Abstract

En 1674, un missionnaire jésuite de Nouvelle France, Pierre-Joseph-Marie Chaumonot, a reconstruit la célèbre relique Catholique italienne, la Sainte Maison de Lorette, pour ses Hurons convertis. Cela lui a gagné une place dans les livres d'histoire et a fait de lui un personnage exceptionnel. Cet article défend la thèse que le Jésuite ne fut pas seul dans l'accomplissement de cette mission mais que les Hurons eux-mêmes contribuèrent largement à la dévotion à Lorette en Nouvelle France. Entre 1670 et 1720, les Hurons de la mission jésuite de Lorette envoyèrent au moins cinq colliers de wampum à des communautés Catholiques de part et d'autre de l'Atlantique. Le présent article examine les conditions de réception de ces cadeaux, en particulier par l'église de Notre Dame de Foye à Dinant, en Belgique, par la cathédrale de Chartres, en France, et par la mission de Sault-St.-Louis, ou Kahnawake, au Canada. Déjà au dix-huitième siècle, dans l'empire français, l'expression "Lorette" en était venue à désigner ces Hurons exotiques plutôt que la Sainte Maison apportée d'Italie par les Jésuites. Le partage de la religion Catholique avait transformé des étrangers en membres d'une même famille.

pdf

Additional Information

ISSN
1543-7787
Print ISSN
1539-3402
Pages
pp. 31-44
Launched on MUSE
2011-05-08
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.