Abstract

French native-speaking students (N = 20) enrolled in a university TESL program were asked to participate in a community service-learning project in an English-speaking minority community in Québec. Results from this qualitative study indicated that active community involvement led to strong perceptions of positive effects. The principal effects reported by participants included greater linguistic self-confidence along with the perception of having improved their second language (L2) skills, increased knowledge about their field of study (L2 teaching), and confirmation of their professional goals, personal satisfaction from helping young children and other community members, and to some extent, greater knowledge about the local English-speaking community. The results suggest that community service learning may have been an effective way to enhance L2 learning for the participants in this study, with particular effects on linguistic self-confidence, and might be appropriate in similar contexts in which opportunities for intergroup contact are not readily available.

Des étudiants de langue maternelle française (N = 20) inscrits dans un programme universitaire d’enseignement de l’anglais langue seconde (TESL) ont été sollicités pour prendre part à une expérience d’apprentissage par le travail communautaire dans une collectivité anglophone en situation minoritaire du Québec. Les résultats de cette étude qualitative montrent que l’engagement actif dans la communauté a produit une perception personnelle très marquée des effets positifs. En plus d’une confiance en soi accrue sur le plan linguistique, les principaux effets rapportés par les participants sont : l’impression d’avoir amélioré leurs habiletés dans leur langue seconde (L2), une meilleure connaissance de leur domaine d’études (l’enseignement d’une L2) et la confirmation de leurs objectifs professionnels, la satisfaction personnelle d’avoir aidé de jeunes enfants et d’autres membres de la communauté, et, dans une certaine mesure, une meilleure connaissance de la communauté anglophone locale. Ces résultats suggèrent que l’apprentissage par le travail communautaire peut constituer un moyen efficace, pour les participants de l’étude, d’améliorer l’apprentissage de leur L2, notamment en ce qui concerne la confiance en soi, en plus de convenir à d’autres contextes similaires quand les occasions de contacts intergroupes sont rares.

pdf

Additional Information

ISSN
1710-1131
Print ISSN
0008-4506
Pages
pp. 65-90
Launched on MUSE
2013-02-15
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.