Le coup de couteau du soleil dans le dos des villes surprises
In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

346 Le coup de couteau du soleil dans le dos des villes surprises Et je vis un premier animal il avait un corps de crocodile des pattes d’équidé une tête de chien mais lorsque je regardai de plus près à la place des bubons c’étaient des cicatrices laissées en des temps différents par les orages sur un corps longtemps soumis à d’obscures épreuves sa tête je l’ai dit était des chiens pelés que l’on voit rôder autour des volcans dans les villes que les hommes n’ont pas osé rebâtir et que hantent éternellement les âmes des trépassés et je vis un second animal il était couché sous un bois de dragonnier des deux côtés de son museau de chevrotain comme des moustaches se détachaient deux rostres enflammés aux pulpes Je vis un troisième animal qui était un ver de terre mais un vouloir étrange animait la bête d’une longue étroitesse et il s’étirait sur le sol perdant et repoussant sans cesse des anneaux qu’on ne lui aurait jamais cru la force de porter et qui se poussaient entre eux la vie très vite comme un mot de passe très obscène Alors ma parole se déploya dans une clairière de paupières sommaires, velours sur lequel les étoiles les plus filantes allaitent leurs ânesses le bariolage sauta livré par les veines d’une géante nocturne ô la maison bâtie sur roc la femme glaçon du lit la catastrophe perdue comme une aiguille dans une botte de foin une pluie d’onyx tomba et de sceaux brisés sur un monticule dont aucun prêtre d’aucune religion n’a jamais cité le nom et dont l’effet ne peut se comparer qu’aux coups de fouet d’une étoile sur la croupe d’une planète sur la gauche délaissant les étoiles disposer le vever de leurs nombres les nuages ancrer dans nulle mer leurs récifs le cœur noir blotti dans le cœur de l’orage nous fondîmes sur demain avec dans nos poches le coup de couteau très violent du soleil dans le dos des villes surprises 347 The Sun’s Knife-Stab in the Back of the Surprised Cities And I saw a first animal it had a crocodile body equine feet a dog’s head but when I looked more closely in place of buboes were scars left at different times by storms on a body long subjected to obscure ordeals its head I told you was that of the hairless dogs one sees prowling around the volcanoes in cities that men have not dared to rebuild and that the souls of the departed haunt for all eternity and I saw a second animal it was lying beneath a dragon tree from both sides of its musk-deer muzzle two pulp-enflamed rostra stood out like mustaches I saw a third animal that was an earthworm but a strange will animated the beast with a long narrowness and it stretched out on the ground ceaselessly losing and growing new rings that one would never have thought it strong enough to bear and that pushed life back and forth among them very fast like an obscene password Then my word unfolded in a glade of pithy, velvet eyelids over which the fastest falling stars suckled their she-asses the medley of colors exploded surrendered by the veins of a nocturnal giantess oh the house built upon rock the woman a cold fish in bed the catastrophe lost like a needle in a bundle of hay a rain of onyx and of broken seals fell upon a hillock whose name has never been uttered by any priest of any religion and whose effect can only be compared to a star’s whiplashes on a planet’s rump on the left deserting the stars to arrange the vever* of their numbers the clouds to anchor in no sea their reefs the black heart nestled in the heart of the storm we built on tomorrow having pocketed the sun's very violent knife-stab in the back of the surprised cities ...



  • You have access to this content
  • Free sample
  • Open Access
  • Restricted Access