Abstract

Dans cet article, on tente de montrer que le primitivisme après avoir connu son heure de gloire avec les fauves et les cubistes est désormais rejeté par les post colonialistes qui y voient une forme de racisme. Dans la perspective post coloniale en effet la déconstruction de l'Europe et de l'art occidental est mise au premier plan au risque de culturaliser et de "durcir" les oppositions entre l'Ouest et le Reste (Afrique, Amérique latine, Asie, Océanie). Une vision saine des choses implique de considérer que l'opposition entre le primitivisme et le classicisme est présente à chaque époque et dans chaque société et qu'elle constitue les deux pôles d'un cycle de renouvellement de l'art.

pdf

Additional Information

ISSN
1080-6598
Print ISSN
0026-7910
Pages
pp. 974-988
Launched on MUSE
2003-09-24
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.