Couverture

pdf iconDownload PDF
 

Titre de page, Droits d'auteur

pdf iconDownload PDF

pp. i-iv

Table des matières

pdf iconDownload PDF

pp. v-x

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

read more

Les enjeux du travail social contemporain : apports de la sociologie de Erving Goffman

Dahlia Namian et Stéphanie Garneau

pdf iconDownload PDF

pp. 3-16

« Pour le lecteur désarmé, La représentation de soi pourrait bien ne rien représenter ». C’est avec cette phrase lapidaire que débute l’analyse critique de Luc Boltanski (1973) de l’ouvrage 1 de Erving Goffman, paru en français, en 1973. C’est la plupart du temps avec une perplexité semblable que les étudiants et chercheurs en travail social, encore non initiés à la sociologie de Goffman, reçoivent son œuvre, et pas uniquement La mise en scène de la vie quotidienne. Habitués à des perspectives et...

read more

Erving Goffman, passeur contemporain entre le travail social et la sociologie ? Par-delà les différend(ce)s disciplinaires

Stéphanie Garneau et Dahlia Namian

pdf iconDownload PDF

pp. 17-46

Il n’est pas aisé de dénouer les fils des parentés intellectuelles de Erving Goffman. Néanmoins, un détour par sa biographie intellectuelle, ainsi que par les quelques rares interviews qu’il a accordées, permet de reconstituer ce qu’il aurait lui-même, possiblement, désigné comme « les traces à demi effacées » de sa carrière (Goffman, 1968, p. 207), c’est-à-dire la somme – sans doute jamais achevée ou rarement complète – des événements et des personnes qui ont marqué sa manière...

PARTIE 1: GOFFMAN : QUELLE POSTURE ÉPISTÉMOLOGIQUE POUR LE TRAVAIL SOCIAL?

read more

Chapitre 1: De la prudence épistémologique de Goffman à une critique sociale réflexive

Stéphanie Garneau

pdf iconDownload PDF

pp. 49-70

La pensée critique n’est pas ce qui caractérise spontanément et globalement le travail social. Une lecture historique de la profession et de la discipline permet en effet de prendre la mesure de la marginalisation récurrente du mouvement « hétérodoxe » (Baillergeau, 2011) de l’organisation communautaire auquel est associée la pensée progressiste, au profit des pratiques dominantes d’intervention auprès des individus et des familles, souvent considérées moins critiques (Favreau,...

read more

Chapitre 2: Administrer les pauvres : quand l’ordre institutionnel relie l’ordre de l’interaction et l’ordre social

Vincent Dubois

pdf iconDownload PDF

pp. 71-88

Le travail social, en tant que travail pour et sur des individus (Hughes, 1997), revêt une dimension relationnelle, variable selon les cas, mais néanmoins généralement importante. Cette relation s’inscrit dans un cadre institutionnel : des procédures, des critères, des dossiers et des formulaires, et pour une part au moins, les locaux de l’administration sociale. Elle peut s’inscrire dans la durée et se produire à distance, mais les interactions en face à face constituent des séquences cruciales...

read more

Chapitre 3: La « carrière morale » et la construction des problèmes sanitaires et sociaux

Marc Loriol

pdf iconDownload PDF

pp. 89-106

Erving Goffman n’est pas le seul sociologue à avoir mobilisé le concept de carrière (essentiellement dans son ouvrage sur l’hôpital psychiatrique 1 ). Dans Stigmate (publié en 1963), Goffman utilise d’ailleurs plutôt l’expression « itinéraire moral 2  », comme si le mot carrière était déjà trop connoté pour lui. Il pose toutefois un regard original, par rapport aux travaux de Hughes, Becker ou Lemert, sur l’usage du concept de carrière, en insistant sur son ambiguïté et sa...

PARTIE 2: LES APPORTS CONCEPTUELS DE GOFFMAN POUR PENSER LE TRAVAIL SOCIAL

read more

Chapitre 4: Réintégrer le travail à la suite d’un trouble de santé mentale : gestion du stigmate et « troubles » dans l’interaction

Laurie Kirouac, Dahlia Namian et Henri Dorvil

pdf iconDownload PDF

pp. 109-136

Alors que la stigmatisation est reconnue comme l’un des principaux obstacles auxquels sont confrontées les personnes aux prises avec des troubles mentaux graves (Alexander et Link, 2003 ; Green et collab., 2003), l’emploi demeure l’un des domaines où l’expérience de cette stigmatisation est considérée comme la plus fréquente (Stuart, 2004). À l’instar des études réalisées ailleurs (Bassett et collab., 2001 ; Hill et collab., 1998), celles menées au Canada notent que les difficultés...

read more

Chapitre 5: Le travail de déférence. Une perspective goffmanienne sur l’« humanisation » des services dans le secteur sanitaire et social

Baptiste Brossard

pdf iconDownload PDF

pp. 137-158

Le secteur sanitaire et social connaît, depuis les années 1960 et dans l’ensemble des pays occidentaux, ce qui est parfois appelé et que j’appellerai, dans le cadre de ce texte, un « mouvement d’humanisation » des services. Il s’agit d’un ensemble d’initiatives visant à favoriser des « soins de qualité », « centrés sur la personne », et des comportements empreints de « décence » et d’« attention » aux usagers, de la part des professionnels. L’idée est de remplacer les anciens asiles insalubres,...

read more

Chapitre 6: Le concept de façade chez Goffman : mise en scène du thérapeutique et présentation de soi dans la relation d’intervention

Audrey-Anne Dumais Michaud et Romain Paumier

pdf iconDownload PDF

pp. 159-174

Dans La mise en scène de la vie quotidienne : La présentation de soi, Goffman (1973) met au jour avec finesse les possibilités d’agir des acteurs au quotidien et en situation. En travail social, il permet, à ce titre, d’appréhender, dans un même cadre d’analyse, à la fois les marges de manœuvre concrètes des usagers – fussent-ils enfermés, stigmatisés ou bien en situation de grande précarité – et celles des intervenant.es aux prises avec des situations d’intervention complexes. Ce chapitre propose d’étudier l’apport du...

