3. De la concertation institutionnelle à la construction de l’appartenance territoriale
In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

3 De la concertation institutionnelle à la construction de l’appartenance territoriale Le CLIC Bordeaux-Cartierville Juan-Luis Klein et Christine Champagne1 Cette étude de cas porte sur une table de quartier de Montréal, soit le Conseil local des intervenants communautaires de Bordeaux-Cartierville (CLIC) dans l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville. Cette table a été créée à la demande du milieu local, afin de répondre au manque de concertation et de sentiment d’appartenance des organisations du quartier. Nous analyserons les différents enjeux sociaux dont s’occupent les membres de la table de quartier de Bordeaux-Cartierville afin de montrer l’impact du CLIC sur le territoire ­ d’intervention, notamment en ce qui concerne la lutte à la pauvreté et l’exclusion sociale.   1. GuillaumeTremblay a fait la recherche nécessaire à la rédaction de ce chapitre et a participé à l’écriture d’une première version. 024162.indb 53 04/10/11 4:37 PM 54 Initiatives locales et lutte contre la pauvreté et l’exclusion 1. Le territoire d’action du Conseil local des intervenants communautaires de Bordeaux-Cartierville Le CLIC concentre ses actions à l’échelle du territoire de Bordeaux-­ Cartierville.Ce territoire comprend deux quartiers,Cartierville et NouveauBordeaux . Une des caractéristiques de ce territoire est qu’il est délimité par des barrières physiques ou anthropiques importantes : la Rivière des­ Prairies, la voie ferrée et deux autoroutes (Autoroute 13 et boulevard­ Métropolitain), ce qui en fait un quartier enclavé, difficile d’accès et isolé. Ceci se manifeste dans la ­ perception que les citoyens locaux et les autres résidents de Montréal ont du quartier2. Le territoire d’intervention du CLIC s’insère dans l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville. Afin de répondre à l’émergence de la pauvreté et aux problèmes qu’elle cause dans plusieurs secteurs, différents organismes communautaires ont été mis sur pied. Instaurée au début des années 1980 dans Ahuntsic et au début des années 1990 dans Cartierville, cette prise en charge communautaire a rapidement débouché sur la création de plusieurs tables sectorielles qui, tour à tour, ont suscité la création de nouveaux organismes visant à répondre aux besoins et aux problèmes, tels que la croissance du chômage, la présence grandissante d’immigrants pauvres et la difficile ­ intégration socioprofessionnelle des jeunes. C’est dans ce contexte qu’est créé le CLIC dans Bordeaux-Cartierville. 2. Le contexte d’émergence de la Table de quartier de Bordeaux-Cartierville La situation de Bordeaux-Cartierville comporte plusieurs facettes associées à la pauvreté et à l’exclusion. Le logement, l’intégration ethnoculturelle, l’insertion socioéconomique des jeunes, la réussite scolaire, la sécurité, la santé et la qualité de vie comptent parmi les problèmes les plus graves qui sévissent dans le quartier3. En réponse à ce type de problèmes, plusieurs programmes ont été appliqués à Montréal, dont celui des tables de quartier. Grâce à leur ancrage territorial fort et leur mandat de concertation,elles sont à même d’encourager   2. Dans les années 1980, on parlait de ce quartier comme d’un fief lié à la drogue. On le­ surnommait d’ailleurs crackville.   3. À l’échelle montréalaise, nous pouvons ajouter les problèmes liés à l’itinérance et au­ vieillissement. 024162.indb 54 04/10/11 4:37 PM De la concertation institutionnelle à la construction de l’appartenance territoriale • Le CLIC Bordeaux-Cartierville 55 la mobilisation et la concertation des acteurs en vue d’actions à entreprendre pour infléchir les processus de dévitalisation qui affligent différents quartiers montréalais. Même si certaines tables de quartier sont plus anciennes,la plupart ont vu le jour dans les années 1990 suite au programme Vivre Montréal en santé affilié au programmeVilles et villages en santé de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).Ce dernier est responsable d’une revalorisation du rôle et de l’importance des gouvernements municipaux en regard de la qualité de vie des citoyens, d’où l’engagement de plusieurs quartiers ­ montréalais dans une démarche de « quartiers en santé ». Les tables de quartier ont pour mission de favoriser la concertation entre les membres qui la composent afin d’améliorer la qualité et les conditions de vie des citoyens, de lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale, de favoriser l’exercice d’une citoyenneté active dans ses dimensions individuelle...



Subject Headings

  • Poor -- Services for -- Québec (Province).
  • Marginality, Social -- Québec (Province) -- Prevention.
  • Social integration -- Québec (Province).
  • Economics -- Sociological aspects.
  • Economics -- Québec (Province) -- Sociological aspects.
  • You have access to this content
  • Free sample
  • Open Access
  • Restricted Access