In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Reviewed by:
  • Madagascar, 1947
  • Fathate Karine Hassan
Raharimanana, Jean-Luc. Madagascar, 1947. La Roque-d'Anthéron: Vents d'ailleurs, Tsipika, 2007. ISBN 9782911412493. 602 p.

1947, date symbolique dans la mémoire des Malgaches: celle d'une insurrection. De cet événement meurtrier, Jean-Luc Raharimanana publie un roman, Nour 1947. Pour le soixantième anniversaire de l'insurrection, l'auteur passe de la fiction à l'histoire en optant pour le récit-témoignage.

Madagascar 1947 est une critique virulente du système colonial et de ses méfaits. Le récit apparaît dans un premier temps comme une diatribe contre les crimes commis en 1947. Mais le texte pose également un regard sur la colonisation qui a concerné toute l'Afrique francophone. Madagascar n'est qu'une mise en abyme, un regard porté sur l'histoire de l'Afrique coloniale et postcoloniale. Le texte est constitué de deux parties. Dans la première, l'auteur dénonce les affres de l'insurrection. Il critique avec sarcasme et ironie le système colonial et s'interroge sur la construction de la "parole historique," sur la mémoire condamnée, étouffée. La deuxième partie expose des photographies qui illustrent la répression et la politique menées par la France pendant ces deux années de massacres.

L'année 1947 est synonyme de reconstruction de l'Occident, de liberté retrouvée après la Seconde Guerre mondiale, alors qu'elle symbolise pour les Malgaches la destruction qui va conduire à la répression, répression exercée par la France pendant deux années. La France refuse d'accorder leur liberté aux Malgaches alors qu'ils ont eux-mêmes combattu pour la libérer. Une "guerre inégalitaire" se déclare entre les deux protagonistes, d'un côté la milice surarmée de l'Administration coloniale, et d'un autre côté les rebelles malgaches qui combattent avec sagaies et amulettes. Des sévices et une oppression extrême du colon punissent le peuple malgache de cet affront. La population est affamée par la destruction de ses vivres (saccage des rizières, incendie des habitations, abattage des zébus). Cette offensive avait pour but d'affamer les rebelles mais c'est la population entière qui en paya les conséquences. L'auteur décrit les pratiques inhumaines et avilissantes du pouvoir colonial, son intimidation par la terreur:

Mais cette dégradation du corps fut aussi orchestrée par l'autorité française quand des rebelles, censés être protégés par leurs amulettes, furent jetés des avions pour s'écraser en plein milieu des villages. Bombes démonstratives, [End Page 252] paraît-il … Ainsi, la bombe humaine, le corps déchiqueté, annonce pour le rebelle la lutte sans merci engagée par l'oppresseur. […] La honte d'avoir dû survivre comme des bêtes, la honte d'avoir assisté à la décomposition de nos sociétés, de nos corps intimes […] bombardements visant plus à détruire le lieu de refuge qu'est la forêt qu'à toucher directement les rebelles, les acculant dans une situation inhumaine.

(29)

L'exposition des photographies vient appuyer les dires de l'auteur. Elle témoigne de l'horreur d'"une guerre" qui a eu lieu et que l'on a tenté d'effacer, dont on a cherché à minimiser l'ampleur. Comme dans Nour 1947, les photographies sont une remontée historique dans le temps. Elles représentent les personnalités historiques qui se sont opposées à l'occupation française, de l'insurrection de 1896 à celle de 1947, tels que Rabezavana et Ralaimongo en passant par Rabemananjara et Ravoahangy.

Elles sont classées dans l'ordre des événements: tout d'abord, la mobilisation du MDRM4 pour réclamer l'autonomie de l'île. Ensuite, la répression des forces armées françaises dans les forêts de l'est, et enfin "la soumission" des Malgaches face aux représentants de l'Administration coloniale tel Marcel de Coppet qui marque la fin de l'insurrection. Clichés de visages hagards devant la barbarie des forces armées, Malgaches assassinés, villages...

pdf

Additional Information

ISSN
2156-9428
Print ISSN
1552-3152
Pages
pp. 252-256
Launched on MUSE
2011-03-31
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.