Abstract

La descente de la police en septembre 2000 au Pussy Palace, hammam pour femmes à Toronto, la décision de 2003 de la Cour supérieure de la Colombie-Britannique dans l'affaire Vancouver Rape Relief Society c. Nixon ainsi que l'arrêt de 2005 de la Cour d'appel de la Colombie-Britannique dans le même dossier mettent en lumière certaines des façons par lesquelles le droit et les forces de l'ordre agissent en vue de marginaliser la communauté transgenrée. La théorie féministe du droit doit s'assurer de ne pas se rendre complice de cette marginalisation. À cette fin, les féministes doivent se demander ce que serait une théorie féministe qui puisse se penser avec, plutôt que contre, la communauté transgenrée. En se fondant sur certaines théories féministes établies, le présent article en isole certains aspects qui sont utiles pour analyser les questions transgenrées en droit tout en identifiant une éthique féministe de la responsabilité comme méthode d'intégrer ces éléments dans une nouvelle approche. Cette dernière approche est ensuite appliquée dans l'analyse de différentes causes, y compris des causes en provenance du Canada, des États-Unis d'Amérique et du Royaume Uni, pour tenter d'identifier les faits nouveaux en droit qui ont un impact aussi bien sur la communauté transgenrée que sur l'identité transgenrée.

The raid by police in September 2000 of the Pussy Palace, a women's bath house in Toronto, the 2003 decision of the BC Supreme Court in Vancouver Rape Relief Society v. Nixon, and the 2005 decision of the BC Court of Appeal in the same case highlight some of the ways in which the law and law enforcers act to marginalize the transgender community. Feminist legal theory must ensure that it is not complicit in this marginalization. In order to ensure this, feminists must ask themselves what a feminist theory would look like that could think with, rather than against, the transgender community. Drawing on some established feminist theories, this article isolates aspects that are useful for dealing with transgender issues in the law and identifies a feminist ethics of responsibility as a means of incorporating these elements into a new approach. This approach is then applied to an analysis of cases, including cases from Canada, the United States, and the United Kingdom, in an attempt to identify positive and negative developments in the law that have an impact on the transgender community and transgender identity.

pdf

Additional Information

ISSN
1911-0235
Print ISSN
0832-8781
Pages
pp. 423-472
Launched on MUSE
2007-04-18
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.