Couverture

pdf iconDownload PDF
 

Titre de page et Droits d'auteur

pdf iconDownload PDF

pp. i-iv

Table des matières

pdf iconDownload PDF

pp. v-viii

read more

Avant-propos

pdf iconDownload PDF

pp. 1-4

Entre 1990 et 1997, le Comité exécutif de la Ville de Hull m’a commandé une évaluation historique et architecturale des maisons du quartier que l’on nommait alors Secteur Laurier et que l’on nomme aujourd’hui Quartier du Musée. La raison du choix de ce nom est la présence du grand Musée canadien de l’histoire, qui est le repère visuel le plus important dans l’environnement physique du quartier. Cette évaluation patrimoniale avait pour but essentiel de connaître la valeur architecturale et historique des bâtiments afin de pouvoir...

read more

Introduction

pdf iconDownload PDF

pp. 5-32

À l’origine, le Quartier du Musée fait partie des quartiers alors identifiés par les numéros 4 et 5, puis du quartier Laurier. Le Quartier du Musée est situé à proximité d’un lieu de débarquement des canots qui remontaient la rivière des Outaouais. Très tôt, deux chemins y passent. Le premier part d’un quai, alors situé près de l’actuel Musée canadien de l’histoire. Il emprunte à peu près le tracé de la rue Hôtelde-Ville avant de rejoindre le deuxième chemin, appelé tantôt King’s Road, tantôt Queen’s Road. Celui-ci part de la ferme du lac Leamy...

Sigles et notes

pdf iconDownload PDF

pp. 33-34

read more

111, rue Champlain – Maison Gendron

pdf iconDownload PDF

pp. 35-42

L’architecture de cette grande résidence a été influencée par le style Second Empire dont l’élément le plus marquant est le toit à la Mansart, percé de lucarnes à fronton courbé. L’ouverture semi-elliptique de la tête des fenêtres est aussi une caractéristique du style Second Empire. L’imposant porche, surmonté d’un balcon supporté par des colonnes, de même que le large escalier jadis muni de rampes courbées donnant accès au rez-de-chaussée, sont aussi des éléments de ce style. Un toit à fronton ordinaire à double versant couvre le porche et son balcon....

read more

115, rue Champlain – Aca démie Sainte-Marie

pdf iconDownload PDF

pp. 43-50

L’École Sainte-Marie, connue sous le nom d’Académie Sainte-Marie, est construite en deux étapes. L’école de 1897, érigée par l’entrepreneur Joseph Bourque, est l’œuvre de l’architecte F.M. Hamel ou du chanoine Georges Bouillon, architecte de l’archevêché d’Ottawa (selon Pierre Louis Lapointe). L’école est ensuite agrandie en 1923 par l’entrepreneur Eucher Caron selon les plans des architectes du quartier Brodeur et Pilon 1. Les matériaux du premier bâtiment sont les mêmes que ceux qui sont encore visibles aujourd’hui, comme le confirme le...

read more

118, rue Champlain

pdf iconDownload PDF

pp. 51-54

Ce mouvement d’architecture moderne, de style vernaculaire moderne, vise une anti-architecture, une libération de toute expression de classe, un dépouillement total. Le bâtiment doit répondre à une fonction. Les matériaux doivent être tels que sortis de l’usine, sans le travail d’ornementation qui avait antérieurement défini les classes 1.

Cet édifice, avec sa façade de brique unie (sans piquage ou rayures) jaune mat, avec une seule décoration crénelée autour du toit plat ou des ouvertures, et cette entrée dissimulée sur le côté, pour ne...

read more

133, rue Champlain – Maison Fournier-Tessier

pdf iconDownload PDF

pp. 55-62

L’architecture de cette maison de deux étages et demi est d’inspiration néo-Queen Anne, très populaire au début du xxe siècle dans l’Outaouais. La maison est une structure de bois avec revêtement de brique rouge. En façade, la maison est en forme de L renversé, comme les maisons hulloises du siècle précédent, mais dans ce style, les deux blocs sont contenus dans la forme structurale. Le grand rectangle en façade possède une baie sur toute la hauteur de la maison, qui donne un angle supplémentaire et qui est couverte d’un toit en pignon. Le...

read more

135-137, rue Champlain – Maison Massé

pdf iconDownload PDF

pp. 63-68

La construction de ce semi-détaché a subi l’influence du style à l’italienne et du style néo-Queen Anne. Son toit plat, sa corniche en métal moulé et ses ouvertures semi-elliptiques, accentuées par la disposition de la brique, s’apparentent au style à l’italienne. Cependant, le frontispice en saillie, la dimension des fenêtres et du porche surmonté d’un balcon, soutenu par des colonnes sur pilier, tiennent du style néo-Queen Anne. Les linteaux et seuils des fenêtres sont en pierre....

read more

139, rue Champlain – Maison Damien Richer

pdf iconDownload PDF

pp. 69-74

D’influence des styles à l’italienne et Beaux-Arts, cette maison est dotée de fenêtres avec ouvertures semi-elliptiques et d’une corniche de métal ornée aux extrémités, caractéristiques de l’architecture à l’italienne. Par contre, l’ornement du parapet en façade sur le toit plat est d’influence Beaux-Arts.

Modifications : L’entrée latérale donnant accès au deuxième étage est postérieure à 1952. Les châssis originaux ont été remplacés par des châssis en aluminium, mais on a conservé les dimensions...

read more

141-143, rue Champlain – Maison Filteau

pdf iconDownload PDF

pp. 75-78

De style georgien, avec pente du toit sur la rue, ce jumelé a conservé le style des bâtiments plus anciens qui avaient été construits à Hull dans la première moitié du siècle.

