Frontmatter

pdf iconDownload PDF
 

CONTENTS

pdf iconDownload PDF
 

read more

INTRODUCTION

Pieter DE LEEMANS and Michèle GOYENS

pdf iconDownload PDF

pp. ix-xvi

Knowledge is relevant if, and only if, you can share it with others. Evolution in knowledge is tributary to communication: exchange of...

read more

PRELIMINARY OBSERVATIONS ON THE PLACE OF THE PROBLEMATA IN MEDIEVAL LEARNING

Joan CADDEN

pdf iconDownload PDF

pp. 1-19

Où se trouvèrent les Problemata dans la taxonomie des connaissances aux 14e et 15e siècles? Quelles fonctions servirent-ils dans les milieux sociaux variés? Afin de répondre à ces questions, l'article examine non seulement les textes qui ont été produits autour de l'ouvrage aristotélicien, mais aussi les manuscrits dans lesquels ces écrits ont survécu. Auteurs, autant anonymes que connus (Pietro d'Abano, Évrart de Conty, Walter Burley), commanditaires, possesseurs et lecteurs témoignent des significations et usages de ce livre qui n'était guère conforme à la catégorisation habituelle des sciences ou des genres. Pour certains, les Problemata servirent d'encyclopédie de phénomènes hétéroclites; pour d'autres ils constituèrent un site de recherches de philosophie naturelle. Ces derniers ont dû faire face à la forme de l'oeuvre composée de questions sans solution définitive. Les lecteurs associés aux facultés des arts y recherchèrent les causes naturelles; les médecins se tournèrent vers les théories et faits médicaux; le public aristocratique s'amusa des curiosités qui y étaient inscrites et s'imagina les biens qui pourraient résulter de telles connaissances naturelles.

read more

PSEUDO-ALEXANDER OR PSEUDO-ARISTOTLE, MEDICAL PUZZLES AND PHYSICAL PROBLEMS

Robert W. SHARPLES

pdf iconDownload PDF

pp. 21-31

Cette contribution concerne, dans le contexte d’une édition à paraître de Sophia Kapetanaki et de moi-même, des textes édités par Bussemaker comme étant des Problèmes inédits du pseudo-Aristote, mais par Usener comme le 3e et le 4e livre des Problèmes du pseudo-Alexandre d’Aphrodise. La dernière partie du 2e livre chez Bussemaker, et la plus grande partie du 3e, sont beaucoup plus similaires aux problèmes pseudo-aristotéliciens édités par Bekker que le sont le 1er livre et la première partie du 2e; mais il paraît, surtout par des parallèles avec les Problèmes de Bamberg et avec les versions arabes étudiées par Lou Filius (dans ce volume), que jadis, aussi la source de la première partie du 2e livre était déjà attribuée à Aristote. L’association des deux parties de l’actuel 2e livre, et puis du 2e au 1er, attribué déjà lui-même à Alexandre, peut expliquer la variation des attributions dans les manuscrits que nous possédons maintenant. Le 1er livre et la première partie du 2e sont, semble-t-il, plus tardifs que le reste; mais il n’est pas possible qu’ils soient des oeuvres d’Alexandre lui-même.

read more

THE GENRE PROBLEMATA IN ARABIC: ITS MOTIONS AND CHANGES

Lou S. FILIUS

pdf iconDownload PDF

pp. 33-54

Dans cette contribution, j’esquisse tout d’abord le développement du genre Problemata en grec, mais transmis en arabe. Ce développement permet de conclure que dans l’histoire grecque, les textes du genre Problemata ont été sujets à des changements par leur forme souvent concise de question et réponse. Les textes qui ont été conservés en arabe présentent des suppléments explicatifs, mais également des modifications, à cause de changements de points de vue pendant le deuxième siècle. Sur le plan terminologique, ces suppléments et modifications ressemblent beaucoup aux textes des Problemata Inedita, comme C. Bussemaker les a édités. Je conclus que l’auteur connaissait à fond la langue grecque et les sciences de son époque. Voilà pourquoi ces textes me semblent d’origine grecque. Plus tard le genre a eu son propre développement dans la littérature arabe.

read more

L'EXPOSITIO SUCCINTA PROBLEMATUM ARISTOTELIS DE PIERRE D'ABANO

Graziella Federici VESCOVINI

pdf iconDownload PDF

pp. 55-69

In this article, I would like to discuss the sources of Pietro d’Abano’s Expositio succinta, and whether he wrote a translation of the Problemata or not. Several indications indeed suggest that he might have written such a translation, e.g. expressions like ‘transduxi’, ‘translinguavi’, but the matter is complicated. I will also study the characteristics of Pietro’s work, in order to give it its due place in the Problemata tradition.

