Abstract

Deux ans avant la Révolution de 1848, Balzac présente la société bourgeoise à un point de son histoire qui expose l'effondrement des valeurs. Au coeur de ce roman la plupart des personnages masculins sont entièrement occupés par le plaisir. La cousine Bette est pauvre et elle pose, au sein même d'une famille bourgeoise, la question du face à face entre les privilégiés et les démunis. Alliée à son dénuement, sa féminité la renvoie aussi à sa position de célibataire dans une société où la norme veut qu'une femme soit mariée. Bette refuse le destin que la famille Hulot lui prépare. Elle veut se libérer du joug de la charité. Dans le sillage de sa vengeance d'autres portraits de femmes apparaissent. Tous, d'une manière ou d'une autre montrent que depuis La Physiologie du mariage, la position de Balzac sur l'institution a changé.

pdf

Additional Information

ISSN
2166-5486
Print ISSN
1077-825x
Pages
pp. 129-137
Launched on MUSE
2016-04-06
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.