Collection Regards sur la traduction

Published by: University of Ottawa Press

Go

Browse Books in Series:

Collection Regards sur la traduction

previous PREV 1 2

Results 11-16 of 16

:
:
Access Restricted no This search result is for a Book

Le Québec traduit en Espagne

Analyse sociologique de l’exportation d’une culture périphérique

María Sierra Córdoba Serrano

Comment une « petite nation » peut-elle exister et subsister dans l’espace culturel mondialisé actuel ? Par quels mécanismes une culture minoritaire peut-elle être exportée et se tailler un créneau dans un marché culturel central surchargé ? Voici les questions auxquelles María Sierra Córdoba Serrano tente de répondre dans ce livre. L’ouvrage examine les transferts culturels du Canada vers l’Espagne en analysant un corpus de 77 traductions d’œuvres littéraires québécoises traduites en Espagne, en espagnol et en catalan, entre 1975 et 2004. Les assises théoriques de cette étude reposent sur la sociologie des champs de Pierre Bourdieu appliquée à la traduction et s’appuient, d’une part, sur les études de réseaux et, d’autre part, sur la recherche dans le domaine de la diplomatie culturelle. Ce livre met en lumière les différentes phases d’un transfert littéraire : d’abord l’initiation et la sélection des biens culturels, puis la circulation, la réception et la reclassification ou création d’une nouvelle image de marque de ces biens cadrant avec la logique des champs sociaux et littéraires cibles où ils se voient recontextualisés et resémantisés. L’auteure montre comment les intérêts propres à chacun des champs culturels concernés – source (canadienne et québécoise) et cible (espagnole et catalane) – se traduisent par des stratégies politiques, commerciales, éditoriales et textuelles différentiées. L’ouvrage porte en outre un regard inédit sur le rôle déterminant (mais non déterministe) des acteurs institutionnels, ici canadiens et québécois : ceux-ci développent des stratégies et des structures visant à promouvoir et à accueillir la littérature québécoise en Espagne et en Catalogne. L’auteure se penche aussi sur l’action d’autres agents (éditeurs, directeurs de collection, traducteurs, professeurs de littérature, etc.) qui jouent un rôle central dans le transfert concerné.

Access Restricted no This search result is for a Book

Le Traducteur, l'Église et le Roi

Clara Foz

Cet ouvrage jette un nouvel éclairage sur une période particulièrement fertile de l’histoire de la traduction, qui s’étend sur les XIIe siècles en Espagne. C’est au cours de cette période que le savoir scientifique et philosophique des Grecs, revu et corrigé par les Arabes, est transmis aux Occidentaux. Clara Foz remet en question l’idée communément admise que l’École de Tolède formerait une entreprise unique. Son analyse révèle plutôt l’existence de deux mouvements de traduction, l’un commandité par l’Église, au XIIe siècle, l’autre par le roi Alphonse X, le Sage, au XIIIe siècle. L’auteur fait d’abord état de pratiques qui avaient cours à l’époque pour la traduction, puis elle fait ressortir les enjeux politiques et culturels sous-jacents. Que traduit-on ? Pourquoi traduit-on ? Quels sont les modes de collaboration entre traducteurs ? Quels sont les rapports qui unissent les traducteurs à leurs commanditaires ?

Access Restricted no This search result is for a Book

Les Inventeurs de dictionnaires

De l'eduba des scribes mésopotamiens au scriptorium des moines médiévaux

Jean-Claude Boulanger

Le dictionnaire est certainement l’une des plus grandes inventions intellectuelles de l’humanité. Ce livre retrace son histoire depuis ses humbles origines au milieu du IVe millénaire av. J.-C. jusqu’en 1539, date de la publication du premier dictionnaire du français par Robert Estienne. Un itinéraire culturel et historique de 5000 ans qui entraîne le lecteur à travers de grandes civilisations : la Mésopotamie, l’Égypte, la Grèce, Rome et l’Europe. L’optique retenue favorise deux dimensions : d’abord, le récit historique chronologique à partir de l’invention de l’écriture vers 3500 av. J.-C. jusqu’à l’invention de l’imprimerie au milieu du XVe siècle ; ensuite, l’étude critique des ouvrages marquants et innovateurs sur le plan des principes et des méthodes lexicographiques, et cela pour chacune des époques et des civilisations mentionnées. Les créatures de dictionnaires ne sont pas oubliés : chaque fois qu’un lexicographe a laissé son nom, une courte notice biographique le situe dans la longue lignée des bâtisseurs de dictionnaires.

