In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

CONTRAIREMENT AUX DÉPLACEMENTS DES HOMMES, on connaît peu de choses sur les migrations des femmes africaines avant les années 1970. Même dans le cas des flux migratoires dominés par les femmes, par exemple les déplacements entre régions rurales de plusieurs pays d’Afrique, la mobilité féminine n’est généralement associée qu’au mariage.Elle a rarement été considérée dans le contexte de la migration de travail ou dans le cadre plus large des économies régionales, nationales ou internationales. Lorsqu’il est fait mention des femmes, celles-ci sont réduites à des situations marginales. Skinner, par exemple, parle de femmes « fugitives », soit de jeunes mères CHAPITRE 6«LES HOMMES SUIVENT L’ARGENT, ET LES FEMMES SUIVENT LES HOMMES» LES MIGRATIONS FÉMININES, 1900-1973 ENTRE LE MIL ET LE FRANC Les migrations féminines, 1900-1973 246 célibataires ou de femmes plus âgées divorcées ou séparées fuyant l’emprise sociale de leur village pour s’installer dans un centre urbain ou un pays voisin. Dans de tels cas, on dit souvent qu’elles devaient s’adonner à la prostitution pour subvenir à leurs besoins (Skinner, 1960, p. 390-391). Les années 1980 ont enfin vu apparaître les femmes dans la littérature migratoire (Piché, 2013b). En effet, il faudra attendre le numéro spécial de l’International Migration Review sur les migrations féminines, paru en 1984 et dirigé par Mirjana Morokvasic, pour nous rappeler que la migration est également féminine1 . Le bilan qu’elle fait de la migration des femmes n’est pas univoque: en fait, la migration féminine peut être positive (émancipation, autonomie financi ère), mais elle peut aussi renforcer les inégalités de sexe (voir Tienda et Booth, 1991). La recherche sur les migrations féminines s’est surtout concentrée sur deux objectifs : le développement d’une théorie particulière sur la place des femmes dans la société, théorie qui doit aller au-delà de la simple prise en compte du sexe comme une variable parmi d’autres pour en faire un concept central (Thadani et Todaro, 1984; Boyd, 1989; Pessar, 1999; Piper, 2006; Lutz, 2010). Cette construction théorique, très liée à l’approche «genre», pose la thèse que la division sexuelle du travail, qui confine les femmes essentiellement au travail domestique, les place dans une position subordonnée, restreignant leur mobilité géographique dans les zones de départ ou les reléguant souvent à des emplois précaires dans les zones de migration.Par ailleurs,tout en reconnaissant le caractère contraignant de la place des femmes dans la sphère domestique, plusieurs travaux mettent plutôt l’accent sur l’émergence d’une migration féminine autonome. Cela est particulièrement le cas en Afrique où l’augmentation des migrations féminines est souvent associée à des migrations autonomes (Findley, 1997; Adepoju, 2002; Comoé, 2005; Le Jeune, Piché et Poirier, 2004, 2005; Le Jeune, 2007). Le débat sur le rôle des femmes dans la migration en Afrique reste fortement tributaire des données très récentes. La perspective historique est donc complètement absente et laisse ainsi supposer que la question des migrations féminines pour des raisons autres que familiales ne se pose que tout récemment . Une des grandes originalités de la première enquête de 1974-1975 sur la migration est d’avoir recueilli les récits migratoires des femmes. Il nous est alors possible d’examiner la place des femmes dans la migration, inter­ nationale comme interne, dans un contexte historique parcourant tout le xxe siècle. Dans le présent chapitre, nous analysons la migration féminine entre 1900 et 1973, réservant le prochain chapitre à la période plus récente (1974-2000). Les 1. Il faut néanmoins reconnaître que l’approche féministe appliquée aux migrations n’a pas complètement pénétré le champ migratoire dominant. Les revues de littérature récentes font encore aujourd’hui peu de place aux migrations féminines (voir p. ex. Massey et al., 1998; Zlotnik, 2003; Caselli, Vallin et Wunsch, 2006). ENTRE LE MIL ET LE FRANC Les migrations féminines, 1900-1973 247 variables présentées ici sont les mêmes que celles utilisées pour l’analyse de la mobilité masculine. On ne s’étonnera pas de...

pdf

Additional Information

ISBN
9782760543041
MARC Record
OCLC
933515978
Pages
406
Launched on MUSE
2016-01-01
Language
French
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.