In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

214Women in French Studies BOOK REVIEWS Béatrice Coron : Danse Macabre (edition of3) 1999 Papercutting (7" ? 23" ? 3/4") (Permission to reproduce granted by the artist) Book Reviews215 Marie Florin Bruneau. Marie de l 'Incarnation (1599-1672) and Madame Guyon (1 648-1 71 7): Women Mystics Confront the Modern World. Albany, State University of New York Press, 1998, 279 pp. Les deux femmes que Prof. Bruneau présente dans cette étude ont au départ quelques points en commun. Toutes deux sont mariées malgré elles, à un jeune âge, par des parents autoritaires. Bientôt veuves, elles choisissent d'abandonner leur(s) enfant(s) pour se consacrer à Dieu. Le fils de Marie de l'Incarnation n'a que douze ans quand, par permission spéciale de l'Eglise, elle entre dans un couvent d'Ursulines. Il a vingt ans quand elle part en Nouvelle France, et elle ne le reverra jamais; mais malgré Péloignement elle aura une grande influence sur lui, le persuadera qu'il doit devenir prêtre, entretiendra avec lui une abondante correspondance. Mme Guyon impose à sa fille ce dont elle-même avait tant souffert à seize ans: un mariage arrangé malgré les supplications de la fillette qui n'a que treize ans. Elle choisira un style de vie tout à fait différent de celui de sa mère. Parvenues à l'âge adulte, les deux femmes suivent des chemins fort différents et même leur "mysticisme" s'exprime de façon dissemblable. Plus qu'une théorie, le mysticisme est une attitude; c'est la croyance que, par un ensemble de dispositions affectives et morales écartant l'homme ou la femme de plus en plus du monde, une communion avec Dieu est possible. Dieu est l'objet non d'une connaissance rationnelle mais d'une fusion; Il se vit dans une véritable crise qui est l'extase. Les mystiques affirment qu'aucun raisonnement ne vaut un élan de l'âme vers Dieu et prêchent la doctrine du pur amour. L'autobiographie spirituelle de Marie de l'Incarnation donne des preuves du mysticisme de lajeune femme. Dieu, disait-elle, lui avait donné l'esprit de pénitence; ainsi elle portait une haire, des chaînes, dormait sur du bois. Elle se flagellait jusqu'au sang, sommeillait juste assez pour ne pas mourir. Dieu la rendait ainsi digne de s'unir spirituellement à lui. Ces austérités lui apportaient du plaisir, du soulagement et une abondance de nouvelles faveurs divines. Grâce à ces pénitences, nous dit Prof. Bruneau, Marie de l'Incarnation est arrivée à éviter le remariage et à se faire accepter dans le couvent qu'elle s'était choisi, sans dot, ce qui montre que son mysticisme lui a donné du prestige et l'a élevée dans la société. Les Ursulines ayant besoin de religieuses en bonne santé, Marie de l'Incarnation arrêta toutes ses mortifications quand elle entra au couvent, par obéissance dit-elle, mais elle continuera à expérimenter ravissements et extases pendant huit ans jusqu'à son départ pour le Nouveau-Monde. Ensuite, plus rien, tandis que Jeanne Marie Bouvier de la Motte Guyon trouve, grâce au Quiétisme, le moyen d'entretenir son mysticisme durant sa vie entière. Le Quiétisme est la doctrine de certains mystiques qui font consister la perfection chrétienne dans un état de contemplation passive, sans faire usage des qualités de l'âme qui est alors tellement unie à Dieu que la personne perd le sentiment de son individualité. Dans cet état d'absorption appelé quiétude, les choses extérieures et les actes mêmes deviennent indifférents: ils ne sauraient être ni bons ni mauvais, 2 1 6 Women in French Studies ils sont comme s'ils n'avaient pas lieu. Cette doctrine aboutit à condamner les "oeuvres." L'autobiographie de Mme Guyon ressemble à celle des autres mystiques; ses rêves sont prophétiques, assure-t-elle. Elle communiquait avec ses disciples et leur transmettait le Saint Esprit sans leur parler; elle ressentait des manifestations physiques ou des maladies qu'elle interprétait comme des signes du ciel. Mais les grâces extraordinaires n'étaient pour elle qu...

pdf

Additional Information

ISSN
2166-5486
Print ISSN
1077-825x
Pages
pp. 214-216
Launched on MUSE
2016-04-06
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.