In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Visite des ateliers : figures du poète en artiste chez Robert Melançon, Marie Uguay et Louise Warren Antoine Boisclair Collège Jean-de-Brébeuf Je porte mon atelier en tous lieux. Robert Melançon Exercices de désœuvrement S i plusieurs écrivains de la Révolution tranquille ont voulu, à l’instar de Gaston Miron, investir « la place publique », situer l’intervention politique au cœur de leur démarche ou, plus généralement, élever le geste individuel de l’écriture à une dimension sociale, la plupart des poètes postérieurs aux années 1980, c’est un lieu commun de l’affirmer, ont privilégié des tonalités, des thèmes ou des lieux plus « intimes ». Associée à la retraite ou à la solitude que nécessite le processus de création artistique, l’image de l’atelier, particulièrement insistante chez les poètes des années 1990, s’inscrit à plusieurs égards dans cette tendance. À l’opposé de la « place publique », qui correspond à la figure du poète « engagé », l’atelier incite l’écrivain – du moins, en apparence – à se tenir en marge des discours politiques de son temps; il fait du poète non pas un activiste, mais plutôt un artiste ou un artisan. « Je porte mon atelier en tous lieux », écrit à ce sujet Robert Melançon dans Exercices de désœuvrement; « je travaille en artisan à chaque poème1». « Nombre de poètes situent leur espace dans les ateliers d’artistes », se demande dans un autre registre Louise Warren : « est-ce pour nous rappeler qu’un poème est une construction? Ou simplement pour nous rapprocher du travail de l’artisan2 ? » La comparaison entre poésie et artisanat tire ses origines dans l’étymologie même du mot « poésie », dont la racine grecque (poiêsis) se rapporte, comme on le sait, à l’idée de« fabrication », et un poète comme Alfred DesRochers, bien avant L’artisan de Jacques Brault, publié en 2006, a pu décrire son travail comme un « humble ouvrage d’artisan3». 1 Robert Melançon, Exercices de désœuvrement, Montréal, Éditions du Noroît, 2002, p. 13-14, coll.« Chemins de traverse ». 2 Louise Warren, Bleu de Delft : archives de solitude, Montréal, Typo, [2001] 2006, p. 20, coll. « Essai ». 3 Alfred DesRochers, « À M. Alphonse Désilets », À l’ombre de l’Orford, Montréal, Bibliothèque québécoise, [1928] 1997, p. 17. Nouveaux territoires de la poésie francophone au Canada 294 Il reste néanmoins que la référence à l’atelier est devenue, au fil des ans, une sorte de topos de la poésie québécoise. Des titres de recueils parus depuis une vingtaine d’années en témoignent d’ailleurs à leur façon : L’atelier du matin (Philippe Haeck, 1987), L’atelier vide (René Lapierre, 2003) ou, encore, Le livre des branches : dans l’atelier d’Alexandre Hollan (Louise Warren, 2005). L’objectif principal des prochaines pages est non seulement d’éclairer le sens de ces références à l’atelier, mais aussi de voir comment la représentation du poète en artiste ou en artisan s’inscrit au cœur de la poésie québécoise des années 1980 et 1990. Il ne s’agira donc pas d’entendre le mot « atelier » au sens où André Marquis et Hélène Guy ont compris ce terme dans L’atelier d’écriture en question, un ouvrage consacré au phénomène de plus en plus populaire des « ateliers de création »4 . L’atelier en question, ici, sera la métaphore par laquelle l’écriture acquiert une portée artisanale et artistique; ce sera l’espace réel ou fictif associé à l’acte de création, à son caractère privé ou intime. La métaphore de l’atelier, nous le verrons plus en détail, touche la manière d’écrire, d’envisager la création artistique. Elle enseigne au poète une manière au sens où Gérard Dessons emploie ce terme, non pas nécessairement un « style », mais à tout le moins une « voix ». « La manière, c’est l’expression d’une main », écrit à ce sujet Dessons; « il en va de la main du peintre comme de la voix du poète5». Afin d’explorer les liens unissant la poésie québécoise à la figure de l’artiste – afin d’entrer dans l’atelier du poète –, nous proposons ici de porter une...

pdf

Additional Information

ISBN
9782760319905
Related ISBN
9782760307803
MARC Record
OCLC
859673725
Pages
426
Launched on MUSE
2012-08-07
Language
French
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.