In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

  • Temps de la résistance : résistance au temps
  • Christophe Meurée

À Ginette Michaux

Le roman contemporain est inintéressant dans la mesure où il a affaire au temps et non à la durée, réclamant la hâte du lecteur (le timing du consommateur, plutôt), au lieu de la temporalité dilatée à l’extrême qu’est la bienveillance d’autrui.

Richard Millet, L’Opprobre

Entre s’étendre et se lever, entre les lèvres qui disent la parole et la parole, il y a une pause, un scintillement qui divise et déchire : moi. Je n’en ai pas encore fini avec moi.

Octavio Paz, « L’Assiégé », Liberté sur parole

La volonté D’Échapper au temps n’est pas un symptôme d’aujourd’hui. La littérature enregistre, à la manière d’une radiographie continue, les mutations et malaises qui animent (sinon agitent) nos cultures et civilisations occidentales1. Le phénomène de suspension temporelle dans le roman—souvent dénoncé depuis Proust, trop rarement analysé pour lui-même—se présente comme un exemple de résistance à ce que l’on perçoit comme une accélération du flux temporel. Depuis Proust, cependant, l’on peut constater un déplacement et une radicalisation des malaises. À partir de 1945, en effet, le sujet humain se trouve pris en un étau qui l’enserre par le haut comme par le bas. Du côté du passé, la catastrophe des camps représente une double contrainte incompossible : une impossibilité de mémoire et un trop-plein de la mémoire. L’avenir quant à lui n’a d’autre horizon qu’une catastrophe qui répéterait Hiroshima, d’une façon ou d’une autre (une troisième guerre mondiale, une catastrophe écologique, toutes apocalypses qui, au contraire de celles qui ont précédé, tiendrait en la main de l’homme lui-même).

À ceci s’ajoute enfin la menace pesant sur le désir qui étouffe le présent. En effet, la jouissance à tout crin compresse désormais de manière latérale la dernière possibilité pour le sujet d’étendre son champ temporel. Le présentisme s’était accentué en réaction à la difficulté de conjuguer le désir au passé ou au futur. L’hédonisme réduit cependant l’extension du temps subjectif puisque le sujet est amené à jouir dans l’immédiateté, toujours plus rapidement et à un rythme toujours plus soutenu. Une posture en deçà du désir se caractérise par une impossibilité d’intégrer le Symbolique. Outre la condition langagière de l’homme, l’on néglige souvent l’inscription dans une condition temporelle [End Page 83] propre. Un temps à soi, en quelque sorte, qui, hélas, aujourd’hui, est bien malmené. Je soutiens l’hypothèse selon laquelle le passage (imaginaire, fantasmatique, romanesque) par un temps suspendu est devenu une nécessité pour pouvoir relancer un temps propre qui serait celui du désir. Toutefois, dans un monde où le temps semble bouché de toutes parts, que dire des résurgences de cette sensation quasi mystique du sentiment océanique qui parsèment la littérature contemporaine ?

À cet égard, l’œuvre de Jean-Philippe Toussaint, dont on connaît le succès croissant à l’échelle planétaire2, nous paraît tout à fait exemplaire du malaise dans la culture dont procèdent ces résurgences. Depuis les premières œuvres où Monsieur, par exemple, ôtait « sa montre pour reprendre son souffle un instant »3, les personnages toussanctiens n’ont eu de cesse de maintenir un rapport paradoxal au temps : d’une part, ils le fuient comme la peste et d’autre part, ils prennent plaisir à faire corps avec son cours. Débrouiller ce paradoxe peut nous conduire à expliciter la marche du désir telle qu’elle se configure chez l’écrivain né en 1957.

L’œil du temps, le regard du temps

L’on sous-estime ou l’on méconnaît souvent la place essentielle occupée par la question du temps dans le déploiement du désir et dans la formation de l’identité. Et pourtant, à notre époque, comment...

pdf

Additional Information

ISSN
1931-0234
Print ISSN
0014-0767
Pages
pp. 83-98
Launched on MUSE
2010-09-30
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.