In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

CHAPITRE 13 Analyse coût-efficacité des interventions pour réduire les maladies diarrhéiques chez les consommateurs de laitues irriguées avec des eaux usées au Ghana Razak Seidu et Pay Drechsel RÉSUMÉ Les interventions proposées et mises en œuvre pour atténuer les maladies diarrh éiques associées à la réutilisation des eaux usées en agriculture n’ont reçu que peu ou pas d’attention en ce qui touche l’évaluation comparative de leur rapport coût-efficacité. Ce chapitre évalue les coûts, les résultats et la rentabilité des interventions «avec traitement» et «sans ou post-traitement», ainsi qu’une combinaison de ces interventions pour l’irrigation avec des eaux usées dans les régions urbaines du Ghana à l’aide d’une approche qui intègre l’évaluation quantitative des risques microbiens (EQRM), les années de vie corrigées de l’incapacit é (AVCI) et l’analyse coût-efficacité (ACE).Les rapports coût-efficacité (RCE) pour le traitement et les interventions sans traitement évalués variaient de 31$ US par AVCI à 812$ US par AVCI évitée. Les mesures de réduction des risques qui ciblaient les pratiques agricoles et la réhabilitation de base des installations locales de traitement des eaux usées étaient les interventions les plus attrayantes, avec un RCE bien en dessous du seuil de 150$ US par AVCI, qui est parfois considéré comme la limite supérieure pour qu’une intervention sanitaire soit rentable dans les pays en développement. Toutes les combinaisons associées à la réhabilitation de base des stations de traitement, avec des interventions aux champs ou post-récolte, ou les deux, se sont traduites par des RCE allant de 282 L’irrigation avec des eaux usées et la santé 40 à 57$ US par AVCI. Cependant, les RCE pour la construction d’une nouvelle installation de traitement des eaux usées comme une intervention indépendante ou combinée avec des interventions aux champs et post-récolte n’étaient pas intéressants dans une optique de réduction des risques pour la santé. Bien que séduisantes, les RCE des options sans traitement sont largement tributaires de leur respect (ou adoption) de la part des agriculteurs et des vendeurs de produits alimentaires.À cet égard, le RCE a presque quintuplé lorsque le taux d’adoption était seulement de 25 pour cent par les agriculteurs et les vendeurs de produits alimentaires ; mais était attrayant aussi longtemps que les taux d’adoption ne descendaient pas en dessous de 70 pour cent. D’autre part, le succès de l’option de traitement dépend de la fonctionnalité des installations de traitement, ce qui n’est pas sans défis dans un pays comme le Ghana. Ainsi, ce chapitre souligne la nécessité d’une approche équilibrée de gestion des risques par le biais d’une combinaison d’interventions de traitement et sans traitement pour se prémunir contre des défaillances qui pourraient affecter le RCE à n’importe quelle étape. Bien que ce chapitre apporte une contribution au débat sur les interventions pour l’atténuation des risques sanitaires en matière d’irrigation avec des eaux usées, il serait utile d’avoir plus d’études de cas pour vérifier les données­ présentées ici. INTRODUCTION L’irrigation avec des eaux usées brutes, diluées et traitées pour la production de légumes est de plus en plus un élément central de la matrice alimentaire urbaine dans de nombreux pays en raison de l’épuisement des ressources en eau douce, de la demande accrue pour des légumes frais et de la nécessité de réutiliser l’eau en s’inspirant d’une compréhension plus approfondie des questions de durabilité. Les avantages de la pratique sont nombreux et comprennent les rendements sociaux, économiques et environnementaux qui se rejoignent parfaitement dans la sécurité des aliments, la conservation de l’eau douce et la gestion durable des eaux usées. Parallèlement, l’irrigation avec des eaux usées peut entraîner des conséquences graves pour la santé, et parfois mortelles, dont le coût pour la société est plus important que ses avantages si elle n’est pas menée de manière sécuritaire. La plupart des organismes pathogènes infectieux d’origines virale, bactérienne, protozoaire et parasitaire qui participent aux maladies gastro-­ ent...

pdf

Additional Information

ISBN
9782760531611
Related ISBN
9782760531604
MARC Record
OCLC
867786041
Pages
490
Launched on MUSE
2013-01-01
Language
French
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.