6. L'ancrage territorial d'une expérience ethnique
In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

6 L’ancrage territorial d’une expérience ethnique N A RIVE à Rosemont–La Petite-Patrie Christine Champagne, Juan-Luis Klein et Diane-Gabrielle Tremblay Le Centre N A Rive est un organisme sans but lucratif créé en 1973 pour favoriser l’intégration des nouveaux arrivants haïtiens. Il a œuvré pendant 13 ans sous la tutelle du Bureau de la communauté chrétienne haïtienne de Montréal (BCCHM) avant de devenir autonome en 1986. D’abord simple tremplin pour faciliter l’obtention d’un statut de résident permanent pour les membres de la communauté, le Centre N A Rive, suite à l’expression de besoins grandissants de la part de la population desservie, diversifiera son action vers l’alphabétisation, la francisation, puis la formation socioprofessionnelle et l’économie sociale. Le centre embrasse aujourd’hui un large éventail de ­ services liés à l’insertion sociale et économique des personnes faiblement scolarisées, particulièrement celles issues de l’immigration . 225 personnes par an participent aux divers programmes du Centre N A Rive. 024162.indb 125 04/10/11 4:37 PM 126 Initiatives locales et lutte contre la pauvreté et l’exclusion Ancré dans le quartier La Petite-Patrie, le Centre N A Rive s’insère dans un réseau à la fois ethnique et territorial. Son ancrage ethnique est naturel compte tenu de ses origines, alors que son ancrage territorial a dû être construit progressivement et résulte d’une stratégie de réorientation de sa mission. L’analyse de ce cas permet de constater l’effet de cette réorientation autant au niveau territorial qu’au niveau de l’organisation. Nous verrons que la construction d’un réseau local a su accroître la capacité d’agir du Centre grâce aux nombreuses ressources mobilisées et combinées. 1. Le Centre N A Rive : une inscription locale, métropolitaine et communautaire Pour bien situer l’intervention du Centre N A Rive, nous devons identifier les trois ancrages socioterritoriaux de ce centre. Nous allons d’abord ­ dresser brièvement un portrait sociodémographique de l’arrondissement­ Rosemont – La Petite-Patrie, principal cadre territorial de N A Rive, puis situer le problème de la sous-scolarisation, de la pauvreté et de l’immigration sur l’île de Montréal, et enfin présenter le parcours de la communauté haïtienne de Montréal, dont N A Rive est issu. 1.1. La Petite-Patrie : un carrefour interethnique Le Centre N A Rive est localisé dans le quartier La Petite-Patrie, situé dans l’arrondissement Rosemont – La Petite-Patrie. Cet arrondissement est le troisième plus populeux de la Ville de Montréal avec 133 618 habitants. Après un déclin démographique de 1966 à 1996, l’arrondissement affiche une croissance depuis 1996. Cet accroissement de la population n’est pas étranger à un regain d’intérêt pour les espaces centraux et s’accompagne d’un processus de gentrification, mais aussi de relocalisation des populations immigrantes. En effet, la population immigrante de l’arrondissement représente 26 325 personnes, soit près de 20 % de la population totale. L’arrondissement Rosemont – La Petite-Patrie représente un lieu carre­ four pour de nombreuses communautés ethniques de Montréal, dont la communauté haïtienne. Cette affluence haïtienne explique la localisation de N A Rive dans cet arrondissement, malgré le déplacement progressif de cette population vers les quartiers de Saint-Michel, de Montréal-Nord et de Rivière-des-Prairies. D’ailleurs, malgré l’ancrage du Centre N A Rive dans le quartier de La Petite-Patrie, la population qu’il rejoint dépasse­ largement les frontières de ce quartier. 024162.indb 126 04/10/11 4:37 PM L’ancrage territorial d’une expérience ethnique • N A RIVE à Rosemont–La Petite-Patrie 127 1.2. La Communauté haïtienne de Montréal1 Pour bien comprendre la problématique de la communauté haïtienne de Montréal et pour bien saisir l’ancrage de ses leaders, il importe de situer les différentes vagues d’immigration haïtienne qu’a connues le Québec. Trois vagues importantes d’immigration ont marqué l’établissement des Haïtiens au Québec et chacune de ces vagues comportait des caractéristiques sociales différentes : ▪ ▪ La première vague amène, dans les années 1960, un contingent de­ professionnels francophones haïtiens hautement qualifiés chassés par la dictature de...



Subject Headings

  • Poor -- Services for -- Québec (Province).
  • Marginality, Social -- Québec (Province) -- Prevention.
  • Social integration -- Québec (Province).
  • Economics -- Sociological aspects.
  • Economics -- Québec (Province) -- Sociological aspects.
  • You have access to this content
  • Free sample
  • Open Access
  • Restricted Access