We are unable to display your institutional affiliation without JavaScript turned on.
Browse Book and Journal Content on Project MUSE
OR

Find using OpenURL

Rencontres avec Eric Hobsbawm
In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Né le 9 juin 1917 à Alexandrie, Eric John Hobsbawm est mort le 1er octobre 2012 à Londres. Le Mouvement Social est la revue française d’histoire qui, chronologiquement, a été la seconde à publier Eric Hobsbawm et, tous comptes faits, celle qui a le plus publié d’articles de lui 1. Elle a aussi rendu compte de son volume de mémoires, titré en français Franc-Tireur2. Il ne s’agit donc pas ici de dresser un bilan critique de l’ensemble de son œuvre ou de son action d’intellectuel engagé, ce que d’autres ont déjà commencé à faire 3. Nous avons voulu simplement dire comment l’homme et l’historien nous sont apparus dans les rencontres que nous avons eues avec lui.


Click for larger view

© Marlene Hobsbawm

Michelle Perrot

J’ai l’impression d’avoir toujours connu Eric Hobsbawm. Dans les années 1960, lorsque je commençai ma carrière d’enseignante-chercheuse (j’étais assistante à l’Institut d’histoire économique et sociale de la Sorbonne que dirigeait Ernest Labrousse), on le voyait déjà comme une figure majeure d’une histoire du mouvement ouvrier en plein essor. Primitive Rebels (Manchester, 1959) avait signalé son originalité, sa volonté d’inclure les marges et les formes « premières » de la révolte. Ce fut en 1968 (qu’il n’a guère apprécié par ailleurs) son livre le plus populaire.

Mais la première rencontre formelle fut pour moi le colloque organisé de concert par la Society for the Study of Labour History et l’Institut français d’histoire sociale. Il eut lieu à Londres (Pâques 1966) et fut publié par Le Mouvement Social deux ans plus tard 4. Ouvert par François Bédarida, alors directeur de l’Institut français de Londres, clos par Jacques Droz, il avait pour thème « Avec ou sans l’État ? », objet central de réflexion à cette époque, et comportait un nombre équivalent de communications françaises et anglaises. Jacques Julliard faisait tandem avec Eric Hobsbawm pour une comparaison des deux syndicalismes français et anglais au tournant du siècle, dans leur relation avec l’État. Jacques Julliard insistait sur l’autonomie du syndicalisme d’action directe ; Eric Hobsbawm présentait des « Considérations sur le “nouveau syndicalisme”, 1889–1926 » ; largement inspiré du marxisme, le nouveau trade-unionisme avait entrepris un effort de modernisation des pratiques et de la pensée, affirmé sa volonté de sortir de l’empirisme et de promouvoir une véritable stratégie politique, en fait inaboutie et balayée par la guerre. Londres était sombre et frais, mais je me souviens de l’accueil chaleureux de nos collègues et de l’enthousiasme d’Eric qui nous incitait à aller sur la tombe de Marx, autant par sens esthétique, je crois, que par fidélité.

Les Tables rondes organisées par la Maison des Sciences de l’Homme ont marqué le point culminant de notre collaboration institutionnelle et peut-être le sommet d’une histoire sociale alors à son apogée 5. Clemens Heller, l’inoubliable administrateur adjoint de la Maison, en était l’initiateur et Georges Haupt le réalisateur. Heller voulait constituer un réseau européen d’histoire sociale dont les « grands Anglais » (grands en réputation et en taille), Eric Hobsbawm et Edward Palmer Thompson, seraient les moteurs. Pendant plusieurs années, entre janvier 1975 et juin 1977– à Paris surtout (et souvent dans le cadre intime de Reid Hall), à Constance (chez Dieter Groh), Pittsburgh (avec David Montgomery)–, nous nous sommes retrouvés pour parler, entre autres, de la formation de la classe ouvrière, de la conscience de classe, du travail des femmes (avec Joan Scott, Louise Tilly, Dorothy Thompson), du taylorisme. Moments d’intenses discussions et de confrontations parfois vives, notamment sur la conscience de classe, les rapports de sexes, les relations centre-périphérie. La pensée marxiste et, à un moindre degré, l’histoire « économique et sociale », amorçaient leur déclin, au profit d’une démarche plus culturelle et politique. Eric Hobsbawm et E. P. Thompson, tout en s’estimant beaucoup, ne partageaient pas le même point de vue. Edward...



You must be logged in through an institution that subscribes to this journal or book to access the full text.

Shibboleth

Shibboleth authentication is only available to registered institutions.

Project MUSE

For subscribing associations only.