Abstract

Le roman de Nicole Cage-Florentiny, Aime comme Musique ou comme mourir d'aimer (2005), transcende les formalités et conventions du roman en puisant dans le répertoire des structures et techniques du jazz. La structure de texte joue sur deux plans: un plan traditionnel de roman mais aussi sur un plan plus ouvert, plus improvisé, où le lecteur et la lectrice peuvent s'insérer, s'imaginer dans cette histoire d'amour et de musique. Cage-Florentiny, comme le fait, mais d'une autre manière, Daniel Maximin et Toni Morrison entre autres, joue de l'écriture, joue de la plume comme instrument pour créer une composition écrite musicale. Dans cet article, on explorera l'art de la composition à l'improvisation sur un thème, le rôle que joue les sens, le langage, le ton et les thématiques qui relèvent du domaine de l'art né de la zone de contact, le creuset des cultures des Amériques, le jazz.

pdf

Additional Information

ISSN
2156-9428
Print ISSN
1552-3152
Pages
pp. 174-188
Launched on MUSE
2012-04-25
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.