Abstract

Afin d'examiner le taux de réussite des plaignants victimes d'abus sexuels dans des écoles résidentielles autochtones, cet article passe en revue des décisions publiées en responsabilité civile. L'analyse est concentrée sur trois enjeux: la crédibilité, la quantification des dommages, ainsi que la responsabilité du fait d'autrui. La conclusion est que la responsabilité civile n'a pas servi les plaignants autochtones des écoles résidentielles. Leur témoignage est rarement cru dans un litige contesté. La détermination de l'indemnité ne tient pas compte de l'expérience totale du séjour en école résidentielle. En effet, l'indemnité est réduite pour refléter que certains dommages ne sont pas compensés. Le gouvernement n'est pas tenu responsable pour fait d'autrui de la totalité des abus perpétrés dans ces lieux. Les problèmes relevés dans cet article sont similaires à ceux vecus par d'autres plaignants d'abus sexuels. Toutefois, les survivants de ces écoles résidentielles ont dû faire face à des épreuves additionnelles, au-delà des défis posés à d'autres victimes. Nous aurions dû, et aurions pu, faire mieux.This article relies on reported judicial decisions to examine how individual plaintiffs have fared in tort actions arising from alleged sexual abuse perpetrated in Aboriginal residential schools. It concentrates on three distinct issues: credibility, damage assessment, and vicarious liability. It concludes that tort law has failed the residential school plaintiffs. Their stories are seldom believed in contested litigation. The law fails to take into account the totality of the residential school experience in assessing damages. Indeed, damages are reduced to reflect uncompensated harm from residential schooling. The government is not held vicariously liable for all abuse perpetrated within the residential schools. These problems are similar to those experienced by other plaintiffs seeking redress for sexual abuse. However, residential school survivors have faced additional challenges in tort litigation for sexual abuse, over and beyond the formidable challenges faced by others. We could have and should have done better.

pdf

Additional Information

ISSN
1911-0227
Print ISSN
0829-3201
Pages
pp. 61-91
Launched on MUSE
2008-07-17
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.