Abstract

La présente note de recherche examine l'évaluation des prohibitionnistes de l'opinion publique de la Loi canadienne sur la prostitution. Elle se concentre sur le factum de Christian Legal Fellowship, de REAL Women of Canada, et de la Ligue catholique pour les droits de l'homme (Catholic Civil Rights League - CLF) présenté à la Cour supérieure de l'Ontario dans le cas Bedford c Canada (2010), qui prétend que la plupart des Canadiens sont en faveur de la prohibition, et aussi sur l'assertion du premier ministre Stephen Harper à l'effet que la plupart des Canadiens appuient la position en faveur du prohibitionnisme à la base de la décision du gouvernement d'en appeler de la décision de la Cour supérieure de l'Ontario d'annuler plusieurs lois touchant la prostitution (Bedford c Canada 2010). Une étude portant sur sept sondages d'opinion publique à l'échelle nationale effectuée entre 1984 et 2011 révèle que, contrairement à ce que prétendent le CLF et le Premier ministre, une légère majorité de Canadiens sont depuis 2005 en faveur d'une certaine forme de décriminalisation de la prostitution adulte consensuelle. Les études révèlent une différence marquée entre les genres en ce qui a trait aux attitudes envers la réforme de la loi sur la prostitution, les hommes étant plus enclins que les femmes à favoriser la décriminalisation. Trois études Angus Reid (2009, 2010, 2011) suggèrent qu'il n'y a pas beaucoup d'appui au « modèle scandinave » en ce qui a trait à l'interdiction du côté demande.

Abstract

This research note examines prohibitionist claims about public opinion on Canadian prostitution law. It focuses on (1) the Christian Legal Fellowship, REAL Women of Canada, and the Catholic Civil Rights League (CLF) factum to the Superior Court of Ontario in Bedford v Canada (2010), which claims that most Canadians support prohibition; and (2) Prime Minister Stephen Harper's assertion that most Canadians support the prohibitionist stance underlying his government's decision to appeal the Superior Court of Ontario's decision to strike down several prostitution laws (Bedford v Canada 2010). A review of seven national public opinion polls conducted between 1984 and 2011 reveals that, contrary to the CLF and the prime minister's claims, since 2005 a small majority of Canadians favour some form of decriminalization of consensual adult prostitution. The surveys reveal marked gender differences in attitudes to prostitution law reform, with men being more likely to favour decriminalization than women. Three Angus Reid surveys (2009, 2010, 2011) suggest that there is little support for the "Nordic model" of demand-side prohibition.

pdf

Additional Information

ISSN
1911-0219
Print ISSN
1707-7753
Pages
pp. 245-260
Launched on MUSE
2012-04-15
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.