Abstract

Chroniclers regularly affirm that Russia's Sputniks produced popular crisis. More nuanced explanations argue that a preliminary "media riot" made cosmic space races an essential counterpart of earthly missile races in the public mind. Widespread public interest and political support for the US civilian space program during its formative years is presumed, as is the concept that space explorations were a key global determinant of US Cold War prestige.

Such ideas are overdrawn. Contemporary analysts often studied to confirm what they already knew. Unattractive official findings were censored or ignored. Surveying all formerly secret and other opinion data about civilian space exploration from Sputnik 1 to the end of the Mercury program shows how space exploration advocates helped create elite panic regarding the Sputniks via selective reporting, while wider publics generally stayed indifferent to lunar and planetary missions. Elite panic, not mass panic, impelled the priorities and programs of the early space age.

Les chroniqueurs affirment régulièrement que les Sputniks russes ont provoqué une crise dans le peuple. Des explications plus nuancées allèguent qu'un « soulèvement médiatique » a fait de la course à l'espace cosmique une contrepartie essentielle de la course aux missiles terrestres dans l'opinion publique. On présume de l'intérêt public et du soutien politique à grande échelle du programme spatial civil américain pendant ses premières années, comme on présume que le concept de l'exploration spatiale était un déterminant clé global du prestige de la guerre froide américaine.

De telles idées sont révolues. Les analystes contemporains ont souvent procédé à des études afin de confirmer ce qu'ils savaient déjà. Les résultats officiels décevants ont été censurés ou ignorés. L'étude de toutes les données et opinions autrefois tenues secrètes sur l'exploration spatiale civile, de Sputnik 1 à la fin du programme Mercury de la NASA, indique comment les tenants de l'exploration spatiale ont aidé à créer une panique de l'élite en ce qui a trait aux Sputniks par le truchement de rapports sélectifs, tandis que des auditoires plus vastes demeuraient en général indifférents aux missions lunaires et planétaires. La panique de l'élite, et non une panique générale, a eu des répercussions sur les priorités et les programmes des débuts de l'ère spatiale.

pdf

Additional Information

ISSN
1710-114X
Print ISSN
0007-7720
Pages
pp. 371-401
Launched on MUSE
2008-03-10
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.