Modifications : Les fenêtres et les portes ont été changées lors de la restauration. Au cours des années 1980-1990, Robert Tardif, le propriétaire, y fait de nombreux travaux de restauration, ajoutant une aile à l’arrière et remplaçant les fenêtres par des fenêtres à deux battants, dont le charme ne correspondait pas à l’histoire du bâtiment. Depuis,...

read more

144-152, rue Champlain

pdf iconDownload PDF

pp. 79-82

D’influence georgienne, ce bâtiment à logements multiples, construit en bois et mesurant, à l’origine, 30 sur 64 pieds, couvre presque toute la façade du terrain. Le bâtiment étant situé sur un coin de rue, l’accès à l’arrière se fait depuis la rue Papineau. Des ailes ont été ajoutées à l’arrière sans toutefois déparer le style du bâtiment.

Modifications : Les fenêtres ont été rapetissées avant 1990 et le bâtiment a été recouvert de brique au cours de l’été 1997.

Ce bâtiment à logements multiples est le plus grand du quartier....

read more

145, rue Champlain – Maison Farley

pdf iconDownload PDF

pp. 83-92

Il y avait à l’origine, sur ce terrain, une maison en brique de style hullois, construite vers 1890. La partie avant de la présente maison, tout comme son site, laisse penser qu’on l’a transformée et agrandie. Entre 1916 et 1928, on lui confère des caractéristiques des styles néo-Queen Anne et néo-Tudor : des toits en pavillon et de hautes cheminées travaillées, des lucarnes proéminentes, des oriels et de faux colombages sur du stucco sous le toit. Ici, la maison est presque entièrement en brique, mais le pignon en façade avant est en stuc blanc et...

read more

151-153, rue Champlain

pdf iconDownload PDF

pp. 93-95

De style hullois, cette maison de deux étages et demi a la particularité d’avoir des fenêtres semi-elliptiques à l’italienne et un revêtement de brique. Sa double galerie, l’une au rez-de-chaussée, l’autre au premier étage, est rare. Cette maison possède aussi une rallonge arrière en retrait par rapport au corps principal, au lieu de dépasser de l’un des côtés. Remarquons la porte, les fenêtres semi-elliptiques et la tête demi-ronde de la fenêtre du grenier : toutes ces ouvertures sont garnies de voussoirs de brique....

read more

154, rue Champlain – Maison Sainte-Marie

pdf iconDownload PDF

pp. 96-101

Presque identique à sa voisine d’en face, cette maison tient aussi du style hullois en brique, avec des ouvertures à l’italienne. Elle est dotée d’une rallonge d’un étage et demi dès avant 1908, qui est agrandie entre 1908 et 1915. Puis, avant 1928, le propriétaire transforme la rallonge ou construit une nouvelle aile de deux étages, toujours à l’arrière de la maison, mais cette nouvelle aile couvre aussi toute la largeur du passage au-dessus d’une sorte de porte cochère.

Ses fenêtres à ouvertures semi-elliptiques et la fenêtre du grenier...

read more

156, rue Champlain – Maison Bélanger

pdf iconDownload PDF

pp. 102-104

Les emplacements des ouvertures en façade et leur forme indiquent que cette maison était de style à l’italienne avec toit plat. À l’origine, la corniche originale était probablement en tôle galvanisée garnie de consoles semblables à celle de la maison voisine, le 158, rue Champlain. Détail intéressant, cette maison a encore ses fenêtres d’origine à l’étage.

Modifications : Cette maison a, de toute évidence, été transformée, sans qu’on en change nécessairement son format. On lui a donné plus...

read more

157, rue Champlain – Maison Charron-Ménard et Tomas

pdf iconDownload PDF

pp. 105-107

Cette maison s’apparente au style des maisons hulloises avec ses fenêtres rectangulaires, mais les plans d’assurance révèlent une méthode de construction du style néo-Queen Anne, c’est-à-dire que son aile arrière est de la même structure que le corps avant de la maison. La fenêtre avant du rez-de-chaussée révèle un treillage à la mode dans les années 1930.

Modifications : Les deux photographies révèlent les rénovations de cette maison. Les propriétaires actuels l’ont complètement rénovée...

read more

158, rue Champlain – Maison Caron

pdf iconDownload PDF

pp. 108-110

L’influence du style à l’italienne se manifeste par le toit plat garni d’une corniche en métal, garnie de consoles décoratives aux extrémités en façade côté rue, et les fenêtres légèrement semi-elliptiques, surmontées d’un voussoir.

Modifications : On ne sait pas depuis quand la maison a été divisée en duplex. Elle a été rénovée depuis 1994. Le propriétaire a conservé les baies d’origine et a remplacé les fenêtres initiales, qui devaient être à guillotine, par des fenêtres à deux battants. Depuis, le porche avant...

read more

159, rue Champlain – Maison Valin-Pilon

pdf iconDownload PDF

pp. 111-115

À l’origine de style hullois avec revêtement de bois et de deux étages et demi, cette maison est transformée probablement vers 1926-1930 par l’architecte Joseph Elzéar Pilon, qui y incorpore quelques éléments du style néo-Tudor, dont l’ajout de la baie vitrée, percée de cinq fenêtres à ouverture carrée à deux carreaux inégaux munis de vitres grillagées en losange. Des planches décoratives imitant les poutres anciennes sont apposées au stuc du pignon. La porte d’entrée, élargie par des panneaux latéraux et une imposte, le tout encadré par une moulure...

read more

160-162, rue Champlain

pdf iconDownload PDF

pp. 116-119

Adaptation du style hullois, ce jumelé de deux étages et demi avec pignon sur rue est doté, à l’origine, de fenêtres rectangulaires avec châssis à guillotine, lesquels étaient munis de deux carreaux. L’élément décoratif du pignon de 1997 permet d’imaginer la façade ancienne, garnie de boiseries décoratives autour des fenêtres, disparues au moment de la pose du revêtement de stuc.

