Abstract

Il existe maintenant suffisamment de recherches dans la littérature de la psychologie du comportement criminel pour évaluer les répercussions des expériences vécues pendant la petite enfance et l'adolescence sur les comportements à l'âge adulte. Dans la présente méta-analyse, trente-huit études prospectives et longitudinales répondaient aux critères de sélection. Elles portaient sur divers facteurs liés à la petite enfance et à la famille permettant peut-être de prédire la participation éventuelle à un délit ou un crime à l'âge adulte. Les principaux résultats révèlent que des prédicateurs dynamiques versus statiques sont liés à la participation éventuelle à la criminalité à l'âge adulte. Plus les enfants étaient âgés au moment où on a observé le prédicateur, plus leur tendance à commettre un délit à l'âge adulte était grande. Parmi les facteurs dynamiques, ceux observés chez les enfants et les adolescents qui ont obtenu la plus haute cote comprenaient une variété de composantes du comportement, notamment l'identification précoce de l'agression, des troubles de l'attention, de l'agitation et un besoin d'attention. Les composantes émotionnelles correspondant à la dépression, y compris le repli sur soi, l'anxiété, l'autodévalorisation et l'aliénation sociale, faisaient aussi parti du nombre. Il y avait aussi des descripteurs familiaux comme diverses stratégies parentales négatives, notamment les pratiques coercitives, les comportements autoritaires, le manque de supervision de l'enfant et la structure familiale, ou encore être témoin de violence, les conflits entre parents, certains facteurs de stress familiaux et le manque de communication. Les résultats obtenus sont passés en revue, de même que les stratégies de prévention relatives aux services ciblés qui influent sur la probabilité de voir chez les adultes des comportements antisociaux décelés durant leur jeunesse.

Abstract

Sufficient research now exists in the psychology of criminal conduct literature to address the long-term impact of early childhood and adolescent experiences on later adult outcomes. In the present meta-analysis, selected studies were prospective and longitudinal, tracking a variety of early childhood and family factors that could potentially predict later involvement in the adult criminal justice system. Thirty-eight studies met the selection criteria. Major findings indicate that dynamic versus static predictors are related to later adult criminal justice involvement. The older the child was at the time the predictor was measured, the stronger was the relationship to adult offending. Within the set of dynamic predictors, childhood and adolescent factors that rate most highly include a variety of behavioural concerns including early identification of aggression, attentional problems, motor restlessness, and attention seeking. Emotional concerns consistent with depression including withdrawal, anxiety, self-deprecation, and social alienation are also represented. Predictors also included family descriptors such as a variety of negative parenting strategies including coerciveness, authoritarian behaviours, lack of child supervision, and family structure variables such as witnessing violence, inter-parental conflict, family stressors, and poor communication. Results are discussed in relation to prevention strategies for targeted services that influence the probability of antisocial outcomes for children into adulthood.

pdf

Additional Information

ISSN
1911-0219
Print ISSN
1707-7753
Pages
pp. 435-467
Launched on MUSE
2008-09-24
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.