In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

17 INTRODUCTION GÉNÉRALE Au fil des ans, la course contre la montre semble s’accentuer et la préoccupation pour le manque de temps s’intensifie. L’Américaine Juliet Shor fut l’une des premières à lancer le débat sur l’allongement des heures de travail et le manque de temps en publiant The Overworked American, ouvrage dans lequel elle montrait que les Américains travaillaient davantage qu’auparavant et qu’ils travaillaient de plus en plus de longues heures. Pour notre part, nous avons aussi pu constater par une analyse historique que le Canada était, avec les États-Unis et la Suède, au nombre des pays où le temps de travail, après avoir diminué régulièrement au cours du 20e siècle, semblait augmenter à nouveau (Tremblay, 2008c; Tremblay et Villeneuve, 1998b). Par ailleurs, nombre de personnes travaillent de longues heures, soit plus de 40 ou 50 heures par semaine, dans un contexte où l’on observe une polarisation des heures de travail : certaines femmes et les jeunes travaillent en général selon des horaires courts, pas toujours parce qu’ils le souhaitent, alors que d’autres catégories de travailleurs, femmes et hommes professionnels , cadres et ouvriers, travaillent souvent involontairement de longues heures. C’est là un phénomène particulièrement préoccupant dans un contexte où les parents, pères et mères, se plaignent de difficultés de conciliation emploi-famille (Tremblay, 2004c, d, 2003a) et où le vieillissement de la main-d’œuvre (voir Bellemare et al., 1998) fait aussi craindre de plus en plus de difficultés à assumer les longues heures de travail, les horaires variables, décalés et autres horaires que l’on peut considérer comme « asociaux ». Nombre de recherches, y compris les nôtres, ont permis d’observer chez plusieurs travailleurs , parents de jeunes enfants ou responsables de parents vieillissants et malades, une difficulté de plus en plus importante d’arriver à assumer leurs responsabilités familiales et professionnelles. Dans toutes les enquêtes, les parents, et surtout les mères de jeunes enfants, indiquent qu’ils manquent de temps, mais c’est aussi le cas des hommes et des femmes cadres et des professionnels notamment, pour qui les exigences de l’emploi, les échéanciers serrés et l’intensification du travail se traduisent par le sentiment de manquer de temps et, souvent, par du stress. Paradoxalement, les Québécois travaillent apparemment moins d’heures que les Américains et, pourtant, on discute davantage d’aménagement et de réduction du temps de travail au Québec qu’au Canada ou aux États-Unis. Cela s’explique sans doute par le fait que les Québécois sont plus attentifs à ce qui se passe en Europe, où les débats sur le sujet sont plus nombreux et où les horaires de travail sont plus courts. En effet, si l’on se base sur la moyenne annuelle des heures de travail par personne en emploi, les Québécois travaillent 88 % du niveau américain, alors que les Ontariens font 93 % des horaires américains et les Européens, 82 % en moyenne (Fortin, 2003). Conciliation emploi-famille et temps sociaux 18 La situation est toutefois relativement récente puisque c’est au début des années 70 que le Canada est passé en dessous des États-Unis pour le nombre annuel d’heures de travail . Des années 60 aux années 80, les heures annuelles ont baissé de 14 % au Canada et de 9 % aux États-Unis. Cela dépend d’un ensemble de facteurs qui ne relèvent pas toujours seulement des individus : conjoncture économique globale et demande pour nos produits et services, productivité de nos industries et prix de nos produits en comparaison de ceux d’autres zones, mais aussi actions des gouvernements et des syndicats , autant de facteurs qui influent sur la demande de main-d’œuvre des entreprises et de ce fait, sur les heures que peuvent faire les salariés. Les préférences des salariés jouent aussi, bien sûr, et il semble que les Québécois manifestent plus d’intérêt pour les horaires réduits, notamment les jeunes et les femmes, dont un certain pourcentage travaille à temps partiel par choix, même si d’autres subissent ces horaires réduits imposés par l’employeur. De façon générale, l’horaire de travail est plus court...

pdf

Additional Information

ISBN
9782760533967
Related ISBN
9782760533950
MARC Record
OCLC
844939638
Pages
414
Launched on MUSE
2013-05-20
Language
French
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.