Modifications : Un agrandissement vers l’arrière est bâti entre 1908 et 1915. Le style du porche laisse penser qu’il date des années 1940....

read more

161, rue Champlain

pdf iconDownload PDF

pp. 120-124

De style hullois, de deux étages et demi, cette maison est presque identique à ses voisines du 157 et 159, rue Champlain.

Modifications : Maison rénovée en 1984. Les baies des fenêtres ont été conservées et, depuis 1997, les châssis à guillotine, munis d’un carrelage, ont remplacé les précédents châssis à battant tout comme les fenêtres de la baie en encorbellement ronde au rez-de-chaussée. On a aussi fait un revêtement de brique. Il y a maintenant trois unités dans cette maison. Deux portes ont remplacé celle qui devait avoir...

read more

163, rue Champlain

pdf iconDownload PDF

pp. 125-128

À l’origine de style hullois, cette maison présentait quelques détails propres au style à l’italienne, dont les ouvertures semi-elliptiques des fenêtres et les voussoirs de l’étage, qu’on pouvait encore observer en 1997. Ces fenêtres étaient à double châssis à guillotine et comptaient deux carreaux chacun. La fenêtre du pignon a dû être dans une baie de forme semi-elliptique. La porte de la façade sur rue a conservé son imposte. La maison a été construite en même temps que celle du 154, rue Champlain et a dû lui être identique à l’origine....

read more

165-167, rue Champlain

pdf iconDownload PDF

pp. 129-132

Depuis son origine, le bâtiment représente une version du style hullois en jumelé, semblable aux maisons qui sont construites presque en face de celui-ci, avec cuisine à l’arrière. Ici, les portes de façade sont séparées par une fenêtre. Les fenêtres à guillotine à deux carreaux par châssis sont d’origine. Les poteaux et la rampe d’escalier ne sont probablement pas d’origine, mais conviennent tout à fait bien au style original de la maison.

Modifications : Rénovations récentes respectueuses du style de la...

read more

166, rue Champlain

pdf iconDownload PDF

pp. 133-135

L’influence du style néo-gothique se retrouve dans cette maison de style hullois. La symétrie des ouvertures, les deux fenêtres sous le pignon et le format général de ce bâtiment révèlent, comme les plans d’assurance l’indiquent, qu’il fut, jadis, composé de jumelés, tout comme le bâtiment voisin côté sud.

Modifications : La transformation de ce bâtiment a pu avoir lieu dans les années 1930-1940, comme le laissait supposer la présence des carreaux en losange de la grande fenêtre du rez-de-chaussée en 1997....

read more

168-168A, rue Champlain – Maison Delaney

pdf iconDownload PDF

pp. 136-138

L’influence du style Queen Anne, manifeste par sa forme en L renversé, prédomine dans ce bâtiment de deux étages et demi, qui conserve des caractéristiques du style hullois. L’imposante double galerie, la fenêtre plus large du rez-de-chaussée avec son carrelage de laiton carré, l’ouverture large de l’entrée principale avec une porte avec fenêtres laté- rales sont les principales caractéristiques de l’influence Queen Anne. Les ouvertures semi-elliptiques, marquées de voussoirs, rappellent le style à l’italienne....

read more

169, rue Champlain – Maison Lapierre-Couture

pdf iconDownload PDF

pp. 139-142

Identifiable au style hullois, de deux étages et demi, cette maison possède son revêtement de brique depuis 1897. Elle a été divisée en jumelés entre 1915 et 1928.

Modifications : Plusieurs rénovations ont été effectuées. La toiture, dont la corniche en aluminium, la brique en façade et les fenêtres sous le pignon ont été élargies. Les porches ont été refaits possiblement au cours des années 1940. Le remplacement des fenêtres par des fenêtres à guillotine aurait avantageusement mis en valeur l’architecture...

read more

170, rue Champlain – Maison Bouvrette

pdf iconDownload PDF

pp. 143-146

Ici encore, nous retrouvons l’influence à la fois du style à l’italienne et du style Beaux-Arts. Les ouvertures semi-elliptiques décorées d’un voussoir sont caractériques du style à l’italienne, comme son toit plat avec ses garnitures et sa corniche en métal, pièces disponibles chez les ferblantiers de la région. La galerie surmontée d’un balcon soutenu par les doubles colonnes appuyées sur un pilier, la couverture à fronton du balcon et la grande fenêtre du rez-de-chaussée sont des éléments de l’architecture Beaux-Arts. Ce style ressemble fort...

