In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

La poésie à coups de poing : « démocratisations » contemporaines de la parole poétique au Québec Luc Bonenfant Université du Québec à Montréal Le jeune rebelle vit dans un monde à l’écart. La classe moyenne, dont il est généralement issu, le désigne – dans la langue anglaise – de diverses façons : vaurien, truand, brute. La langue française, elle, utilise le mot plus fort de voyou pour lequel il n’y a pas vraiment d’équivalent en anglais. Il associe à la fois l’idée de mauvaise conduite et de tendance criminelle. Cependant, le jeune rebelle ne vit pas isolé dans ce monde qui lui est propre. Il représente un long lignage et il a un frère des temps modernes qui n’est jamais très éloigné de lui. Selon l’époque, ce frère est appelé clown, acrobate ou idiot. Il fut même surnommé « jongleur ». Il a également été désigné sous l’aimable nom d’Harlequin [sic]. Et de temps à autres [sic], le destin lui a prêté le nom prétentieux de poète. Wallace Fowlie Rimbaud et Jim Morrison : portrait du poète en rebelle A lors qu’elle semble à première vue un genre confidentiel ou restreint, pour parler comme Pierre Bourdieu, la poésie n’a paradoxalement jamais été aussi présente dans nos vies. Quiconque, depuis une quinzaine d’années, a tenté d’appréhender l’entièreté de la poésie québécoise a tôt fait de ressentir un certain vertige devant le nombre important de recueils publiés et de numéros de revues qui lui sont consacrés1 . À cette production écrite s’ajoutent les manifestations publiques, happenings plus intimes ou festivals plus larges, dont le Festival international de poésie de Trois-Rivières, le Festival Voix d’Amériques ou le Marché de la poésie de Montréal, 1 Récemment, François Ricard décrivait ainsi l’entrée du lecteur dans une librairie : « Leur nombre [de recueils de poésie] vous étonne, car vous ne soupçonniez plus qu’il se publiait au Québec (comme ailleurs, certainement) autant de livres de poésie tout à fait contemporaine. […] Vous feuilletez deux ou trois de ces plaquettes, mais vous n’avez pas assez d’argent sur vous pour les acheter – car la poésie, sous le rapport quantité-prix, est plutôt dispendieuse. Alors vous vous rabattez sur une des nombreuses revues qui, avec l’aide bien intentionnée de l’État, publient exclusivement des vers […] » (« Expérience de poésie commune », Contre-jour : cahiers littéraires, no 4 (été 2004), p. 152). Nouveaux territoires de la poésie francophone au Canada 132 pour ne nommer qu’eux. Tout en soulevant des questions quant à sa valeur esthétique, cette importance quantitative de la poésie met d’abord en jeu ce que Jasmine Châtelain a appelé son « côté direct, démocratique2», côté dont on peut penser qu’il a permis, suivant la proposition de Wallace Fowlie citée en exergue, de transformer le rebelle en poète. Une part importante de la poésie québécoise actuelle ne mise pas tant sur les qua­ lités esthétiques qui pourraient être les siennes que sur ses effets cathartiques. À cet égard, l’usage d’un stéréotype, celui de l’adolescent rebelle, permet d’en appeler à une forme précise de démocratisation où la « parole poétique » cesse de se concevoir comme une parole supérieure provenant d’un poète autorisé par une conception normative et hiérarchique de la littérature. Le présent article examine certaines des inflexions démo­ cratiques prises par la poésie québécoise contemporaine, à partir d’œuvres comme celles de Stéphane Ouellet ou de Tony Tremblay, mais aussi du slam, qui portent un projet commun consistant à utiliser la figure rimbaldienne3 comme relais privilégié de la « démo­ cratisation poétique » qu’elles cherchent à mener. À ce refus de la norme littéraire s’ajoute celui, plus politique en quelque sorte, d’un éventuel « devenir bourgeois ». Emportés par l’idée d’une parole qui sera séditieuse sur les plans poétique et littéraire, les poètes contemporains refusent du même coup l’empâtement existentiel causé par la conformité sociale qu’ils assignent aux « bien-pensants ». L’affrontement visible avec le consensus social et l’avilissement majoritaires pose les...

pdf

Additional Information

ISBN
9782760319905
Related ISBN
9782760307803
MARC Record
OCLC
859673725
Pages
426
Launched on MUSE
2012-08-07
Language
French
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.