Perception prothétique : Vers une conscience élargie

From: Bioart

In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Perception prothétique Vers une conscience élargie Traduction d’Ernestine Daubner ÉTATS-UNIS Ted KRUEGER Ted Krueger est professeur agrégé d’architecture à Rensselaer Polytechnic Institute où il est aussi directeur du programme de doctorat d’Architectural Sciences et directeur des Graduate Programs. Il est diplômé en sciences humaines et en pratique professionnelle d’architecture. Ses recherches portent sur le design dans des environnements extrêmes, les interactions environnementales humaines, les prothèses, la perception humaine, la perception spatiale et la théorie instrumentale. Il expose ses œuvres, donne des conférences et publie internationalement depuis plusieurs décennies. Le propos avancé dans cet exposé est qu’il est possible de construire de nouveaux modes de perception pour les humains. Nous sommes impliqués dans la fabrication d’appareils qui nous permettent de percevoir directement certains phénomènes que les sens biologiques ne perçoivent pas, les champs magnétiques, par exemple. Ce projet essaie de construire un cyborg perpétuel, de créer une perception prothétique. Dans le contexte de la perception, le cyborg fait penser aux développements récents des implants rétiniens et de la cochlée et autres systèmes biohybrides. Ces appareils remplacent ou pallient un élément défectueux du système perceptif et permettent de voir et d’entendre à ceux qui autrement en seraient privés. Notre démarche est différente. Plutôt que de remplacer une faculté «  perdue », ce projet a l’intention d’adjoindre de nouvelles capacités  ; d’élargir la perception à de nouvelles dimensions. L’opportunité pour ce faire est basée sur des projets de recherche ayant à peu près les mêmes motivations que les implants, travail connu en réhabilitation médicale sous l’appellation «  systèmes sensoriels de substitution ». La substitution sensorielle est une technique développée par Paul Bachy -Rita et ses collègues, depuis les années 1960, et 180 Bioart qui permet aux aveugles de « voir » par la surface de la peau. La difficulté de réconcilier cette capacité avec les notions traditionnelles du processus de la perception a conduit à une re-conceptualisation radicale de la perception. Le projet en question tient compte de cette compréhension nouvelle de la perception, pas uniquement comme une description du processus mais aussi comme base pour le design des appareils. Ces appareils peuvent être, à leur tour, considérés comme des tests expérimentaux de ces nouvelles théories de la perception. Notre intention est de ré-informer notre compréhension de la perception et en même temps d’enrichir notre relation à l’environnement que nous habitons. Le modèle traditionnel de la perception est un système électrochimique linéaire. La vision humaine est souvent décrite en ces termes. La lumière, focalisée par la pupille, atteint la rétine, stimule les bâtonnets et les cônes et envoie un signal le long du nerf optique au cortex visuel qui entreprend le travail de perception. Il est entendu que ces signaux représentent l’état du monde et, conjointement avec d’autres sensations similaires, révèlent ce monde extérieur à l’organisme. Il y a un vecteur causal qui transmet un influx par lequel on appréhende le monde extérieur au moyen du système percepteur de l’organisme. C’est la position soutenue actuellement. Dans Making Sense of the Senses, Keeley (2002) soutient qu’« une modalité sensorielle doit être interprétée comme “une avenue vers” un organisme pour des informations extérieures au système nerveux ». Il essaie d’en venir à une définition universelle des sens qui pourrait orienter la discussion au sujet des sens de l’homme et permettre une compréhension des sens que les animaux possèdent en général. Il suggère que les sens pourraient être individualisés en se référant à la physique (les conditions physiques extérieures auxquelles ils répondent), à la neurobiologie (les caract éristiques physiologiques, anatomiques et morphologiques des organes), au comportement (activité volontaire, générée par l’organisme en réponse à des variations du sens) et à une fonction dédiée (la relation spécifique entre une modalité du sens et les phénomènes qui peuvent se montrer biologiquement significatifs pour l’organisme). L’analyse de Keeley peut être intéressante au regard des efforts actuels pour élargir la perception humaine. Une interprétation de ce projet est qu’il s’agit d’une tentative...


pdf