We are unable to display your institutional affiliation without JavaScript turned on.
Browse Book and Journal Content on Project MUSE
OR

Find using OpenURL

Les producteurs de télévision by Nicolas Brigaud-Robert (review)
In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Dans cet ouvrage sur les producteurs audiovisuels, Nicolas Brigaud-Robert prend pour objet la télévision au carrefour de trois dimensions : technique (elle incarne une technologie de l’image dotée de règles techniques et économiques), symbolique (elle élabore des objets culturels et induit une négociation avec les autres secteurs culturels et intellectuels pour qui elle représente un lieu de diffusion) et, enfin, politique et sociale (c’est une pratique dominante par rapport à toutes les autres activités culturelles dans le monde occidental). En cela, la télévision « s’est affranchie de la hiérarchie des biens et des pratiques culturels en imposant au moins en partie aux autres champs sa propre logique matérielle et symbolique » (p. 6). En sorte que l’objet « télévision » se situe dans une position ambivalente qui fait d’elle un objet culturel illégitime doté d’un pouvoir supérieur aux autres activités. Sa fonction d’intermédiaire des autres activités consolide sa position centrale dans l’espace des productions symboliques et invite à penser concrètement comment se déroulent, en réalité, l’orchestration de cette machinerie qui allie le commerce, la culture et la politique. Si tendanciellement ce media dispose d’une moindre légitimité, liée en partie à son apparition récente, l’approche retenue par l’auteur, focalisée sur les producteurs de télévision, « fait social discret » (p. 7), permet d’ouvrir la boîte noire de la fabrication des programmes audiovisuels.

La télévision est ainsi appréhendée à partir du groupe professionnel des producteurs, étudié grâce au dialogue établi entre la nouvelle sociologie économique et la socio-économie des champs. Dialogue fécond pour comprendre les enjeux d’un groupe social numériquement faible, partageant des enjeux similaires dans leur entreprise de production d’objets télévisuels articulant dimension culturelle et commerciale, cœur de leur métier, face à leurs partenaires de négociation au sein des chaines. Cette démarche permet en effet de saisir les modalités selon lesquelles cette profession a construit progressivement un espace dans la division du travail audio-visuel en lien avec la définition d’autres professionnels et des modes de financement de ce secteur. Elle offre aussi le moyen de restituer la dynamique à l’œuvre entre les frontières externes des différents territoires professionnels selon les enjeux propres aux entreprises concurrentes mais aussi les frontières internes, donnant à voir les hiérarchies agissantes au sein de ce groupe social.

Le livre suit, dans une première partie, une logique historique qui permet de remonter le fil du temps depuis les années 1960 en faisant la genèse de cette activité en lien avec celle de l’industrie audiovisuelle. Il fait, dans une deuxième partie, une sociologie des ressources des producteurs à partir des pratiques mises en œuvre pour construire leur autonomie et détenir le « monopole objectif de compétence dans l’élaboration des programmes de télévision ». Enfin, dans une troisième partie, Nicolas Brigaud-Robert se livre à une analyse fine des divisions internes à ce groupe professionnel structuré et hiérarchisé en donnant à voir comment propriétés sociales, liées aux trajectoires des agents, et ressources réticulaires façonnent leur ancrage sur le marché de l’audiovisuel. Son enquête s’appuie sur des matériaux inédits tels que des archives de l’INA, des rapports d’activité de l’ORTF donnant accès des sources de première main apportant un éclairage nouveau sur l’histoire et la sociologie de l’audiovisuel. Ces sources sont complétées par de nombreux entretiens réalisés avec des producteurs et la reconstitution de 232 curriculum vitae de producteurs.

Dans sa première partie, historique, l’auteur s’attache à sérier les facteurs exogènes et endogènes ayant concouru à l’émergence de ce groupe de professionnels. Il retient trois paramètres contextuels majeurs. Le premier est d’ordre économique, il réfère à l’augmentation de la demande de contenus permettant des gains de productivité. Les producteurs privés concurrencent l’organisation du secteur public de production (ORTF), en...



You must be logged in through an institution that subscribes to this journal or book to access the full text.

Shibboleth

Shibboleth authentication is only available to registered institutions.

Project MUSE

For subscribing associations only.