In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

D >Jes la fin du XIXe siècle, Mosso établit que le flux sanguin accélère avec l'augmentation de l'activité cérébrale (Posner et Raichle, 1998, p. 62).Les outils décrits ci-dessous enregistrent divers changements sur le plan de l'activité cérébrale au moment où diverses fonctions (perceptions visuelle, sonore, olfactive, etc.)sont effectuées. Or, ces changements se reproduisent de manière si régulière d'un sujet à l'autre ou d'un moment à l'autre chez un même sujet que la communauté scientifique considère qu'ils reflètent l'activation des réseauxfonctionnels mis à contribution dans l'exercice de ces fonctions. Ainsi, leur mesure permet de montrer que ce sont de très vastes réseaux répartis dans de nombreuses régions plus ou moins distantes lesunes des autres qui sont mis à contribution lorsque l'activité étudiée concerne la mémoire ou le langage. Décrivons maintenant es principaux outils d'observation des changements neurologiques : L'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf rapide) :l'IRM utilise l'énergie magnétique pour réaliser des images de la structure du cerveau. À cette fin, elle place le sujet dans deux champs magnétiques : le premier, intense et stable, aimante tous les noyaux d'hydrogène présents dans les molécules d'eau du corps, de sorte que ces noyaux s'alignent dans la direction de ce champ. Le second, perpendiculaire au premier, peu intense et appliqué pendant un bref instant, fait varier l'orientation des noyaux d'hydrogène aimantés. Par le calcul de la variation dans leur position au moment où l'on arrête le second champ, on obtient des images en trois dimensions de notre corps. L'IRMf, ou IRM fonctionnel, compare des images du métabolisme cérébral en combinant les mesures issues de divers paramètres, tels le débit sanguin cérébral, la consommation de glucose et le taux d'oxygène dans l'hémoglobine. Cette comparaison s'effectue entre un moment dit d'équilibre etun second moment dit d'emmagasinage d'énergie, qui se produit sous l'influence d'une activité donnée. C'est sur cesvariations numériques enregistrées en temps réel, qu'une image tridimensionnelle du cerveau en action se forme. La tomographie par émission de positons (TEP) : cette technique permet de voir les différences d'activation des différentes aires du cerveau en combinant la tomographie, soit l'étude, de la structure d'un tissu, par injection intraveineuse de molécules radioactives capables d'émettre des positrons (parexemple, de l'eau radioactive). L'émission de ces molécules artificielles, à charge positive (positrons),force la rencontre DES OUTILS POUR APPRENDRE n DES OUTILS POURAPPRENDRE Des la fin du XIXe siecle, Mosso etablit que Ie flux sanguin accelere avec l'augmentation de l'activite cerebrale (Posner et Raichle, 1998, p. 62). Les outils decrits ci-dessous enregistrent divers changements sur Ie plan de l'activite cerebrale au moment ou diverses fonctions (perceptions visuelle, sonore, olfactive, etc.) sont effectuees. Or, ces changements se reproduisent de maniere si reguliere d'un sujet al'autre ou d'un moment al'autre chez un meme sujet que la communaute scientifique considere qu'ils refletent l'activation des reseaux fonctionnels mis acontribution dans l'exercice de ces fonctions. Ainsi, leur mesure permet de montrer que ce sont de tres vastes reseaux repartis dans de nombreuses regions plus ou moins distantes les unes des autres qui sont mis acontribution lorsque l'activite etudiee concerne la memoire ou Ie langage. Decrivons maintenant es principaux outils d'observation des changements neurologiques : • L'imagerie par resonance magnetique fonctionnelle (lRMf rapide) : l'IRM utilise l'energie magnetique pour realiser des images de la structure du cerveau. A cette fin, elle place Ie sujet dans deux champs magnetiques : Ie premier, intense et stable, aimante tous les noyaux d'hydrogene presents dans les molecules d'eau du corps, de sorte que ces noyaux s'alignent dans la direction de ce champ. Le second, perpendiculaire au premier, peu intense et applique pendant un bref instant, fait varier l'orientation des noyaux d'hydrogene aimantes. Par Ie calcul de la variation dans leur position au moment ou l'on arrete Ie second champ, on obtient des images en trois dimensions de notre corps. L'IRMf, ou IRM fonctionnel, compare des images du metabolisme cerebral en combinant les mesures issues de divers parametres, tels...

pdf

Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.