In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Reviewed by:
  • Le roman contemporain: Janus postmoderne
  • Jean-Louis Hippolyte
Michel Lantelme . Le roman contemporain: Janus postmoderne. Paris: L'Harmattan, 2008. 212 pp.

Comme toutes les bonnes idées, la thèse de Michel Lantelme dans son dernier ouvrage est relativement simple. Pour ce qui concerne le [End Page 156] roman contemporain—celui de la fin de la modernité et de son avatar, la postmodernité—, la littérature du terminus (post-apocalyptique) et celle du commencement (préhistorique) seraient les deux faces d'un même phénomène. Il s'agit là d'une constatation aussi lumineuse que logique, tant il est vrai que le succédané romanesque du Nouveau Roman (et de la Nouvelle Critique) se devait d'être, d'une certaine façon, une "littérature des limites" que Lantelme décline en deux tendances majeures: les littératures du début et de la fin. En rabattant sur eux ces deux volets littéraires que l'on aurait pu croire diamétralement opposés, l'auteur fait affleurer à la surface une problématique cruciale de notre époque, celle de notre rapport conflictuel à l'Histoire.

En effet, de nombreux critiques, de Fukuyama à Baudrillard, ont évoqué les possibilités concomitantes de la fin et de la rétroversion de l'Histoire, ce qui dans un cas comme dans l'autre témoigne de la remise en question de la vision eschatologique du déroulement historique que nous avions hérité de la période moderne. Ne plus pouvoir aller de l'avant (Fukuyama), être condamnés à repartir en arrière (Baudrillard), ces deux thèses ont d'abord et avant tout en commun d'identifier un même malaise, l'incapacité de l'individu à penser l'Histoire comme phénomène orthogénétique.

Ces deux tendances, ou familles littéraires (on ne saurait parler d'écoles), seraient donc "consubstantielles," suggère Lantelme, repliant sur elles les "catégories de l'ultime et de l'inaugural" (200). De sorte que pour Dantec et Houellebecq, nos prophètes de l'Apocalypse, "les manipulations biotechnologiques" de notre époque (le clonage) et leurs conséquences catastrophiques (la mort de l'homme et son remplacement par la nouvelle espèce) devraient être lues à l'aune de leur "paradigme" préhistorique (la suppléance des néanderthaliens par l'homme) (36). A la différence qu'ici, nous dit Houellebecq, l'humanité est "la première espèce animale à organiser elle-même les conditions de son propre remplacement" (34). L'annonce de Houellebecq, affirme Lantelme, participerait d'un "désenchantement romanesque contemporain sous-tendu par une idéologie de la fin" (35). Invoquant Jean-Pierre Richard, Lantelme souligne cependant que ce prophétisme post-historique s'accompagne d'un "tropisme de descente" (47) chez les auteurs contemporains, un passage obligé par la grotte préhistorique, cet espace fondateur d'une histoire qui se délite, locus primitif d'une humanité en manque de repères. [End Page 157]

Cette récurrence de l'image de la grotte chez nombre d'auteurs contemporains signalerait ainsi l'émergence d'une pensée politique à la fois visionnaire et réactionnaire, "paléo-progressiste" selon l'expression de Régis Debray (53), remettant en cause, pêle-mêle, les acquis du libéralisme économique et de la libéralisation des moeurs. Egaré dans la post-histoire, ne reste au personnage de l'homo festivus moderne qu'à s'abîmer dans une jouissance vide et sans fin dès lors que le roman postmoderne porte en lui "son principe d'épuisement" (79). Face à ce catastrophisme néo-conservateur, d'autres écrivains pourtant entrent en résistance, comme Chevillard et Redonnet, en déployant la figure de la fin comme le renouveau du roman, le motif du dénouement étant à nouveau "mis en regard de celui du commencement" (101). "A la question, comment finir?" Lantelme suggère que ces derniers décident "de ne pas finir," déployant des stratégies narratives inspirées de Diderot ou de Beckett, "le roman contemporain ne se [portant] jamais mieux qu'en temps de crise" (113).

Si "les grottes de la préhistoire font alors office de refuge contre le...

pdf

Additional Information

ISSN
1534-1836
Print ISSN
0098-9355
Pages
pp. 156-158
Launched on MUSE
2010-01-31
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.