We are unable to display your institutional affiliation without JavaScript turned on.
Browse Book and Journal Content on Project MUSE
OR

Find using OpenURL

Introduction
In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Les criminologues se sont moins penchés sur les crimes liés aux automobiles qu’à plusieurs autres types d’infractions. Pourtant, les automobiles jouent un rôle important dans la vie de nombreux Canadiens et elles sont utilisées pour commettre différents types de crimes. Comme Peter Rothe (2008) l’a noté : « Les gens utilisent les véhicules motorisés pour tuer ou blesser ou encore pour créer une souffrance sociale, des difficultés économiques et une destruction émotionnelle. »(1). Les crimes liés aux automobiles vont des crimes contre les biens, comme le vol d’auto et le vol d’objets dans les automobiles, aux crimes violents, notamment la conduite avec facultés affaiblies et la distraction au volant, la conduite dangereuse, la rage au volant, le détournement de voiture, voire l’utilisation du véhicule comme arme d’attaque. Les automobiles sont aussi fréquemment utilisées pour faciliter une grande variété d’autres crimes, notamment les vols avec effraction, les cambriolages, les enlèvements, la contrebande de stupéfiants et des infractions sexuelles.

Ces infractions ont des conséquences personnelles et financières importantes, et une conduite antisociale et criminelle a un impact négatif majeur sur la qualité de vie des Canadiens. En 2010, 2 227 personnes ont été tuées et 11 226 personnes ont été gravement blessées dans des accidents de voiture (Transport Canada 2012), et nombre de ces décès et blessures ont été causés par des comportements illégaux. Par exemple, la conduite avec facultés affaiblies est la source la plus fréquente de décès liés à un crime au Canada — MADD Canada estime qu’au moins 1 082 personnes ont été tuées à cause de conduite avec facultés affaiblies en 2010 (MADD Canada 2013). MADD rapporte aussi que le coût annuel de conduite avec facultés affaiblies dépasse les 20 milliards de dollars. De plus, bien que le vol d’automobiles diminue, près de 80 000 véhicules sont encore volés chaque année (Perreault 2013). Ces crimes imposent aussi un fardeau à notre système légal : en 2012, il y avait plus de 140 000 infractions au Code criminel relatives à la conduite d’un véhicule, dont la plupart étaient dues à une conduite avec facultés affaiblies.

Les chercheurs canadiens se penchant sur la question des crimes liés aux automobiles ont un impact important sur notre compréhension de ces crimes et ont contribué à leur prévention. Par exemple, la recherche a joué un rôle dans la campagne pour améliorer l’efficacité des lois s’appliquant à la conduite en état d’ébriété et dans la réduction importante du vol d’automobiles au Manitoba, et elle contribue actuellement au débat sur le meilleur moyen de réduire la conduite après avoir consommé du cannabis ou d’autres drogues (Linden, Mann, Smart, Vingilis, Solomon, Chamberlain, Asbridge, Rehm, Fischer, Stoduto, Wilk, Roerecke, Trayling et Wiesenthal 2010).

Ce numéro spécial présente plusieurs articles représentant une partie des recherches ayant été faites dans le domaine des crimes liés aux automobiles. Il commence par un essai de Linda Carroll et de Peter Rothe qui offre un survol des différentes manières qu’un véhicule peut être utilisé lors d’un crime violent et qui propose un cadre pour faciliter des analyses futures de ce sujet important.

Les trois articles explorent les différentes dimensions de la conduite avec facultés affaiblies. Benedikt Fischer et ses collaborateurs discutent des résultats d’un sondage examinant la conduite après consommation de cannabis et Akwasi Owusu-Bempah examine la recherche effectuée pour déterminer la capacité de différents appareils à détecter la présence de cannabis. Gina Stoduto et ses collaborateurs parlent de l’impact d’un programme de mesures correctives établi par le gouvernement ontarien pour les personnes reconnues coupables de conduite avec facultés affaiblies.

Deux articles faisaient partie d’une étude multi-site de jeunes contrevenants qui ont participé à un vol de voiture. Pierre Tremblay et Nadège Sauvêtre examinent les effets des...



You must be logged in through an institution that subscribes to this journal or book to access the full text.

Shibboleth

Shibboleth authentication is only available to registered institutions.

Project MUSE

For subscribing associations only.