Abstract

Chaim Perelman's critique of Kelsen's pure theory of law concerns mainly two elements: his theory of interpretation and his conception of court decision. Although a court decision is never formally deduced from the law, one cannot say neither that it is "arbitrary": it leans on reasons, which cannot be reduced to the judge's individual motives and whose value can thus be assessed by the "science of law." As for interpretation, it is not limited to establishing the meaning of the law's terms, but contributes also to specifying the meaning of the law itself in relation to cultural values—even if these values are not explicitly mentioned by the law. In confining the judge's role to the strict application of the law, the Kelsenian conception of judicial power defies the Kelsenian epistemological imperative, which is to describe "how the law is, not how it ought to be."

La critique adressée à la théorie pure du droit de Kelsen par Chaïm Perelman concerne principalement deux éléments: sa théorie de l'interprétation et sa conception de la décision judiciaire. Bien qu'elle ne fasse pas l'objet d'une déduction formelle, la décision judiciaire n'est pas pour autant arbitraire: elle s'appuie sur des raisons, qui ne dépendent pas de la seule « volonté » du juge et dont la valeur peut donc être appréciée par la science juridique. L'interprétation, pour sa part, ne se limite pas à la détermination du sens des termes de la loi: elle s'effectue également en regard des valeurs que l'ordre juridique est censé protéger, même si ces valeurs ne sont pas explicitement mentionnées. En réduisant le rôle du juge à la stricte application de la loi, la conception kelsenienne du pouvoir judiciaire substitue au « droit tel qu'il est » un « droit tel qu'il devrait être ».

pdf

Additional Information

ISSN
1911-0227
Print ISSN
0829-3201
Pages
pp. 51-64
Launched on MUSE
2007-04-23
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.