read more

171-173, rue Champlain

pdf iconDownload PDF

pp. 147-150

L’examen détaillé de ce bâtiment, construit peu après la maison voisine, laisse penser que c’est aussi l’architecte Jean-Serge LeFort qui en a dessiné les plans. On y retrouve des caratérisiques du style néo-Tudor. Le toit à quatre versants, coupé de frontons et avec une lucarne sur le côté, et la baie en saillie, surmontée d’un pignon, sont des éléments caractéristiques de ce style. Les porches couverts d’un toit à fronton sur consoles, avec une porte jadis munie d’une toute petite fenêtre encadrée par des pilastres, révèlent le mélange des styles classique et...

read more

172-174, rue Champlain – Maison Alexandre Taché

pdf iconDownload PDF

pp. 151-158

Cette maison allie des caractéristiques architecturales des styles à l’italienne, Queen Anne et Beaux-Arts. Le style Beaux-Arts se voit aux fenêtres larges, plutôt carrées, soulignées d’un linteau et d’un seuil en pierre blanche, contrastant avec la brique rouge. La galerie légèrement surélevée qui longe toute la façade avant, les colonnes sur base de pierre et surmontées d’une galerie devenue véranda, qui atténue la forme carrée du bâtiment, sont des emprunts au style Queen Anne. Par contre, le toit plat et sa corniche garnie de consoles et l’ornementation...

read more

175, rue Champlain – Maison Jean-Serge LeFort

pdf iconDownload PDF

pp. 159-163

Cette maison est un excellent exemple de construction domiciliaire d’inspiration néo-Tudor. L’entrée en pierre et la porte en bois, avec ses ferrures décoratives épousant l’ouverture semi-elliptique, sont des éléments intéressants empruntés à ce style dans les années 1930-1940, dans la région, de même que le faux colombage sur crépis pour l’ensemble de l’étage supérieur, la baie en saillie de l’entrée et celle sur le côté.

En raison de la concordance des dates entre celle de la présence de l’architecte et celle de la construction de la maison, il est probable...

read more

184-186, rue Champlain

pdf iconDownload PDF

pp. 164-167

Par son style et ses matériaux, cette maison était un document en soi. Son revêtement en déclin de bois était probablement d’origine. La finition des têtes de fenêtres, la porte avec ses moulures façonnées en pignon et celle de la bordure du toit étaient d’origine. La double galerie sur le côté est construite entre 1908 et 1915. Les demi-poteaux sur le mur de la maison révèlent la facture des anciens poteaux de la galerie originale. Le corps arrière, construit entre 1908 et 1915, remplace celui de l’étage et demi de petite dimension. Le hangar-entrepôt...

read more

196, rue Champlain

pdf iconDownload PDF

pp. 168-171

De style hullois, de deux étages et demi, en bois à l’origine, cette maison avait une façade de brique et les côtés en tôle galvanisée. Ce matériau est devenu très populaire après le feu de 1900. Les fenêtres à guillotine de deux carreaux par châssis étaient d’origine. La façade de brique et la galerie ont été installées entre 1915 et 1925.

Modifications : La fenêtre sous le pignon avant a été élargie.

Cette maison avait été laissée à l’abandon. La peinture des boiseries extérieures, effectuée à l’été 1997, a redonné tout son charme à...

read more

118, rue Notre-Dame-de-l’Île – Presbytère de la paroisse Notre-Dame-de-Grâce

pdf iconDownload PDF

pp. 172-179

Deux styles ont influencé la construction du presbytère, le Second Empire et le néo-roman. Les éléments caractéristiques du style Second Empire de ce bâtiment de pierre grise sont le toit mansardé, percé de lucarnes à ouverture semi-elliptique, les cheminées latérales hautes et ornées, les fondations bien apparentes et percées de fenêtres ainsi que la porte d’entrée avec son ouverture semi-elliptique et un linteau. Le néo-roman s’exprime par l’utilisation de pierres martelées pour décorer les coins de l’édifice et souligner le contour des fenêtres. Les...

read more

133-135, rue Notre-Dame-de-l’Île – Maison Ida et Josaphat Pharand

pdf iconDownload PDF

pp. 180-189

Le style vernaculaire est exprimé, dans cette construction, dans toute sa diversité. La façade avant avec pignon central et ses avant-toits à retour sont inspirés du renouveau classique. Les ouvertures des fenêtres et des portes avec leurs têtes semi-elliptiques, tout comme les petites fenêtres en plein cintre garnies de voussoirs, relèvent du style à l’italienne. La baie de cinq fenêtres en encorbellement et la galerie sur deux façades avec son coin avec toit rond sont des emprunts au style néo-Queen Anne. Par contre, le balcon surmonté d’un toit avec...

read more

132-134, rue Notre-Dame- de-l’Île

pdf iconDownload PDF

pp. 190-193

L’influence du style à l’italienne est remarquable dans la photographie de la maison de 1997, avec son toit plat, sa corniche et les consoles, ses fenêtres avec châssis à guillotine de deux carreaux chacun, dont la tête de l’ouverture est légèrement semi-elliptique et garnie d’un seuil en pierre. La fenêtre du rez-de-chaussée à double châssis permet de l’inscrire dans les constructions des années 1890. Elle était, à l’origine, de deux étages et demi et n’avait pas d’aile du côté gauche. Cette addition et le troisième étage ont été exécutés vers 1910 ou 1911. Le revêtement...

read more

136, rue Notre-Dame-de-l’Île – Maison Henry

pdf iconDownload PDF

pp. 194-197

Cette résidence est de style hullois, de deux étages et demi, avec revêtement en bois à l’origine, et composée de deux blocs principaux. Sa galerie, sur les deux façades de la maison avec ses colonnes rondes et cannelées, de même que sa rampe d’origine, datent d’entre 1903 et 1908.