PARTIE 3: L’ESPRIT MÉTHODOLOGIQUE GOFFMANIEN ET L’ANALYSE DE L’OBJET « INTERVENTION »

read more

Chapitre 7: Analyse de la vie quotidienne : l’apport des méthodes microanalytiques à la compréhension de la réalité des aidantes familales auprès des personnes âgées

Marjorie Silverman

pdf iconDownload PDF

pp. 177-196

Ce chapitre 1 s’intéresse aux avantages des méthodes microanalytiques, inspirées par le travail d’Erving Goffman, dans le cadre de la recherche en travail social. Ces méthodes d’analyse, qui se fondent sur les concepts phares des théories sociales de Goffman, permettent d’accéder, d’une part, aux microéléments qui participent du quotidien des participants à la recherche et, d’autre part, aux macrostructures qui influencent la vie quotidienne. J’aborderai, en premier lieu, deux...

read more

Chapitre 8: Ambiguïté des cadres de l’expérience dans les interactions en face à face entre personnes en situation de handicap et personnes « valides » : quelles implications pour les chercheurs ?

Francis Loser et Barbara Waldis

pdf iconDownload PDF

pp. 197-212

Ce chapitre s’intéresse à l’ambiguïté des cadres de l’expérience et, plus précisément, aux troubles ou embarras qui peuvent survenir dans les interactions en face à face entre des personnes « valides » et des personnes en situation de handicap. Comme l’anthropologue Robert Murphy (1990) a bien su le montrer, les rapports entre personnes en situation de handicap et personnes « valides » sont ambigus en raison de la forte empreinte des représentations sociales et autres stéréotypes...

read more

Chapitre 9: Les cadrages temporels de l’intervention sociale d’urgence. Vers une métaphore musicale

Édouard Gardella

pdf iconDownload PDF

pp. 213-232

Le travail d’Erving Goffman est un réservoir considérable d’outils pour les métiers dans lesquels la rencontre en face à face avec les patients, les clients ou les usagers est non seulement fréquente, mais décisive dans son accomplissement. En particulier, dans le travail social, la « confiance » est une valeur souvent invoquée quand les professionnels abordent les conditions de réussite d’une aide. Or, la confiance ne se décrète pas de façon unilatérale ; elle est produite par les...

PARTIE 4: RENOUVELER LES POLITIQUES ET PRATIQUES D’INTERVENTION SOCIALE : LES ENSEIGNEMENTS DE LA SOCIOLOGIE D’ERVING GOFFMAN

read more

Chapitre 10: Repenser les pratiques en santé mentale : contributions du concept de carrière à une approche inclusive des personnes utilisatrices des services

Katharine Larose-Hébert

pdf iconDownload PDF

pp. 235-256

En 1961, Erving Goffman a publié un recueil de quatre études intitulé Asylum 1. Ce livre phare découle d’une recherche ethnographique menée sur une période d’une année, en 1955-56, à l’hôpital psychiatrique Ste-Elisabeth, à Washington. Après avoir obtenu son doctorat en sociologie de l’Université de Chicago, Goffman fut invité par le Laboratory of Socio-Environmental Studies, groupe de recherche dépendant de l’Institut national de santé mentale. Cet organisme public...

read more

Chapitre 11: Handicap intellectuel et vie sexuelle : de l’importance des travaux d’Erving Goffman pour la pratique soignante

Pierre Pariseau-Legault et Dave Holmes

pdf iconDownload PDF

pp. 257-278

À partir des années 1960, l’Amérique du Nord fut témoin d’un vaste mouvement de désinstitutionnalisation ayant donné lieu à une métamorphose complète des soins et services offerts aux personnes identifiées comme ayant un handicap intellectuel. Les principes de normalisation (Nirje, 1994) et de valorisation des rôles sociaux (Wolfensberger, 2011) constituaient la pierre d’assise sur laquelle les soins et services offerts furent (re) construits. À la fois inspiré du...

read more

Conclusion – Les moments de l’intervention sociale et leurs acteurs

Magdalena Baczkowska 

pdf iconDownload PDF

pp. 279-300

Une façon de résumer l’odyssée intellectuelle d’Erving Goffman est la suivante : en plaçant la vie quotidienne sous le microscope et en amplifiant l’importance du minuscule, il a exposé la grammaire de la réalité sociale. De façon plus séduisante, Pierre Bourdieu (1983, p. 112-113) a dépeint Goffman comme « un découvreur de l’infiniment petit » et « un étudiant méticuleux du réel », et Bennett Berger (1974, p. xi), comme « un métaphysicien consommé du banal », rendant son...

À propos des auteur(e)s

pdf iconDownload PDF

pp. 301-304

Index

pdf iconDownload PDF

pp. 305-313

Quatrième de couverture

pdf iconDownload PDF