Abstract

Cette étude établit une comparaison entre deux françaises coloniales nées dans deux communautés périphériques d'Acadie au XVIIIe siècle (aujourd'hui la Nouvelle Écosse péninsulaire et le sud du Nouveau Brunswick). Ces deux femmes, qui avaient des pères européens et des mères d'origines mixtes, européennes et amérindiennes, ont déménagé pour s'installer dans la colonie française de l'île Royale (aujourd'hui le Cap-Breton), puis se sont mariées dans la société de ce centre colonial administratif, militaire et commercial. L'une a fini ses jours comme femme d'affaires accomplie et épouse d'officier, intégrant ainsi l'élite coloniale. L'autre fut l'objet d'un processus juridique qui mit fin à son mariage avec un officier. Les ressemblances entre ces femmes et les différences entre leurs sorts démontrent la nature contingente des idées que se faisaient les français coloniaux des notions de race, de classe, et de sexe. Durant leur vie, l'interprétation et la manipulation de ces facteurs qui constituent l'identité par ces femmes, leurs familles et les autorités coloniales, ont déterminé la réussite des efforts qu'elles ont fait pour passer d'une société coloniale à une autre.

pdf

Additional Information

ISSN
1543-7787
Print ISSN
1539-3402
Pages
pp. 109-129
Launched on MUSE
2010-03-19
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.