Modifications : Le revêtement en simili pierre n’est pas d’origine. La porte avant et les fenêtres ont été remplacées. La galerie a été réparée. Cette maison a conservé son caractère d’origine et constitue...

read more

137, rue Notre-Dame-de-l’Île – Maison Joseph Bourque

pdf iconDownload PDF

pp. 198-206

Par sa structure rectangulaire, avec un toit mansardé recouvert de fer galvanisé gaufré percé de lucarnes en façade sur rue, cette maison est de style Second Empire. Celui-ci était souvent utilisé dans les milieux urbains denses, comme à Montréal. Le reste de la toiture est en pente vers l’arrière. Les fenêtres de multiples formats et les portes sont toutes à ouverture semi-elliptique, décorées de voussoirs et d’un linteau en pierre, à l’exception de celles des façades arrière et celles du côté nord. La porte avant du rez-de-chaussée a une imposte façonnée...

read more

138, rue Notre-Dame-de-l’Île – Maison Deslauriers-Saumure

pdf iconDownload PDF

pp. 207-209

De style victorien hullois, cette maison était à l’origine en bois. La façade en brique a été posée entre 1915 et 1928. On reconnaît ce style à la disposition et à l’ouverture semi-elliptique des fenêtres ainsi qu’à l’emplacement de la porte. À noter que le rôle d’évaluation actuel de la Ville de Gatineau indique 1905 comme date de construction, ce qui est une erreur.

Modifications : La maison est complètement rénovée avant 1996.

Cette maison appartenait, en 1997, à la famille Deslauriers...

read more

139, rue Notre-Dame-de-l’Île – Famille Bérubé

pdf iconDownload PDF

pp. 210-212

De style hullois de deux étages et demi, la maison, en bois à l’origine, est recouverte de brique et on y ajoute une rallonge de 14 sur 16 pieds en 1914.

Modifications : La maison a été divisée en logements entre 1935 et 1958. Le revêtement actuel de brique, les fenêtres en aluminium agrandies et le porche surmonté d’un balcon en métal datent des années 1950 environ. Depuis 1997, la galerie et le porche ont été rénovés. Il faut remarquer l’ajout d’une lucarne en appentis (dormer), qui...

read more

140-142, rue Notre-Dame-de-l’Île – Maison Harkins-Medeiros

pdf iconDownload PDF

pp. 213-215

L’influence du style victorien adapté à la région outaouaise, qu’on a défini comme style hullois, précède la conflagration de 1888. Sur cette rue, trois maisons presque identiques étaient en construction en 1886-1887 : celle-ci et ses deux voisines de la même rue, les 144-146 et 148-150, ont en commun de ne pas avoir de sous-sol apparent (elles n’en ont peut-être pas). C’est ce qui les différencie des jumelés de la rue Champlain qui, sinon, ont un style semblable. En raison de la symétrie des baies, on peut raisonnablement penser qu’elles ont été construites...

read more

141-145, rue Notre-Dame-de-l’Île – Maison Famille Roger

pdf iconDownload PDF

pp. 216-219

Cet immeuble urbain à logements date de la fin du xixe siècle. Le style à l’italienne qui le caractérise est visible par son toit plat, orné d’une corniche en fer galvanisé avec ses consoles décoratives, les fenêtres et portes avec leur tête semi-elliptique avec voussoirs. Presque toutes les fenêtres avaient encore leur châssis à guillotine originaux à deux carreaux, en 1997. Les impostes au-dessus des portes créent l’équilibre des ouvertures sur la façade avant de la maison....

read more

144-146, rue Notre-Dame-de-l’Île

pdf iconDownload PDF

pp. 220-222

Maison en construction de 20 sur 24 pieds en 1886-1887, c’est un jumelé de style hullois, d’abord en bois, puis en brique. De deux étages et demi avec, à l’origine, des fenêtres et des portes à têtes semielliptiques, cette maison était probablement identique à celle du 148-150, rue Notre-Dame, dont elle a les mêmes caractéristiques.

Modifications : Une rallonge de 14 sur 20 pieds ainsi qu’un revêtement de brique auraient été ajoutés vers 1915. Le revêtement de stuc date probablement des années 1940-1950 et a été repeint...

read more

148-150, rue Notre-Dame-de-l’Île Maison Guy Sanche – Bobino

pdf iconDownload PDF

pp. 223-227

Ce jumelé de style hullois est construit en 1886-1887 et son revêtement en brique est posé en 1893. Rare phénomène, le toit a encore ses retours d’origine. Les ouvertures semi-elliptiques des portes et fenêtres sont garnies de voussoirs. Les porches couverts de leur toiture légèrement en pignon accentuent le caractère du pignon sur rue. Il faut aussi remarquer l’imposte au-dessus des portes.

Modifications : Les porches peuvent dater des années 1910. Les fenêtres, qui avaient été remplacées par des châssis à carreau simple,...

read more

149, rue Notre-Dame-de-l’Île

pdf iconDownload PDF

pp. 228-231

Cette maison d’un étage et demi est de style Second Empire avec son toit en mansarde sur les côtés. Or, les ouvertures semi-elliptiques des fenêtres, garnies de voussoirs, tiennent du style à l’italienne, ce qui laisse supposer que le toit a été modifié au début du xxe siècle. Entre 1901 et 1911, une cuisine de 20 sur 16 pieds est ajoutée à la maison originale. C’était une solide maison sur fondation de pierre.

