La spécialisation des places publiques au sein de quartiers thématisés du centre‑ville de Montréal : Entre marquage identitaire, revitalisation urbaine et branding de ville
In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

7 La spécialisation des places publiques au sein de quartiers thématisés du centre‑ville de Montréal : Entre marquage identitaire, revitalisation urbaine et branding de ville Jonathan Cha 25010_Bernier.indb 177 12-09-10 3:59 PM Résumé L’article porte un regard sur la spécialisation des places publiques au centre-ville de Montréal et sur leur nouvelle réalité, celle de répondre à des volontés identitaires, voire publicitaires, d’un ensemble urbain utilisant la place comme mise en scène et véhicule de sa spécificité. 25010_Bernier.indb 178 12-09-10 3:59 PM La spécialisation des places publiques au sein de quartiers thématisés 179 L es espaces dégagés et aménagés, places ou squares par exemple, sont des composantes intrinsèques du « patrimoine de ville » constitué au fil des siècles. Les nouvelles façons d’habiter et les grands travaux modernistes ont transformé, même délaissé pendant quelques décennies, ces lieux d’échanges, de tensions et de flânerie. De nouveaux enjeux ayant émergé ces dernières années leur ont toutefois redonné un second souffle, celui d’une spécialisation fonctionnelle et d’une thématisation guidées par des idées de marquage identitaire, de revitalisation urbaine et de branding de ville. Les célébrations du 350e anniversaire de Montréal (1992), par la reconstruction des places, ont été un levier de la reviviscence de la place publique à Montréal1. Dès lors, le centre-ville amorce sa thématisation en quartiers urbains bien définis dans lesquels la place (semi-)publique occupe constamment une position prédominante, voire centrale. Dans sa stratégie de développement économique 2005-2010, la Ville de Montréal identifie le centre-ville comme lieu privilégié de création de richesse. La Ville se donne comme priorité d’accroître le pouvoir d’attraction du centre-ville à titre de destination d’affaires. La création de quartiers urbains distincts et de places spécialisées contribue à l’image que Montréal veut projeter par le biais de son centre-ville. À cet égard, la Ville entend s’assurer d’inscrire les grands projets dans une perspective d’ensemble cohérente. Des projets dans six quartiers du centre-ville ont fait l’objet d’une consultation menée par l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) et quatre d’entre eux ont été intégrés à un programme particulier d’urbanisme (PPU)  ; il en est résulté non seulement des propositions d’aménagement sur le domaine public, mais également des modifications réglementaires ainsi que l’inscription de ces secteurs au Plan d’urbanisme. L’article porte un regard sur la spécialisation des places et sur leur nouvelle réalité, celle de répondre à des volontés identitaires, voire publicitaires, d’un ensemble urbain utilisant la place comme véhicule de sa spécificité. Entre parcours et destination, les nouvelles places deviennent la signature et le patrimoine urbain par excellence du centre-ville montréalais.   1. Voir Cha, Jonathan, 2008, « L’expression des traces du passé comme processus de redéfinition identitaire et urbaine  : regard sur la re-construction des espaces publics du Vieux-Montréal », dans Colette Vallat (dir.), Pérennité urbaine, ou la ville par-delà ses métamorphoses. Volume 1 – Traces, Paris, L’Harmattan, p. 263-277. 25010_Bernier.indb 179 12-09-10 3:59 PM 180 La patrimonialisation de l’urbain La place publique, toujours d’actualité ? Après une période marquée par le désintérêt des édiles municipaux, c’est le grand retour de la place publique à Montréal. Comme ailleurs, « les places de centre-ville semblent avoir le vent en poupe. Quelle ville ne procède pas à la restructuration de sa grand place2  ? » Désormais un espace «  vertueux3  » et une «  panacée urbanistique4 » par ses fonctions premières de mise en scène et d’accompagnement esthétique, la place publique engendre de grandes attentes quant à sa capacité d’accroître et de personnaliser le place-appeal de la ville. En fait, il appert que les nouvelles places n’ont d’intérêt que par leur rôle stratégique au sein d’un quartier thématique. L’enthousiasme récent que suscite la place publique semble faire fi de la« crise de l’espace public5 » eu égard à ses raisons d’être et à ses modalités d...


pdf