restricted access Chapitre 8 : L’innovation: La condition suffisante
In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

© 2005 – Presses de l’Université du Québec Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél.: (418) 657-4399 – www.puq.ca Tiré de: Entrepreneuriat régional et économie de la connaissance, Pierre-André Julien, ISBN 2-7605-1329-7 • D1329N Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés C h a p i t r e 8 L’innovation La condition suffisante Une femme qui quitte Paris pour aller passer six mois à la campagne en revient aussi antique que si elle s’y était oubliée depuis trente ans. […] Quelquefois, les coiffures montent insensiblement, et une révolution les fait descendre tout à coup. […] Qui pourrait le croire? […] Il en est des manières et de la façon de vivre comme des modes: les Français changent de mœurs selon l’âge de leur roi. MONTESQUIEU, XCIX e lettre persane C omme nous l’avons vu dans l’introduction, l’innovation est au cœur du processus entrepreneurial, bien que son importance dans la définition de l’entrepreneur n’ait jamais été mesurée depuis les travaux de Schumpeter. Cela s’explique en partie par la 234 ENTREPRENEURIAT RÉGIONAL ET ÉCONOMIE DE LA CONNAISSANCE© 2005 – Presses de l’Université du Québec Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél.: (418) 657-4399 – www.puq.ca Tiré de: Entrepreneuriat régional et économie de la connaissance, Pierre-André Julien, ISBN 2-7605-1329-7 • D1329N Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés difficulté d’imaginer que l’innovation puisse être perpétuelle. En effet, la théorie de l’état stationnaire, développée par des théoriciens comme John-Stuart Mills au xixe siècle ou Simon Kuznets au xxe , affirme qu’il y aurait une limite au changement perpétuel et donc à l’innovation. Pourtant, Montesquieu soulignait déjà par son exemple de la mode qui change continuellement que les possibilités de combinaisons sont infinies. L’innovation est d’ailleurs au cœur de l’approche stratégique basée sur les ressources et les compétences, et ainsi de la compétitivité régionale et mondiale. Pour les PME et les régions, elle est donc cruciale dans cette nouvelle économie. Pour reprendre notre métaphore des romans policiers, l’innovation dans le crime est une des conditions les plus importantes pour ne pas se faire prendre, car les policiers connaissent la plupart sinon toutes les recettes déjà utilisées et peuvent facilement remonter la piste jusqu’aux auteurs qui les emploient. Pour Schumpeter (1934), la combinaison renouvelée d’idées ou d’éléments existants permet à l’organisation qui la réalise de se distinguer sur le marché tout en créant de nouvelles routines chez elle qui seront à nouveau transformées si l’innovation se renouvelle. Cette définition d’une recombinaison d’idées générant évidemment une nouvelle réalité touchant un ou des produits et le processus de production va dans le sens de ce que nous avons soutenu à propos de l’économie de la connaissance. Elle est d’ailleurs reprise par Choo (1998) qui fait de l’innovation une nouvelle création de savoir par la conversion d’informations en nouvelles informations1 . Tarondeau (2002) a constaté à plusieurs reprises que les gens d’affaires eux-mêmes considèrent l’innovation comme le résultat du travail de contrôle et de réorganisation que l’organisation effectue sur les savoirs et les compétences pour saisir une opportunité de marché ou ouvrir un nouveau domaine d’activité. Alexandre Dumas, l’auteur des Trois mousquetaires, raconte dans son Grand dictionnaire de cuisine de 1850 que le gastronome attitré de Napoléon, M. le marquis de Cussy, était tombé en disgrâce après la défaite de Waterloo. Mais lorsque Louis XVIII sut qu’il avait le premier trouvé «le mélange de la fraise, de la crème et du champagne», il s’empressa de lui accorder son pardon. La recombinaison complexe par les grands cuisiniers est toutefois critiquée par le chef français, Hervé This, physicien et chimiste de formation, 1. Pour Van de Ven (1986), l’innovation relève d’une idée nouvelle qui peut être soit une recombinaison d’idées anciennes, soit une recombinaison...


pdf