Modifications : La véranda et la galerie ont été refaites. La brique a été peinte. Le toit, probablement légèrement différent à l’origine, a...

read more

152, rue Notre-Dame-de-l’Île – Maison Thibault

pdf iconDownload PDF

pp. 232-236

Le style vernaculaire à l’italienne domine ici. Construite en 1886, cette maison avait un toit à pignon sur rue, à l’origine, et un revêtement en bois, qui a été couvert d’un crépi en 1898. Vers 1913, des travaux majeurs transforment la maison, les transformations les plus remarquables étant un toit applati et un revêtement en brique. La fenêtre à double châssis séparée par une moulure date de la première construction, mais les deux autres fenêtres du rez-de-chaussée sont probablement des rénovations de 1913....

read more

156, rue Notre-Dame-de-l’Île

pdf iconDownload PDF

pp. 237-239

Cette maison en brique de style hullois, de deux étages et demi, est en forme de L renversé. Une baie en encorbellement au rez-de-chaussée en façade, une baie vitrée sur le côté et le toit en croupe révèlent l’influence du style à l’italienne. C’est une adaptation d’un plan tiré du catalogue de plans de l’architecte américain William H. Ranlett, qui a été populaire dans le quartier, comme l’indiquent les maisons du 161 et du 163, rue Notre-Dame-de-l’Île.

Modifications : Vers 1914-1915, la rallonge à l’arrière est agrandie,...

read more

158, Notre-Dame-de-l’Île

pdf iconDownload PDF

pp. 240-243

Le bâtiment encore existant, à l’arrière de la rallonge sans style sur la façade, était, à l’origine, de style à l’italienne, comme le laissent voir la corniche et les consoles sous la toiture. Ce bâtiment était en bois.

Modifications : Il a été recouvert de stuc probablement vers 1950-1960. L’ajout en façade date sans doute de la même époque. On a fait un patio au-dessus de la rallonge ajoutée en façade. Depuis 1997, la maison a été rénovée et on y a introduit une petite épicerie.

La maison originelle a été construite sur la marge arrière du...

read more

160, rue Notre-Dame-de-l’Île

pdf iconDownload PDF

pp. 244-246

Cette imposante maison en brique avait, à l’origine, des caractéristiques du style néo-Queen Anne, mais son toit à la Mansart et ses lucarnes tiennent du style Second Empire, de même que ses deux baies sur la hauteur de deux étages.

Modifications : Le bâtiment a été agrandi entre 1915 et 1928. La baie de gauche originale avait la forme de celle de droite avant d’être rallongée vers l’avant. Une rallonge à l’arrière date de la même époque. Le toit a probablement été modifié à ce moment....

read more

161, rue Notre-Dame-de-l’Île – Maison Lucien Massé et Gilles Brunet, puis de l’Association Hull-Volant

pdf iconDownload PDF

pp. 247-251

Cette maison hulloise en brique de deux étages et demi, en forme de L renversé, présente des caractéristiques du style à l’italienne avec ses baies des fenêtres semi-elliptiques, sa baie en saillie au rezde-chaussée en façade et leur seuil en pierre. Il y avait sûrement des voussoirs accentuant la forme semi-elliptique des ouvertures. C’est une adaptation d’un plan tiré du catalogue de plans de l’architecte américain William H. Ranlett, populaire dans le quartier comme en atteste le style des maisons du 156 et 163, rue Notre-Dame-de-l’Île....

read more

163, rue Notre-Dame-de-l’Île – Maison Dosithée Chéné

pdf iconDownload PDF

pp. 252-255

Comme sa voisine, cette maison de deux étages et demi en brique est un mélange du style hullois et de celui à l’italienne. Elle propose une baie en saillie rectangulaire avec fenêtres à double châssis et des châssis de chaque côté de cette baie, ainsi que des voussoirs accentués audessus des fenêtres permettant d’y reconnaître l’influence du style à l’italienne. Une partie du carré arrière a été construite et recouverte de brique à la construction de la maison.

Modifications : Une autre rallonge arrière en brique est de 1914....

read more

165, rue Notre-Dame-de-l’Île

pdf iconDownload PDF

pp. 256-257

Il n’y a vraisemblablement eu aucune tentative de donner un style à cette construction qu’on voulait moderne.
Modifications : La rénovation de cette maison depuis 1997 lui a donné du caractère avec les galeries. Le nouveau revêtement en déclin, l’ajout des galeries et le choix de la peinture pour ces dernières sont remarquables. Les portes et la division de la galerie à l’étage indiquent la présence de logements....

read more

167-173½, rue Notre-Dame-de-l’Île – Maison Cousineau-Lalonde

pdf iconDownload PDF

pp. 258-267

On reconnaît les caractéristiques du style Beaux-Arts de la partie principale de ce bâtiment par son portail accentué par des colonnes rondes surmontées d’une volute renversée et dont la large porte, coiffée d’une imposte en demi-lune, donne de l’importance et de la hauteur au bâtiment. Les baies des fenêtres sont larges et carrées. Une corniche décorée entoure le toit plat surmonté d’une balustrade. Ici, en remplacement d’une fondation apparente, comme c’est généralement le cas dans ce style, le sol surélevé remplit la fonction décorative des...

