Perspective pittoresque et caractère des villes : La patrimonialisation de l’urbain comme affirmation identitaire en Italie au début du xxe siècle
In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

9 Perspective pittoresque et caractère des villes : La patrimonialisation de l’urbain comme affirmation identitaire en Italie au début du xxe siècle Thomas Renard 25010_Bernier.indb 237 12-09-10 4:00 PM Résumé Cette contribution entend se pencher à nouveau sur l’origine du processus de patrimonialisation de l’urbain – c’est-à-dire du monument et de son contexte – en Italie, à partir des écrits de Gustavo Giovannoni, afin d’en éclairer la portée et les visées symboliques tout autant que les effets. Trois des aspects principaux de ce phénomène sont tour à tour pris en examen : il s’agit d’abord de montrer comment, en opposition avec la modernisation hygiéniste du xixe siècle, la constitution de ce patrimoine va de pair avec la tentative de définition d’un caractère artistique spécifique à chaque ville, compris comme son genius loci, génie du lieu et de sa population ; sous l’appellation de « perspective pittoresque », il est ensuite question de la dimension visuelle de cette nouvelle approche de la ville, qui conditionna la définition du caractère artistique des villes, ainsi que sa mise en valeur ; enfin, ce processus est analysé au regard de la capacité du patrimoine urbain à devenir le réceptacle de l’identité locale et, par là, à participer à la construction de la nation italienne. 25010_Bernier.indb 238 12-09-10 4:00 PM Perspective pittoresque et caractère des villes 239 Que l’idée de la patrimonialisation de l’urbain apparaisse tôt au début du xxe siècle en Italie est une chose bien connue. Pour le lecteur francophone, le rôle de Gustavo Giovannoni dans ce processus a été mis en exergue par les écrits de Françoise Choay1. Pourtant la portée de ce phénomène, ses visées symboliques tout autant que les effets de cette nouvelle conception du patrimoine architectural n’ont pas été immédiatement perçus par les historiens. Nous nous proposons donc de nous pencher à nouveau sur les débuts de cette histoire en Italie avec l’objectif d’éclairer les motivations et la signification première de la patrimonialisation de l’urbain. Nous aborderons tour à tour trois aspects saillants de ce phénomène. Tout d’abord, nous verrons comment la patrimonialisation de l’urbain va de pair avec la tentative de définition du caractère artistique de la ville, compris comme son genius loci, génie du lieu et de sa population. Nous aborderons ensuite la dimension visuelle de cette nouvelle approche de la ville qui, par la perspective pittoresque, permit à la fois la définition du caractère artistique des villes et sa mise en valeur. Nous étudierons enfin la capacité du patrimoine urbain – défini comme l’ensemble formé par le monument et son contexte – à devenir le réceptacle de l’identité locale et, par là, à participer à la construction de la nation. Cette étude s’appuie non seulement sur les textes classiques de l’histoire du patrimoine en Italie, mais également sur les outils développés par les historiens qui s’intéressent aux dimensions culturelles et symboliques du processus de construction de la nation – ce que les anglophones nomment nation-building – champ d’études qui a connu récemment un développement considérable en Italie, tout particulièrement à l’occasion des commémorations du 150e anniversaire de l’unification italienne en 2011. Selon une formule souvent évoquée, «  après avoir fait l’Italie, il fallait faire les Italiens2 », citation qui souligne de façon efficace l’œuvre de construction de la nation à laquelle les dirigeants du jeune royaume durent faire face après l’aboutissement de l’unification politique en 1861,   1. Choay, Françoise, 1965, L’urbanisme, Utopies et réalités. Une anthologie, Paris, Seuil.   2. Cette citation, généralement attribuée au marquis Massimo d’Azeglio, est en fait bien plus tardive  : il faut l’attribuer à Ferdinando Martini, ancien ministre de l’Instruction publique. Voir Soldani, Simonetta et Gabriele Turi (dir.), 1993, Fare gli italiani, Scuola e cultura nell’Italia contemporanea [Faire les Italiens, école et culture de l’Italie contemporaine], vol. I, La nascita dello Stato nazionale [La naissance de l’État-nation], Bologne, Il Mulino, p. 17. 25010_Bernier.indb 239 12-09-10 4:00 PM 240 La patrimonialisation de l’urbain nous entendons dans cette contribution analyser les enjeux de la naissance du patrimoine urbain en Italie au regard de...


pdf