In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

INTRODUCTION LES DÉBATS SUR LES LIENS ENTRE MIGRATION ET développement sont revenus en force depuis les années 1990. En grande partie, ils portent sur l’effet développementaliste des transferts monétaires et le rôle des migrants trans­ nationaux (Faist, 2008; De Haas, 2010, 2012; Piché, 2013a, 2013b). Le discours issu tant de la communauté scientifique que des organisations internationales a tendance à considérer les transferts monétaires et le rôle des migrants en diaspora comme pouvant être des facteurs importants de développement, d’où le fameux ENTRE LE MIL ET LE FRANC Introduction 2 slogan «gagnant-gagnant-gagnant1». Les discussions sur les liens entre migration et développement ont surtout porté sur les migrations internationales, y compris les migrations temporaires dans le cadre des nouveaux programmes de travailleurs migrants de plus en plus en vogue dans les pays du Nord (Portes, 2009). Quant à la migration circulaire, sauf dans l’article récent de Skeldon (2012), elle a suscité peu d’intérêt dans les débats actuels. Pourtant, comme nous le verrons plus loin, la migration circulaire a été particulièrement bien documentée et théorisée dans les années 1970 et 1980, du moins dans le cas africain (Wilson, 1972; Wolpe, 1972; Burawoy, 1976; Stichter, 1982; Gregory et Piché, 1983; Cordell, Gregory et Piché, 1996). Même si la question de l’effet de la migration circulaire sera présente tout au long de notre étude, nous réservons un dernier chapitre à cette question (chapitre 8). Pour nous, la question de l’effet migratoire ne peut être résolue sans une compréhension approfondie des flux migratoires, de leurs caractéristiques et des facteurs historiques et structurels qui y sont associés. C’est pourquoi nous consacrons six chapitres à l’analyse statistique des migrations burkinabè de même qu’aux contextes politiques et économiques qui les sous-tendent. L’histoire que nous présentons dans cet ouvrage est celle de la migration telle qu'elle a été perçue et remémorée par les femmes et les hommes qui se sont déplacés, depuis 1900, à l’intérieur comme à l’extérieur du Burkina Faso, de même que par celles et ceux qui y sont retournés2 . Elles et ils se retrouvent au cœur d’un système migratoire qui figure parmi les plus importants en Afrique de l’Ouest3 . Notre étude de cas apporte un éclairage nouveau sur un courant migratoire Sud-Sud largement ignoré dans les recherches. Selon une étude récente de l’Organisation internationale des migrations, les migrations Sud-Sud représentent entre 35 et 40% de l’ensemble des migrations internationales (International Organization for Migration – IOM, 2013). De plus, toujours selon cette étude, le corridor Burkina Faso–Côte d’Ivoire est le seul corridor africain à figurer parmi les 10 corridors Sud-Sud les plus empruntés dans le monde (IOM, 2013, p. 59). 1. Le slogan est surtout connu sous sa version anglophone «win-win-win» véhiculant l’idée que tout le monde peut profiter de la migration internationale: les régions d’origine, les régions de destination et les migrants eux-mêmes (voir Piché, 2009; Geiger et Pécoud, 2010, 2012). 2. Avant 1984, ce territoire d’Afrique de l’Ouest portait le nom de Haute-Volta. Afin d’éviter toute confusion, nous utilisons la terminologie contemporaine à travers tout le livre. Ainsi, nous parlerons du «Burkina Faso» et des Burkinabè. Comme l’usage au Burkina veut que l’adjectif «burkinabè» soit invariable, nous nous y conformerons. Il en ira de même avec les noms des groupes ethniques, qui demeurent invariables. 3. L’Afrique de l’Ouest est un vaste territoire formé de 16 pays: Nigéria, Niger, Bénin, Togo, Ghana, Côte d’Ivoire, Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Sénégal, Gambie, Guinée-Bissau, Sierra Leone, Libéria et Cap-Vert. ENTRE LE MIL ET LE FRANC Introduction 3 Cet ouvrage est unique en plusieurs points4 . Premièrement, il ouvre une nouvelle fenêtre historique sur la migration burkinabè à partir d’un type de source inusitée, l’enquête par sondage. La plupart des études historiques du phénomène sont basées soit sur des documents datant de l’époque coloniale qui présentent les déplacements burkinabè du point de vue du colonisateur, soit sur des histoires orales5 . Les deux enquêtes nationales sur la migration, au c...

pdf

Additional Information

ISBN
9782760543041
MARC Record
OCLC
933515978
Pages
406
Launched on MUSE
2016-01-01
Language
French
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.