Access Restricted no This search result is for a Book

Portraits de traducteurs

Jean Delisle

Ce recueil de portraits nous fait pénétrer dans l’intimité de dix traducteurs qui appartiennent à diverse époques : XVIe, XVIIIe, XIXe et XXe siècles. Les textes traduits vont de l’article de presse aux Saintes Écritures, en passant par la tragédie grecque, le roman, la poésie, le conte, le « polar » et les traités de droit. Réintroduisant la subjectivité dans le discours sur la traduction, ces portraits contribuent au nécessaire recentrement de l’attention sur la personne de traducteur. Lorsqu’il a entrepris telle ou telle traduction, quelle était sa visée réelle ? S’est-il plié docilement aux contraintes inhérentes à cet exercice de réénonciation interlinguistique et interculturelle ? A-t-il transgressé certaines de ces contraintes ? Où a-t-il travaillé ? À quelle époque ? Pour qui ? À quelle fin ? Dans quelles circonstances ? Quels facteurs externes ont pu infléchir sa manière de traduire, l’amener à modifier le texte original, voire à s’autocensurer ? Autant de questions dont il faut chercher les réponses en dehors des textes traduits.

Access Restricted no This search result is for a Book

Portraits de traductrices

Sous la direction de Jean Delisle

Ce recueil nous fait pénétrer dans le cabinet de travail de onze femmes, traductrices de romans, de traités scientifiques, d’études historiques et d’ouvrages philosophiques. L’une d’elles a traduit la Bible en entier. Une autre est l’auteur d’un manuel de traduction qui a fait date. Grâce à la traduction, ces femmes instruites, indépendantes et déterminées ont put s’affirmer sur le plan social, pénétrer dans le monde des idées et prendre la parole à des époques où cela leur était refusé. Ce faisant, elles ont contribué à modifier le regard déformant que les hommes portaient sur les capacités intellectuelles des femmes. Au cours de l’histoire, les traductrices ont assumée les mêmes rôles que les traducteurs masculins. Seul celui de « soutien au conjoint » leur serait propre. La connaissance du sujet traduisant est indispensable à l’interprétation et à la compréhension d’une oeuvre traduite. Aussi, les auteurs de ces portraits bien documentés ont-ils complété l’analyse des traductions par l’examen des circonstances qui les ont vues naître. Sans faire de concession à la rigueur scientifique, sans verse non plus dans l’éloquence emphatique ou le lyrisme exalté, ils ont su peindre tout en nuances et dans une langue vivante, des traductrices indissociables de leur oeuvre. Des femmes qui, à certains égards, sont exceptionnelles. Assez en tout cas pour mériter d’être mieux connues. Assez pour figurer en bonne place dans les annales de l’histoire de la traduction.

Access Restricted no This search result is for a Book

Études sur la traduction de l'anglais

G.M. de Rochmondet

En 1830, Madame G.M. de Rochmondet publie à compte d'auteur les Études sur la traduction de l'anglais, un ouvrage qui se distingue des ouvrages antérieurs sur la question de la traduction de l'anglais vers le français. Peu connu, son travail s'oppose aux études antérieures qui se fondaient sur un auteur en particulier ou qui se concentraient sur la (re)traduction des Anciens. Utilisant un corpus de textes anglais publiés au XVIIIe siècle, Rochmondet présente une théorie de la traduction littéraire et élabore un vocabulaire original pour décrire la traduction. Bien plus qu'un simple manuel destiné à fournir des exercices de traduction aux étudiants de l'époque, les Études sur la traduction de l'anglais forment un ouvrage si complet que l'on ne peut que songer à une thèse ou à un ouvrage longuement mûri. On ne sait rien de l'auteure, sinon qu'elle se présente comme une femme qui aurait enseigné l'anglais et la traduction. Les textes qu'elle analyse laissent deviner une femme d'une grande érudition, au fait de la littérature anglaise. Sa connaissance de nombreux textes français portant sur la traduction montre également qu'elle a mené une réflexion approfondie sur le rôle de la traduction littéraire dans le cas particulier de la culture française. L'appareil critique de Benoit Léger montre en quoi la position de cette traductrice est novatrice. Une bibliographie des traductions et des textes théoriques publiés en France au XIXe siècle complètent cette édition.

previous PREV 1 2

Results 11-16 of 16

:
:

Return to Browse All Series on Project MUSE

Series

Collection Regards sur la traduction

Content Type

  • (16)

Access

  • You have access to this content
  • Free sample
  • Open Access
  • Restricted Access