read more

ARISTOTLE’S PROBLEMS IN THE WEST: A CONTRIBUTION TO THE STUDY OF THE MEDIEVAL LATIN TRADITION

Maaike VAN DER LUGT

pdf iconDownload PDF

pp. 71-111

Cet article est consacré à quatre commentaires sur les Problemata du XIVe siècle encore méconnus: a) une adaptation latine anonyme d’origine italienne (Vat. lat. 2481); b) un commentaire anglais, Felix qui poterit; c) deux commentaires qui circulaient en Europe orientale. Il y est étudié la tradition manuscrite de ces textes, leur contexte codicologique (public, possesseurs, notes marginales etc.). L’attribution de Felix qui poterit au philosophe et théologien Walter Burley est discutée en détail. Enfin, nous analysons la division en sections de ces différents commentaires. L’analyse de ces textes confirme que le commentaire de Pietro d’Abano était l’ouvrage de référence pour l’étude des Problemata au Moyen Âge. Elle éclaire aussi la place des Problemata dans le champ scientifique médiéval entre médecine, philosophie naturelle et littérature encyclopédique.

read more

ARISTOTELES FUIT CAUSA EFFICIENS HUIUS LIBRI: ON THE RECEPTION OF PSEUDO-ARISTOTLE’S PROBLEMATA IN LATE MEDIEVAL ENCYCLOPAEDIC CULTURE

Iolanda VENTURA

pdf iconDownload PDF

pp. 113-144

Pendant le Moyen Âge et la Renaissance, un type particulier de texte encyclopédique se répand dans la littérature européenne: les recueils de questions naturelles liés à la tradition des Problemata pseudo-aristotéliciens et des Quaestiones salernitanae. Ce genre d’encyclopédie connaît un très grand succès, car il présente la matière scientifique d’une forme très claire et accessible. De plus, le système d’organisation de la matière sous forme de questions et de réponses, utilisé dans ces recueils, donne la possibilité aux auteurs de créer des textes encyclopédiques variés, qui peuvent s’adapter aux besoins et aux différents niveaux des lecteurs potentiels. Pourtant, le panorama présenté par ce genre encyclopédique est très varié, et comprend des collections d’orientation populaire, des recueils écrits pour les prêcheurs, ou même des textes qui montrent un niveau culturel plus élevé. Ces textes, en tout cas, ont des points en commun, qu’on peut identifier dans l’orientation ‘humaine’ de l’encyclopédie, et dans le rôle joué par la discipline médicale et par les sciences liées à l’homme, à son corps, à sa vie. Le but de cette étude est de donner un aperçu de ce genre de texte encyclopédique, en montrant les différentes typologies d’oeuvres qu’on y trouve, d’après une sélection de textes écrits en latin entre le 14e et le 16e siècle.

read more

ÉVRART DE CONTY, POÈTE, TRADUCTEUR ET COMMENTATEUR

Françoise GUICHARD-TESSON

pdf iconDownload PDF

pp. 145-174

With the impending publication of Évrart de Conty's translation of the Problemata, this article will situate the author's venture within the scope of his work. Adopting G. Raimondi's hypothesis that Évrart is also the author of the poem Eschés Amoureux, we shall ponder the conception and the objectives of the commentary in the three works recognized as his, as well as consider the readership to which they were addressed. Finally, the article will explore the linkage between the works created by the use of common elements. Évrart’s Problemes is seen to be the connective text: the exposition of scholarly truths within a very restricted structure subsequently led the physician and doctor to develop a technique which undoubtedly induced a less austere creation synthesizing both his moral and scholarly concerns and destined to a larger readership, the Livre des Eschez Amoureux Moralisés

read more

DES PROBLÈMES POUR EXERCER L’ENTENDEMENT DES LECTEURS: ÉVRART DE CONTY, NICOLE ORESME ET LA RECHERCHE DE LA NOUVEAUTÉ

Caroline BOUCHER

pdf iconDownload PDF

pp. 175-197

Évrart de Conty draws the reader’s attention to the originality of the solution he proposes to some Aristotelian problemata and to the novelty of the developments he adds in his Livre des eschez amoureux moralisés. I intend to study this ‘claim to originality’ by comparing Évrart de Conty’s remarks to those of Nicole Oresme in his Livre du ciel et du monde, a translation and commentary of Aristotle’s De celo almost contemporary with Évrart de Conty’s works. I suggest that both translators are set apart from the previous vernacular translators by their quest for novelty and that they invite their reader to go further with the commentary, to argue and debate in a competitive spirit. Such statements of Évrart de Conty and Nicole Oresme contribute to define their work as recreative; they are stressed here as key passages for the very status of vernacularization.