read more

172-174, rue Notre-Dame-de-l’Île École Saint-Joseph, jadis École normale

pdf iconDownload PDF

pp. 268-272

L’immense bâtiment en pierre grise date de 1931. La fondation très apparente, en bloc de pierre taillée avec surface brute, rappelle le style Beaux-Arts. La corniche vient tout droit du style à l’italienne. L’accent donné aux pourtours des fenêtres avec un linteau et un seuil continu tient davantage du renouveau classique. Par contre, les têtes de fenêtres en demi-cercle sous la corniche tout autour semblent avoir été influencées par le style à l’italienne. Nous sommes devant un bâtiment qui est une composition architecturale unique....

read more

175-177, rue Notre-Dame-de-l’Île

pdf iconDownload PDF

pp. 273-274

Ce jumelé en brique relève du style à l’italienne. Les fenêtres et les portes ont des ouvertures semi-elliptiques ornées de voussoirs avec relief. Le relief sur la moulure de la partie supérieure des châssis est digne de mention. Les portes, qui ne sont peut-être pas d’origine, conviennent très bien au style.

Modifications : Les châssis à carrelage amovible sont récents ainsi que l’aménagement d’une couverture sur l’entrée du sous-sol sur le côté....

read more

187, rue Notre-Dame-de-l’Île

pdf iconDownload PDF

pp. 275-279

L’influence du style Second Empire est visible par le toit à la Mansart. Les ouvertures munies de deux fenêtres à deux châssis à guillotine permettent de supposer que le haut de cette ouverture était jadis doté d’un cadre de bois sous un relief de brique semi-elliptique, comme il y en a plusieurs dans le quartier. La forme semi-elliptique des fenêtres des lucarnes va dans le même sens. Remarquez le castor sous le pignon de la lucarne gauche et l’empreinte révélant la disparition de l’autre castor dans la lucarne de droite. Nous n’en connaissons pas...

read more

69, rue Laurier – Jadis Café Henry Burger

pdf iconDownload PDF

pp. 280-285

La construction de cette maison a été influencée par le style classique édouardien, lequel apparaît, dans la région, dans les deux premières décennies du xxe siècle et est surtout employé pour les grands édifices. Il s’agit d’une adaptation légère du style Beaux-Arts avec quelques ornements de l’époque édouardienne (xviiie siècle anglais). Le toit plat, l’entablement sur la façade qui donne une allure de parapet, ainsi que les fenêtres rectangulaires presque carrées du premier étage sont autant de caractéristiques du style Beaux-Arts. Les fenêtres plein cintre...

read more

73, rue Laurier – Maison Baillot

pdf iconDownload PDF

pp. 286-290

Assez curieusement, l’architecte de cette maison de 1944 emprunte des caractéristiques du style Second Empire avec son toit à la Mansart sur des murs en pierre. La lucarne rampante sur presque toute la devanture du toit témoigne de cette tendance, dans l’architecture après la Première Guerre mondiale, à agrandir l’occupation de l’espace sous les toits des bungalows, puis des maisons plus grandes. L’entrée avec sa porte et son imposte à carreaux est aussi un rappel des caractéristiques du style Second Empire, mais les baies des fenêtres sont résolument...

read more

77, rue Laurier – Maison Talbot-Baillot

pdf iconDownload PDF

pp. 291-294

D’influence victorienne, cette maison de style hullois ressemble, à l’origine, à plusieurs maisons construites vers 1888. En 1884, cette propriété compte une maison en bois de 22 par 27 pieds avec cuisine et hangars ou remises. En 1888-1889, elle est décrite comme étant en brique et mesurant 22 par 30 pieds. Cette différence ne permet pas de croire qu’une nouvelle maison a été construite. Le fait qu’elle ne possède pas d’oriel, comme les trois maisons très semblables de la rue Notre-Dame-de-l’Île, suggère qu’elle est peut-être légèrement antérieure...

read more

97-103, rue Laurier – Maison du tourisme

pdf iconDownload PDF

pp. 295-309

Cet immeuble comporte deux édifices principaux et comprenait autrefois des bâtisses à l’arrière.

Le 97-99, rue Laurier est une adaptation des styles à l’italienne et Beaux-Arts, très populaires au début du xxe siècle au Canada. On retrouve dans cet immeuble le toit plat et l’entablement muni d’une corniche, d’une frise et d’une architrave, la hauteur du bâtiment, coupée par une poutrelle décorative, sont des effets visuels régulièrement employés dans le style Beaux-Arts. Jadis,...

read more

40, rue Élisabeth-Bruyère (Saint-Jean-Baptiste, Division)

pdf iconDownload PDF

pp. 310-312

Cette maison se rattache au style georgien américain. Cette construction de deux étages, avec le versant de son toit donnant sur le côté de la rue et la répartition de ses ouvertures, tient du style des maisons érigées avant 1850 à Hull.

Modifications : Des rénovations ont été entreprises dans les dix dernières années. Il reste la toiture du porche à construire. Seule la façade est en brique, et ce, depuis 1915. Les autres murs ont été recouverts de déclin en vinyle lors des rénovations récentes....

read more

41, rue Élisabeth-Bruyère (Saint-Jean-Baptiste, Division)

pdf iconDownload PDF

pp. 313-315

Cette maison de style hullois de deux étages et demi comprend une aile arrière de deux étages et demi. Le rectangle avant de la maison a été construit en 1900-1901, en pièce sur pièce de cinq pouces, puis a été recouvert de papier goudron et de planches de bois d’un pouce et quart, clouées à la verticale sur les côtés de la cheminée, ce qui indique que celle-ci était sur un mur extérieur. La partie arrière a été ajoutée peu après, comme le fait comprendre la découverte, dans le mur arrière, de coupures de journaux datant de 1903. La maison est recouverte...

