Abstract

Cet article propose de repenser l'Heptaméron comme une critique des rôles assignés aux deux sexes, et en particulier comme une remise en question de la passivité discursive et sexuelle exigée de l'être féminin. De fait, à plusieurs instances, l'auteure encourage le changement des règles du code de communication et, ce faisant, réussit à inverser les rôles sociaux et sexuels traditionnels : la femme échappe alors à sa position de récepteur/réceptacle pour s'affirmer en tant que locutrice et actante. C'est dans cette défense des femmes audacieuses que réside en partie l'originalité de l'Heptaméron. Les héroïnes les plus controversées vont en effet plus loin que le simple renversement des polarités des rôles sexuels. Le projet de Marguerite de Navarre n'est donc pas « de renverser l'ordre des choses », consciente que dans ce cas « l'histoire reviendrait finalement encore au même » (Irigaray 32). Elle va plus loin et rejette la dichotomie traditionnelle du signe, inventant par là-même une agentivité pour laquelle la binarité féminin/masculin n'a plus de sens.

pdf

Additional Information

ISSN
2166-5486
Print ISSN
1077-825x
Pages
pp. 11-24
Launched on MUSE
2016-04-06
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.