In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

INTRODUCTION1 La vérité est toujours inférée d’autres choses. G. Deleuze Une partie importante de la démarche de recherche en science relève de l’argumentation, en ce sens que toute recherche veut démontrer ou faire admettre quelque chose. Ce «quelque chose2» peut être une proposition formelle3 (hypothèse) ou une signification donnée à un événement. On n’argumente pas n’importe comment si on considère qu’il s’agit de faire accepter par ses pairs les idées que l’on veut soutenir. En sciences sociales, on défend en général une Thèse4 , hypothèse ou 1. Les auteurs remercient l’évaluateur anonyme mandaté par les Presses de l’Université du Québec pour les deux lectures attentives du manuscrit et pour ses nombreux commentaires qui ont enrichi cet ouvrage. 2. L’usage des guillemets signifie que le mot est pris dans un sens différent de celui qui est généralement admis ou pour éviter de le confondre avec les autres mots d’une phrase. Par exemple, le «quelque chose» est ici en surimposition de la phrase. Il désigne la chose dont je parle et non le pronom indéfini. 3. L’usage de l’italique signifie que le mot n’a pas le sens ordinaire qu’on lui prête. L’hypothèse n’est pas une proposition formelle, mais on peut dire que par rapport aux propositions de recherche, elle se distingue par un début de formalisation. 4. Pour éviter une confusion des termes, nous utiliserons le mot Thèse, avec une majuscule , pour parler de l’affirmation, soit l’hypothèse ou la proposition de recherche, qu’un proposant veut défendre. Lorsqu’il sera question de la thèse de doctorat, la minuscule sera utilisée. 2 Argumenter son mémoire ou sa thèse proposition de recherche. Le verbe défendre est ici approprié car il s’agit de convaincre de la valeur de notre Thèse par des arguments solides, la Thèse n’étant qu’une proposition qu’on est prêt à soutenir ou encore qu’on doit défendre contre un adversaire réel ou imaginaire. C’est une conjecture, une proposition considérée comme plausible qui exige une vérification. On n’argumente pas n’importe comment non plus si on cherche à expliquer ou à comprendre un phénomène avec une certaine certitude (vérité ou nécessité). L’argumentation, comme l’explique fort judicieusement Bertrand Buffon, «a pour aspiration et pour critère la vérité, à tout le moins le vraisemblable5». Argumenter est donc une tâche essentielle de la démarche scientifique; elle se développe une fois le travail d’enquête et l’analyse des données effectuées. Convaincre S’il est fréquent d’argumenter, lors de discussions avec des amis ou des parents par exemple, dans tous les cas, cela implique un raisonnement. Par raisonnement, on entend un certain enchaînement logique des jugements – arguments – pour en arriver à un énoncé vrai ou vraisemblable . Le mot clef de cette définition est «logique»; les enchaînements ne sont pas faits n’importe comment ou de n’importe quelle façon. Contrairement à une discussion entre amis où les arguments de chacun sont souvent énoncés sans ordre, en recherche, les arguments suivent des règles formelles qui établissent une hiérarchisation entre les énoncés et les liens de nécessité qui les unissent dans le raisonnement. Les jugements doivent être organisés d’une façon telle – d’une proposition admise je peux en déduire une autre qui soit nécessaire – que les conclusions que je vais en tirer aient une certaine valeur, une valeur indépendante des opinions de chacun. En suivant l’enchaînement des jugements, le lecteur devrait pouvoir accepter la ou les conclusions qui en sont déduites. Un bon raisonnement devrait rallier une majorité de personnes à ma conclusion. Une telle démarche donne en principe un pouvoir de convaincre à l’argumentaire. Nous reviendrons sur ce pouvoir qu’on oppose souvent à celui de persuader. 5. Bertrand Buffon, La parole persuasive, Paris, Presses universitaires de France, 2002, p. 14. «Vérité» et «vraisemblable» ne sont pas synonymes. Nous utiliserons «vraisemblable » parce qu’il est de plus de plus difficile d’admettre qu’une recherche scientifique aboutisse à la vérité ou même à des vérités. Introduction 3 Dans le cadre d’un mémoire...

pdf

Additional Information

ISBN
9782760526303
Print ISBN
9782760526297
MARC Record
OCLC
759158091
Pages
132
Launched on MUSE
2013-01-01
Language
French
Open Access
N
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.