restricted access Au serpent
In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

400 Au serpent Il m’est arrivé dans l’effarement des villes de chercher quel animal adorer. Alors je remontais aux temps premiers. En défaisant les cycles en délaçant les nœuds en brisant les intrigues en enlevant les couvertures en tuant mes otages je cherchais. Fouineur. Tapir. Déracineur. Où où où l’animal qui m’avertissait des crues Où où où l’oiseau qui me guidait au miel Où où où l’oiseau qui me divulguait les sources le souvenir de grandes alliances trahies de grandes amitiés perdues par notre faute m’exaltait Où où où Où où où La parole me fut vulgaire Ô serpent dos somptueux enfermes-tu dans ton onduleuse lanière l’âme puissante de mon grand-père ? Salut à toi serpent par qui le matin agite la belle chevelure mauve des manguiers de décembre et pour qui le nuit invention du lait dégringole de son mur ses souris lumineuses Salut à toi serpent cannelé comme le fond de la mer et que mon cœur nous détache de vrai comme prémisse du déluge Salut à toi serpent ta reptation est plus majestueuse que leur démarche et la paix que leur Dieu ne donne pas tu la détiens souverainement. Serpent délire et paix la campagne me démembre sur les claies d’un vent d’outrages les secrets qui firent retentir leurs pas au débouché de la trappe millénaire des gorges qu’ils serraient à étrangler. à la poubelle ! que tous croupissent à composer la banderolle d’un corbeau noir s’affaiblissant en un battement d’ailes blanches. Serpent dégoût large et royal accablant le retour dans les sables de l’imposture embrun qui nourrit le ras vain de la mouette à la tempête pâle des silences rassurants tu te chauffes le moins frêle. Tu te baignes en deça des cris les plus discords sur les écumes songeuses de l’herbe quand le feu s’exhale de la barque veuve qui consume le cap de l’éclat de l’écho 401 To the Serpent I have had occasion in the bewilderment of cities to search for the right animal to adore. So I worked my way back to the first times. Undoing cycles untying knots crushing plots removing covers killing my hostages I searched. Pryer. Tapir. Uprooter. Where where where the animal who warned me of floods Where where where the bird who led me to honey Where where where the bird who revealed to me the fountainheads the memory of great alliances betrayed great friendships lost through our fault exalted me Where where where Where where where The word made vulgar to me O serpent sumptuous back do you enclose in your sinuous lash the powerful soul of my grandfather? Greetings to you serpent through whom morning shakes its beautiful mango mauve December chevelure and for whom the milk-invented night tumbles its luminous mice down its wall Greetings to you serpent grooved like the bottom of the sea and which my heart truly detaches for us like a premise of the deluge Greetings to you serpent your reptation is more majestic than their gait and the peace their God gives not you hold supremely. Serpent delirium and peace over the hurdles of a scurrilous wind the countryside dismembers for me secrets whose steps resounded at the opening of the millenary throat trap they tightened to strangulation. on the scrap heap! may they all rot in portraying the banner of a black crow weakening in a beating of white wings. Serpent broad and royal disgust overpowering the return in the sands of deception spindrift nourishing the vain raft of the seagull in the pale tempest of reassuring silences you the least frail warm yourself. You bathe yourself on the near side of the most discordant cries on dreamy spumes of grass when fire is exhaled from the widow boat that consumes the cape of the echo’s flash 402 mais pour mieux faire frissonner de tes morts successives – fréquentation verte des éléments – ta menace. Ta menace oui ta menace corps issant des brumes rauques de l’amertume où il a corrompu le soucieux gardien de phare et qui siffle et prend son petit temps de galop vers les rayons assassins de la découverte. Serpent charmant piqueur du sein des femmes et par qui la mort s’insinue maturité au fond d’un fruit seul seigneur seigneur seul...


pdf
  • You have access to this content
  • Free sample
  • Open Access
  • Restricted Access