent désignées qu'au masculin : « médecin », « professeur », « auteur », etc.). Céline Labrosse suggère également la reformulation de certaines expressions courantes ou le rajout de leurs équivalents féminins, comme, par exemple, dans le cas de :« Un homme politique » — « Une femme politique », « Les gens de la politique » ; « Parole d'homme » — « Parole defemme », « Parole donnée » ;« Un petit bonhomme (en dessin) » — « Une petite bonnefemme », « Une petite bonne femme ou un petit bonhomme » ; « Mort d'homme » — « Mort Book Reviews137 de vie humaine », « Perte de vie humaine », pour ne citer que quelques-unes de ses suggestions (42-44). Même si la plus grande partie de l'ouvrage se consacre à l'analyse de l'emploi des genres féminin et masculin avec une référence spécifique aux êtres humains, l'auteure montre également les difficultés d'expliquer le rapport qui existe entre genres et sexes pour les noms de choses et d'animaux. Il est important de remarquer que Céline Labrosse fait dès le début le choix d'utiliser dans son texte (lorsqu'elle explique et argumente, et non seulement lorsqu'elle propose des solutions linguistiques) certaines formes grammaticales encore inusitées, toujours disputées par les dictionnaires, ce qui expose la lectrice et le lecteur à une nouvelle manière, souhaitable, d'ailleurs, de s'exprimer en français. Ce choix souligne, de plus, le caractère de manifeste propre à cet ouvrage; il questionne des préjugés et des normes orthographiques et emploie en même temps les rectifications qu'il propose. Il n'est peut-être pas fortuit non plus que ce...

pdf

Additional Information

ISSN
2166-5486
Print ISSN
1077-825x
Pages
pp. 136-137
Launched on MUSE
2016-04-06
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.