Abstract

Cette étude porte sur la politique de l'école coloniale en Indochine durant la période de l'entre-deux-guerres, et s'appuie sur la notion de la "violence symbolique" telle que Pierre Bourdieu l'a définie. Elle commençe avec une discussion des tentatives du gouvernement indochinois visant à former et réformer par le biais de l'action pédagogique les valeurs sociales et culturelles du sujet colonisé. L'analyse porte sur les directives de la Direction Générale de l'Instruction Publique, ainsi que sur les manuels scolaires et les bulletins pédagogiques officiels. Maints critiques littéraires postcoloniaux soutiennent que le but de la "mission civilisatrice" était de faire des indigènes des Français par un processus d'acculturation pédagogique et de répression des cultures locales. L'article démontre que la violence symbolique coloniale avait un autre objectif. Il consistait, d'une part, à faire admettre aux colonisés la supériorité de la culture métropolitaine sans leur y donner accès, et d'autre part, à enjoindre à ces derniers un "retour" à "leur culture ancestrale," mais remaniée de façon à promouvoir l'hégémonie française.

pdf

Additional Information

ISSN
1543-7787
Print ISSN
1539-3402
Pages
pp. 101-117
Launched on MUSE
2003-04-23
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.