read more

43, rue Élisabeth-Bruyère (Saint-Jean-Baptiste, Division)

pdf iconDownload PDF

pp. 316-318

L’influence du style victorien était plus perceptible en 1997 dans cette maison hulloise de deux étages et demi en brique. L’aile arrière à toit plat date de la fin du siècle dernier. Ses ouvertures semi-elliptiques, la double fenêtre au rez-de-chaussée et la fenêtre semi-elliptique sous le toit en pente avec pignon sur rue sont caractéristiques de ce style. La galerie couverte sans rampe et son balcon sous un toit en fronton, le tout soutenu par des colonnes jadis tournées, révèlent une finition soignée à l’époque. La présence de deux logements dans cette maison...

read more

226, rue Papineau

pdf iconDownload PDF

pp. 319-322

Malgré la rénovation et la transformation de cette maison au courant des années 1990, l’influence victorienne est encore identifiable dans les ouvertures semi-elliptiques des fenêtres, tout comme dans son plan architectural. Cette maison donnait jadis sur la rue Maisonneuve, devenue boulevard. L’aile sur le côté est postérieure à 1952.

Bien que cette maison, convertie en bureau d’affaires, ait perdu de son authenticité, le soin mis à sa restauration et son apparence l’intégrent bien à l’ensemble architectural du quartier. Elle se trouve...

read more

245, rue Papineau – Maison Wilfrid Sanche

pdf iconDownload PDF

pp. 323-330

L’influence du style victorien dans cette maison hulloise est reconnaissable par la hauteur du bâtiment, ses dimensions et une petite cuisine d’origine à l’arrière. Ses fenêtres rectangulaires sont typiques de ce style, à l’exception de celles sous le pignon, qui sont particulières à cette maison et rarement vues ailleurs. Elle logeait des chambres sous le toit. Lors de notre visite des lieux, en 1990, les boiseries d’origine révélaient une maison soignée.

Modifications : Au cours des années, l’extérieur a été modifié. Le...

read more

61-63, rue Victoria – Maison Alfred Rochon

pdf iconDownload PDF

pp. 331-334

Cette maison, en brique à l’origine, de deux étages et demi, avec une pente de toit donnant vers la rue et une aile arrière qui donne une forme de T à la structure, s’apparente au style georgien. La disposition des fenêtres carrées ainsi que celle des portes correspondent à ce style très à la mode au début xixe siècle, de même que la porte principale avec ses fenêtres latérales et son imposte. Cette architecture vient directement de la Nouvelle-Angleterre.

Modifications : Sous l’actuel revêtement de stuc posé après 1940...

read more

67, rue Victoria

pdf iconDownload PDF

pp. 335-337

Aucun. Bâtiment fonctionnel de service.

Modifications : Ce bâtiment est construit pour y loger un garage pour la réparation d’automobiles et un poste d’essence. Il a servi d’entrepôt de pièces automobiles avant d’être transformé en bureau et en entrepôt pour une entreprise de nettoyage, à l’automne 1983. En 1985, on pose sur la façade un revêtement extérieur en brique et en acier émaillé. En 1992, une partie du bâtiment est transformée pour accueillir un restaurant, Le P’tit Vic, devenu Le Bistro. Aujourd’hui,...

read more

85, rue Victoria – Maison Carrière-Laverdure

pdf iconDownload PDF

pp. 338-344

L’influence du style Second Empire est remarquable par son toit à la Mansart percé de lucarnes. Cette maison en pierre de deux étages et demi était dotée, à l’arrière, d’une rallonge en bois. Les ouvertures des fenêtres du second étage sont marquées par une clé de voûte et des seuils en pierre. Trois fenêtres en façade du rez-de-chaussée ont remplacé les vitrines et la porte de l’ancienne quincaillerie.

Modifications : Le toit a été refait et légèrement agrandi. La toiture en fer galvanisé a été remplacée par du bardeau. Des toits semi-elliptiques ont remplacé les toits en pignon sur les lucarnes....

read more

95-97, rue Victoria

pdf iconDownload PDF

pp. 345-348

Sur la photographie de 1997, on observe l’influence du style BeauxArts avec son entablure et son parapet contenant une pierre de date et d’identification. La poutre moulurée séparant les deux étages ainsi que les fondations très apparentes en pierre étaient des caractéristiques de ce style. Les fenêtres carrées à châssis à guillotine contenant un carreau simple étaient garnies d’un seuil de pierre. Les portes garnies d’une imposte indiquaient des entrées privées.

Modifications : La rénovation du bâtiment a permis de le conserver,...

read more

Conclusion

pdf iconDownload PDF

pp. 349-354

Les descriptions individuelles de chacune des maisons décrites se conjuguent pour raconter l’histoire du Quartier du Musée, mais elles sont loin d’être une étude sociale en bonne et due forme. Par contre, elles sont une source de références qui permettent d’approfondir le sujet. Les historiens, tout comme les généalogistes, sauront suivre les pistes de recherche au moyen des documents des registres fonciers et des fonds notariés mentionnés. Plusieurs publications du passé, parfois anonymes, renseignent sur des citoyens jadis importants dans...

Bibliographie

pdf iconDownload PDF

pp. 355-360

Appendices

pdf iconDownload PDF

pp. 361-388

Index

pdf iconDownload PDF

pp. 389-404

Back Cover

pdf iconDownload PDF