Éros
In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Un soir, Ann assista à une soirée où la conversation dévia sur le thème de la sexualité. Quels facteurs éveillent l’être sexuel? Et à quel moment soupçonne-t-on la réciprocité du désir? L’homme assis à ses côtés débattait le sujet avec autorité.«De nos jours, dit-il, l’acte sexuel exige une parure verbale. Les autres créatures, c’est-à-dire les créatures moins évoluées, laissent l’instinct guider leur sexualité, tandis que les humains ont tant évolué qu’ils se voient contraints de disséquer toute sensation naturelle. Un phénomène de surraffinement culturel . Il arrive même que certaines personnes, l’esprit obnubilé parleursrecherchesmathématiquesouleurcoiffure,demeurent complètement dans le vague et aient besoin d’une sorte de guide, à l’instar des guides qui nous accompagnent lors de la visite d’un barrage hydraulique ou lors d’une excursion botanique.» — De nos jours, on exige des explications avant d’autoriser l’union charnelle, affirma-t-il. Ann n’était pas d’accord et elle le fit savoir. L’homme en question s’appelait Alex. On lui avait dit que c’était un fabricant d’instruments de musique médiévaux réputé et qu’il vivait dans un entrepôt aménagé en studio, pas trop loin de chez elle. Éros Carnaval du quotidien 5p.indd 181 14-01-14 13:46 182 Le Carnaval du quotidien Elle se doutait bien qu’on l’avait invité pour le lui présenter – il n’était pas rare que ses amis en couple jouent aux marieurs. Elle se trouvait une fois de plus, divorcée, assise à une longue table festive, aux côtés d’un célibataire. Ann trouva la tournure d’Alex, « l’union charnelle », vieux jeu et niaise, comme les poèmes qu’on faisait lire à l’école. — C’est pourquoi, continua Alex, on oblige les parents à ouvrir les yeux de leurs enfants avec des histoires de cigogne et de chou. Sans quoi, les nouvelles générations risqueraient tout simplement de ne pas piger les mécanismes qui entrent en jeu. — Impossible, lança quelqu’un à l’autre bout de la table, personne n’arrive à l’âge adulte sans avoir conscience d’être un animal sexuel. Alex resta droit dans ses bottes. Il tendit un avant-bras sur la table de sorte que la lumière projetée par les deux halos des bougies se réverbérait sur les poils recouvrant le dessus de sa main qui gesticulait  : — Bien entendu, les enfants ressentent des pulsions sexuelles, mais ils ne savent pas nécessairement ce que les autres font dans ces cas-là. — Il suffit d’allumer la télévision… — Même aux heures de grande écoute ! — … et la nouvelle pièce à l’affiche au théâtre ! Vous l’avez vue ? Franchement crue ! — Aucune pudeur. — Quand j’ai demandé des explications à ma mère, elle s’esttordulesmainsetm’adit  :« Quoi,tunelesaispasencore ! » — Nous sous-estimons le nombre de personnes qui sont prisonnières d’un cycle d’innocence, ajouta Alex avec un hochement de tête qu’Ann trouva prétentieux. Elles résistent. Elles refoulent. — Elles n’ont qu’à lire le journal. — C’est écrit noir sur blanc. — … pas tout à fait. — Le désir, souffla l’hôtesse du dîner. Elle plongea le regard dans sa coupe de vin et répéta  : le désir. Carnaval du quotidien 5p.indd 182 14-01-14 13:46 Éros 183 La conversation s’engagea sur le cas des épouses victoriennes qui arrivaient à leur lit nuptial sans la moindre idée de ce qui se tramait. Elles devaient être scandalisées et trouver les attentes de leur mari perverses. « Ma douce chérie, je vais devoir enfoncer un truc entre vos jambes, mais je vous promets d’être doux… » — Peut-être que cela arrivait de temps en temps, dit Ann, mais seule une personne particulièrement sotte pouvait atteindre l’âge de se marier sans établir de lien entre toutes les preuves flagrantes qui l’entouraient. — Vous voulez dire en observant les animaux de ferme et ce genre de trucs ? demanda quelqu’un. — Oui, entre autres. Et les galanteries quotidiennes qui se sont toujours faites au vu et au su de tous. Les baisers, les effleurements. Les regards érotiques. Il faut bien se douter de quelque chose et savoir qu’il y a entre les hommes et les femmes plus que des conversations polies et...


pdf