read more

LECTURES ET VULGARISATION DU SAVOIR ARISTOTÉLICIEN: LES GLOSES D’ÉVRART DE CONTY (SECTIONS XXV-XXVI)

Joëlle DUCOS

pdf iconDownload PDF

pp. 199-225

The translation of Aristotle’s Problems by Evrart de Conty is in many respects original: appearing as a landmark in Aristotelian translations in French, it is part of a long tradition of paraphrastic translations accompanied by a commentary. The commentary that comes with the translation is nevertheless a true creation of the translator, which, while inspired by sources borrowed from scholasticism, reveals Evrart’s personal culture and his true reflection on the writing process of popularization. Books XXV and XXVI are both concerned with air. The way glosses are organised, sources are laid out in the margin and the text, and personal developments are introduced, displays the personal choices of Evrart de Conty in the reading of the Aristotelian text and its commentaries, while they reflect his general practice, but also evince his appropriation of the text, which leads to a rewriting of it and a genuine creation. That is why both books seem to exemplify the popularization of knowledge, which involves the choice of sources, some active reading, but also the invention of textual forms and themes.

read more

ÉVRART DE CONTY ET PIERRE D’ABANO: COMMENTATEURS D’ARISTOTE

Geneviève DUMAS

pdf iconDownload PDF

pp. 227-245

The first chapter of Évrart de Conty’s French translation of Aristotle’s Problemata shows some 225 references to medical and scientific sources which mirror the author’s academic knowledge. The work is based on a Latin translation by Bartholomaeus de Messina and a Latin commentary by Peter of Abano, a known Paduan doctor who studied in Paris. Therefore, both scholars who tackled the Problemata were coming from the same educational milieu but at very different times. In their respective use of the citation and references one can see links with their academic learning, the cultural context in which they produced their work and their theoretical and doctrinal orientations. Also, despite the fact that they display the same background and basically the same knowledge, both works do not seem to be destined for the same public.

read more

À LA RECHERCHE DE LA SUBJECTIVITÉ DANS LES PROBLEMES D’ÉVRART DE CONTY: UN COMMENTATEUR JUCHÉ SUR LES ÉPAULES D’ARISTOTE?

Annelies BLOEM

pdf iconDownload PDF

pp. 247-273

The aim of this study is to describe the degree of ‘subjectivity’ of Évrart de Conty in his Middle French translation of the Latin pseudo-Aristotelian Problemata. More precisely, we discuss how Évrart de Conty adopts the ideas of Aristotle in his translation. In this, we re-examine a question treated by Françoise Guichard-Tesson: how Évrart balances the conflict between the loyalty towards Aristotle and his desire to present his own perception and even criticism with respect to the various topics under discussion. In this article, we focus on the first book which deals with medical problems. This permits us to consider Évrart's treatment of problems that were particularly familiar to him, given his job as teacher at the faculty of medical science.

read more

GEORGE OF TREBIZOND’S CRITIQUE OF THEODORE GAZA’S TRANSLATION OF THE ARISTOTELIAN PROBLEMATA

John MONFASANI

pdf iconDownload PDF

pp. 275-294

L’invective Protectio Problematum Aristotelis de Georges de Trébizonde contre Théodore Gaza reflète la collision d’idées opposées concernant la manière de traduire Aristote. En condamnant les traducteurs médiévaux comme des barbares ignorants, Gaza non seulement désira donner à Aristote une apparence ‘oratoire’, mais aussi crut-il nécessaire de corriger souvent radicalement le texte et même la structure des oeuvres d’Aristote. Georges accusa Gaza de pervertir le texte d’Aristote plus qu’il ne le traduisit, pervertere magis quam vertere . Il analysa 20 passages de la traduction de Gaza pour démontrer que celui-ci ne comprenait pas Aristote. Il défendit avec verve les traducteurs médiévaux comme étant des interpretes fidi et indispensables pour l’essor de la philosophie et la théologie latines – Georges fut un grand admirateur de la scholastique latine. Enfin, Georges présenta une théorie flexible de la traduction dans le sens où il se permet des libertés en traduisant les oeuvres littéraires, mais dans le cas des oeuvres de science il serre le texte de près.

ARISTOTLE'S PROBLEMATA IN DIFFERENT TIMES AND TONGUES: A SELECTED BIBLIOGRAPHY

pdf iconDownload PDF

pp. 295-317

INDEX CODICUM MANU SCRIPTORUM

pdf iconDownload PDF

pp. 319-321

INDEX AUCTORUM

pdf iconDownload PDF

pp. 322-325