In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

c h a p i t r e 8 LES DISPOSITIFS Le terme «dispositif» renvoie à ce que les ressources alternatives de traitement mettent concrètement en place en matière d’accompagnement, d’activit és au sens large, et d’organisation temporelle et spatiale pour soutenir le travail thérapeutique qu’elles poursuivent dans leur espace. L’étude des dispositifs des ressources alternatives de traitement met en évidence la pluralité et, le plus souvent, la grande ampleur des dispositifs disponibles au sein de chaque ressource1. En même temps, une telle étude fait aussi ressortir la grande diversité des ressources alternatives de traitement. On peut en fait regrouper les ressources alternatives de traitement en trois grandes catégories: un premier groupe comprend des ressources d’hébergement à moyen et long termes qui accueillent de façon privilégiée des personnes psychotiques; un deuxième groupe est constitué des ressources qui ont développé un programme intensif limité dans sa durée, que ce soit ou non dans un contexte d’hébergement; un troisième groupe, celui des ressources de type milieu de jour, offre des dispositifs ouverts et flexibles; l’une des ressources étudiées propose un autre type d’organisation des dispositifs qui s’articule essentiellement sur une thérapie de groupe. 1. En écho à la section « La vocation de la ressource » du chapitre 6, soulignons que quelques-une des ressources à l’étude ont la particularité d’avoir développé des volets d’activités en marge des dispositifs touchant de manière plus directe au traitement tel qu’on l’entend et tel qu’il se déploie à partir des ressources alternatives de traitement. Ces ressources proposent ainsi notamment des modalités d’accompagnement et de soutien plus particulières dans une démarche d’insertion au travail et de retour aux études. Comme nous l’avons noté plus haut, il arrive que la coexistence de ces différents dispositifs soulève des questionnements et des inquiétudes pour certains acteurs. 120 le mouvement de l’être De façon générale, la question de la durée ressort comme un trait différentiel majeur qui distingue les ressources alternatives de traitement les unes les autres. Dans certaines, la fréquentation peut s’inscrire dans une durée relativement longue; la souplesse des dispositifs y est généralement plus grande, et avec elle les possibilités d’adapter la nature du travail à la­ singularité des personnes. Comme nous venons de le noter, ces ressources semblent particulièrement aptes à accueillir des personnes souffrant de psychose. Dans les ressources qui proposent un programme plus court, c’est l’intensité de la démarche qui domine. Les responsables de ces ressources et les intervenants soulignent que ce double caractère des dispositifs – durée limitée et intensité – est à la fois une force et une limite de la ressource alternative de traitement. L’intensité permet que «beaucoup de choses remontent à la surface» (resp. ress. G); «on saisit beaucoup plus en profondeur une personne et la personne est beaucoup plus consciente rapidement et globalement de ce qu’elle vit» (int. 2, ress. F). Par ailleurs, dans ces mêmes ressources, la durée du séjour est souvent décrite comme trop brève pour les personnes accueillies, eu égard au poids et à la profondeur des souffrances qu’elles portent: «Il faudrait un suivi individuel beaucoup plus long» (resp. ress. F). «C’est sûr que ça prend une démarche à plus long terme pour la clientèle qu’on a […] Pour moi, c’est clair, clair, net et précis» (resp. ress. G). Dans ces ressources, le cadre apparaît plus strict et les usagers s’engagent à participer à l’ensemble des dispositifs. Une telle intensité des programmes est présentée comme une limite à l’accueil de personnes « en perte de contact avec la réalité » (resp. ress. F), qui auraient besoin de davantage de temps et de souplesse. Par contre, le cadre plus strict proposé par ces ressources est parfois présenté comme un aspect important et significatif du travail par rapport à certains types de difficultés, en particulier les troubles de la personnalité : «Avec les troubles de personnalité limite, on a eu à mettre un cadre un peu plus serré» (resp. ress. G). Un certain nombre de traits communs caractérisent les dispositifs qu’ont mis en place la plupart des ressources alternatives de traitement avec lesquelles nous avons travaillé. Nous nous arrêterons successivement à trois...

pdf

Additional Information

ISBN
9782760530737
Related ISBN
9782760530720
MARC Record
OCLC
835772347
Pages
222
Launched on MUSE
2013-01-01
Language
French
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.