In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Reviewed by:
  • The Wind from the East. French Intellectuals, the Cultural Revolution and the Legacy of the 1960s
  • Éric Brun
Richard Wolin. - The Wind from the East. French Intellectuals, the Cultural Revolution and the Legacy of the 1960s, Princeton, Princeton University Press, 2010, 400 pages.

Dans ce livre, Richard Wolin, professeur d’histoire, de littérature comparée et de science politique à la City University of New York, s’intéresse à l’héritage des années 1960 en France, à travers le cas plus spécifique de l’engouement de certains pans de la jeunesse et des milieux intellectuels pour la Chine de Mao. R. Wolin entreprend ici une évaluation critique de cet héritage, qui peut se résumer dans un propos visant, d’une part, à condamner les illusions du gauchisme et les excès de la « tradition jacobine et révolutionnaire française » (en l’occurrence : l’apologie de la violence), d’autre part, à défendre la nouvelle « culture politique » issue de Mai. La thèse centrale de l’ouvrage est ainsi que les étudiants contestataires des années 1960–1970 ont, tout en reprenant une rhétorique révolutionnaire et marxiste, produit un renouveau de la vie sociale et civique française, marqué par le développement du phénomène associatif.

Son analyse commence par une présentation de la France des années 1960 et des événements de mai 68. Mai 1968 se comprend selon lui comme l’effet d’une [End Page 120] coupure entre la société française, prise dans un processus de modernisation rapide, et un système politique « traditionaliste », fermé sur lui-même, dominé par la figure « immuable » du général de Gaulle et sa présidence « impériale ». La modernisation de la France aurait aussi produit de nouvelles attentes : en conduisant à mettre en question l’association entre la richesse matérielle et le bonheur, elle aurait suscité une nouvelle exigence d’authenticité qui ne rentrerait pas dans le cadre du marxisme orthodoxe. Mai 68 aurait donc été profondément anti-hiérarchique, anti-bureau-cratique, pour viser à la création d’une nouvelle culture politique non jacobine (la « participation » de tous aux affaires de la collectivité) et à une transformation (graduelle) de la « vie quotidienne ». Les luttes politiques de l’après-mai se caractériseraient de même par une extension des frontières du politique : tandis que le sujet révolutionnaire n’est plus représenté par le seul prolétariat mais aussi et surtout par l’ensemble des groupes « marginalisés », les sous-prolétaires, les femmes, les immigrés, les prisonniers, les homosexuels…, les luttes se déplacent des questions économiques vers des questions culturelles, symboliques, d’identité, animées principalement par un souci de réalisation de soi.

Le phénomène maoïste français apparaît en quelque sorte, dans la description qu’en fait R. Wolin, comme un phénomène contradictoire au regard de cette transformation de la « culture politique ». L’auteur rappelle en effet que les militants maoïstes, au sein du PCMLF ou de l’UJCML, « prisonniers de leur dogmatisme », restent d’abord à l’écart des événements de mai 68. Cela conduit à une crise de ces organisations, dont émerge la Gauche prolétarienne (GP) et Vive la Révolution ! (VLR), deux groupes qui au début des années 1970 reprennent certains éléments de « l’esprit de mai » : la GP, dans un mélange de « spontanéisme » et de « populisme », adopte alors des modes d’action spectaculaires et se tourne vers de nouveaux groupes sociaux, notamment les ouvriers immigrés; VLR reprend des thématiques « libertaires » et se retrouve au premier plan des luttes des homosexuels par exemple. Objet de la répression du gouvernement, la GP occupe alors une place de premier plan dans la vie politique et intellectuelle de l’après-mai. C’est à ce moment-là que plusieurs intellectuels la rejoignent, dont Sartre et Foucault – sans pour autant s’approprier l’ensemble des positions maoïstes.

Dans une seconde partie, Wolin fait le récit des trajectoires intellectuelles et politiques de Sartre, du groupe Tel Quel et de Foucault. Pour...

pdf

Additional Information

ISSN
1961-8646
Print ISSN
0027-2671
Pages
pp. 120-122
Launched on MUSE
2011-09-22
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.