Abstract

Au XVIIe siècle, à savoir au plus fort des revendications territoriales françaises sur le bassin de l’Amazone, la France se trouve favorisée par la possession d’un vaste territoire dénommé la France Equinoxiale, s’étendant au Sud, de la rivière des Amazones jusqu’à l’Orénoque, et au Nord, jusqu’au fleuve Maroni. Ce droit d’exploitation demeurait néanmoins très théorique, la présence française au début du XIXe siècle se limitant aux environs de Cayenne ainsi qu’à l’embouchure des principaux fleuves compris entre l’Oyapok et le Maroni. Or, malgré le désastre passé de l’expédition de Kourou (1763), les projets de colonisation de ce vaste “désert démographique” ne manquèrent pas en ce même début de siècle.

Notre recherche, reposant en grande partie sur l’étude des archives de la colonie guyanaise, a pour objectif d’analyser la pensée antinomique, à propos de l’aménagement du territoire, du baron de Laussat, gouverneur de la Guyane de 1819 à 1823. Homme des Lumières, doté d’une vraie pensée aménagiste élaborée au gré de ses postes précédents en Louisiane puis en Martinique, il fut toutefois démis de ses fonctions suite à l’échec de Laussadelphie, à savoir un périmètre de colonisation créé initialement pour accueillir des settlers nord-américains. Néanmoins, il demeura jusqu’à sa mort un fervent partisan du peuplement blanc en estimant possible l’acclimatation des colons blancs aux conditions extrêmes de la colonie tropicale. Quant à sa pensée, elle inspira nombre de projets et réalisations qui fleurirent en Guyane française durant la première moitié du XIXe siècle, avant sa transformation en une colonie de transportation (1851).

pdf

Additional Information

ISSN
1548-5811
Print ISSN
1545-2476
Pages
pp. 177-202
Launched on MUSE
2008-03-04
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.