restricted access Chapitre 6 : L'information : Une première condition nécessaire pour réduire l’incertitude et l’ambiguïté
In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

C h a p i t r e 6 L’information Une première condition nécessaire pour réduire l’incertitude et l’ambiguïté À propos de gens taciturnes, il y en a de bien plus singuliers que ceux-là, et qui ont un talent bien extraordinaire. Ce sont ceux qui savent parler sans rien dire, et qui amusent une conversation, pendant deux heures de temps, sans qu’il soit possible de les déceler, d’être leur plagiaire, ni de retenir un mot de ce qu’ils ont dit. MONTESQUIEU, LXXXII e lettre persane. L’ information est à l’économie ce que sont le pétrole et maintenant l’électricité au transport. Elle est à l’origine de tout l’aspect volontaire de la stratégie et de la différenciation. C’est la métaressource qui permet de coordonner et d’orienter les ressources de© 2005 – Presses de l’Université du Québec Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél.: (418) 657-4399 – www.puq.ca Tiré de: Entrepreneuriat régional et économie de la connaissance, Pierre-André Julien, ISBN 2-7605-1329-7 • D1329N Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés 186 ENTREPRENEURIAT RÉGIONAL ET ÉCONOMIE DE LA CONNAISSANCE toute organisation, normale et légale ou criminelle, et qui explique le maintien des avantages concurrentiels des entreprises (Teece et al., 1997; Nonaka et al., 2000). De façon globale, elle permet de contrer la tendance à l’entropie qui menace tout système vivant, qu’il soit individuel ou social, comme le rappelait Georgescu-Roegen (1971) il y a plus de trente ans maintenant. Et c’est encore plus vrai dans l’économie de la connaissance qui ne peut que se nourrir systématiquement d’information et dans les économies industrialisées qui ne peuvent compétitionner les pays à faibles salaires que par l’innovation systématique. Pourtant, si l’économie actuelle multiplie l’information, notamment à l’aide des technologies de l’information et des communications (TIC) qui en accélèrent la production et l’échange, le résultat tient trop souvent de la cacophonie. Au point que la connaissance ne pénètre pas partout, car des citoyens se coupent des médias et se réfugient dans le silence plutôt que de subir le bruit incessant et trop souvent inint éressant de la surinformation sinon de la désinformation. Ainsi multipli ée, l’information, qui devrait diminuer l’incertitude, l’augmente au contraire par son trop-plein et surtout crée systématiquement de l’ambiguïté. L’information ne vaut que si son traitement la fait passer des données plus ou moins brutes à des renseignements qui touchent réellement l’auditeur, donc à la connaissance et enfin au savoir-faire, c’est-à-dire que si elle est transformée par et au profit de celui qui la reçoit1 . La bonne information transformée, réappropriée, est la base du fonctionnement de tout individu ou de toute organisation, ce qui lui permet de choisir et ainsi d’opter pour un comportement spécifique ou une stratégie face au futur incertain. Dans le développement de l’entrepreneuriat , comment obtenir et interpréter cette bonne information, comment trouver les clés pour l’interpréter, si possible avant les autres pour mieux s’y ajuster ou les précéder par l’innovation? Cruciale dans l’économie de la connaissance pour soutenir la distinction , la recherche de la bonne information est fondamentalement un problème de contenu et ainsi de qualité, et non de contenant ou de quantité. Pour comprendre cela, nous allons d’abord définir le rôle de l’information dans l’entrepreneuriat. Ensuite, nous allons distinguer les différents types d’information. Puis, nous discuterons des éléments ou 1. Déjà, en 1939, Georges Stigler expliquait que le transfert d’information n’est pas l’échange d’information. Le transfert relève du contenant alors que l’échange porte d’abord sur le contenu.© 2005 – Presses de l’Université du Québec Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél.: (418) 657-4399 – www.puq.ca Tiré de: Entrepreneuriat régional et économie de la connaissance, Pierre-André Julien, ISBN 2-7605-1329-7 • D1329N Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés L...


pdf