Avis de tirs
In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

66 Avis de tirs Le mulet de mes paupières glissant sur le pavé lourd de mes yeux d’avant terre J’attends au bord du monde les-voyageurs-qui-ne-viendront-pas donnez-m’en du lait d’enfance, des pains de pluie, des farines de mi-nuit et de baobab mes mains piquées aux buissons d’astres mais cueillies d’écume délacent avant temps le corsage des verrous et la foudroyante géométrie du trigonocéphale pour mon rêve aux jambes de montre en retard pour ma haine de cargaison coulée pour mes 6 arbres géants de Tasmanie pour mon château de têtes en Papouasie pour mes aurores boréales mes sœurs mes bonnes amies pour mon amie ma femme mon otarie ô vous toutes mes amitiés merveilleuses, mon amie, mon amour ma mort, mon accalmie, mes choléras mes rimes lunaires mes lévriers mes tempes maudites (et les mines de radium enfouies dans l’abysse de mes innocences sauteront en grains dans la mangeoire des oiseaux et le stère d’étoiles sera le nom commun du bois de chauffage recueilli aux alluvions des veines chanteuses de nuit) à la 61e  minute de la dernière heure la ballerine invisible exécutera des tirs au cœur à boulets rouges d’enfer et de fleurs pour la première fois à droite les jours sans viande sans yeux sans méfiance sans lacs à gauche les feux de position des jours tout court et des avalanches le pavillon de phimosis à dents blanches du Vomito-Negro sera hissé pendant la durée illimitée du feu de brousse de la fraternité. 67 Gunnery Warning The mule of my eyelids slipping on the heavy pavement of my pre-earth eyes I await at the edge of the world the-travelers-who-will-not-come give me some milk of childhood, some loaves of rain, some meal of midnight and of baobab my hands pricked in star thickets but gathered from foam unlace before time the bodice of bolts and the lightning geometry of the fer-de-lance* for my dream with its legs of a slow watch for my hatred of sunken cargo for my 6 giant Tasmanian trees for my castle of Papuan heads for my northern lights my sisters my girlfriends for my girl my woman my sea lion oh all of you my marvelous friendships, my girl, my love my death, my lull, my choleras my lunar rhymes my greyhounds my cursed temples (and the radium mines buried in the abyss of my innocences will explode as seeds in the bird feeder and the cord of stars will be the common name for firewood gathered in the alluvium of veins singers of night) at the 61st minute of the final hour the invisible ballerina will execute shots to the heart with red-hot infernal and floral cannonballs for the first time to the right the days without meat without eyes without suspicion without lakes to the left the navigation lights of days—period—and of avalanches the white-toothed phimosis flag of Vomito-Negro* will be hoisted for the unlimited duration of the brush fire of brotherhood. ...



  • You have access to this content
  • Free sample
  • Open Access
  • Restricted Access